Hommage à la salsa new-yorkaise

(Je suis un peu comme Brett Favre: j’ai pris ma retraite, mais je ne suis pas vraiment parti – et aussi, je ne crois pas que le niveau d’un bon QB se mesure seulement en fonction du nombre d’interceptions ^^)

Les Giants viennent d’annoncer qu’ils avaient décider de se séparer de Victor Cruz. Je tenais donc à vous faire une « petite » (donc très longue) rétrospective des quelques saisons du numéro 80 chez les Gmen.

Il faut remonter très loin dans les archives du blog pour retrouver la première mention du nom de Victor Cruz. Tellement loin que j’ai presque eu l’impression de faire des fouilles archéologiques (insérer ici remarque narquoise sur mon âge de Rookie_BzH).

La première fois qu’on a évoqué Cruz, c’était le 16 juin 2010 à l’occasion d’un compte rendu de minicamp (oui, il fut un temps où j’avais suffisamment de temps libre pour ce genre d’article un peu inutile). Mais à cette époque, Victor Cruz n’était qu’un UDFA inconnu de la Ligue qui se battait pour avoir une chance d’être dans l’équipe.

Ce n’est que 2 mois plus tard, le 16 août 2010, que Cruz s’est fait remarqué en marquant 3 TD lors du traditionnel match de présaison contre les Jets. Cruz portait le numéro 3 et avait retenu l’attention du coach adverse, Rex Ryan, au point que ce dernier en parle à Tom Coughlin à la fin de la rencontre.

Lire la suite

2016 W10 – Bengals 20 @ Giants 21 : Enfin un match plein de Big Blue

Enfin ! Même si tout n’a pas été parfait, les Giants ont surement rendu ce soir leur meilleure copie de la saison. Face à un adversaire loin d’être imbattable mais qui disposaient quand même de sérieux arguments, les Giants ont été solides et ils ont gagné un match qu’ils ont globalement dominé, malgré des erreurs à corriger.

Le match part vite, tellement vite que je n’ai pas le temps de me boire un petit thé (malgré mon jeune âge, je vis parfois comme un vieux), qu’il y a déjà 7 partout. Après un super premier drive conclu à 6/6 pour Eli Manning, avec 6 receveurs différents trouvés, le quarterback trouve le rookie TE Jerrell Adams pour son premier touchdown en carrière. Mais voilà, s’il y a un truc que notre défense ne sait pas faire, c’est couvrir les TE. Quand elle en affronte un moyen, ça va, elle peut s’en sortir, quand c’est un pro bowler comme Tyller Eiffert, c’est plus compliqué. 3 passes suffisent à Andy Dalton pour trouver la end-zone et égaliser.

Le match va ensuite fortement baisser de rythme. Il n’y a pas grand chose à signaler, si ce n’est un bon Eli malgré une ligne offensive désastreuse, à la peine contre Geno Atkins. En effet, le jeune LG remplaçant Brett Jones n’a tenu qu’un drive avant de se blesser à la cuisse. Pour le remplacer, Big Blue va alterner entre le jeune Adam Gettis, qui avait été coupé en septembre dernier, et Marshall Newhouse, que tout le monde connait et qui doit jouer à un poste totalement différent du sien. Forcément, ça fait pas des miracles et si Eli peut se débrouiller, c’est très dur pour le jeu au sol.

Avec le forfait de Victor Cruz, le rookie UDFA Roger Lewis Jr. a du temps pour se montrer mais malheureusement pour lui sa première mi-temps n’aurait pas été bonne. S’il fait preuve de bonne volonté au bloc, ses mains semblent définitivement beurrées et une mauvaise route entraine une interception. Heureusement, notre défense est la meilleure de la ligue en redzone et les Bengals ne convertissent pas mais il passe devant : 10 à 7.

C’est aussi à ce moment que l’attaque reprend de l’allant. Au terme d’un drive très bien mené, Odell Beckham humilie Pacman Jones et se trouve seul dans la end-zone : New York est devant à la pause : 14 à 10.

Après l’hommage rendu à Ernie Accorsi, Justin Tuck et Tom Coughlin à la mi-temps, la seconde période commence sur le même rythme que la première, surtout pour les Bengals. Après un énorme retour de 84 yards sur le kickoff, RB Hill trouve la endzone des Giants. L’attaque de Big Blue n’avance plus mais le match vaut son pesant de cacahuètes pour le fait que Tom Coughlin soit invité des commentateurs d’ESPN et il s’est retrouvé, pendant 2 drives, à commenter les Giants et on sentait qu’il était encore à fond dedans et c’était vraiment très sympa à suivre. Bon sur le terrain en revanche, c’est assez moche et Cincinnati aurait pu/du inscrire un nouveau TD si le receveur n’avait perdu le contrôle du ballon juste après l’avoir attrapé devant la endzone, et relance l’insupportable débat « Qu’est ce qu’un catch ? ».

La troisième mi-teamps s’achève sur ce score de 20 à 14 pour les visiteurs mais sur un réveil de la défense et du jeu au sol de Big Blue, de quoi donner de l’espoir pour ce dernier quart-temps décisif dans une NFC East tellement serrée, vers le haut cette année.

Profitant du bon positionnement des Giants en ce début de dernier quart, les Giants se retrouvent en 1st & Goal. Les 3 tentatives ne donnent rien et, alors qu’il est à 3 yards de l’enbut, McAdoo décide de jouer la quatrième tentative. Pari gagnant puisqu’Eli trouve Sterling Shepard qui marque pour la seconde semaine consécutive. Les Giants repassent devant 21-20.

Et puis, les Bengals vont convertir 2 3e tentatives, chose qu’ils n’avaient pas réussi depuis le début du match. La dernière fait mal puisqu’elle arrive sur un holding de Jenkins alors que Cincinnati était en 3rd & 15. Mais c’est pas grave, sur l’action qui suit, Dalton se fait intercepter par le meilleur safety de la ligue (oui, le mot est lâché), Landon Collins qui amasse sa 4e interception en 3 matchs. On sent le vent tourner en notre faveur, ça va mieux, on pense à la victoire. C’est donc ce moment que choisit Eli pour balancer une bombe deep à notre receveur numéro 5 (Tavares King) qui fait face à une triple couverture. Evidemment, ça se finit avec une interception et un espoir relancé aux Bengals.

Mais les Giants tiennent. L’attaque avance ce qu’il faut, la défense n’accorde plus rien aux oranges et Dalton doit faire face à 3 défenseurs sur lui à chaque snap tant sa protection craque. Il reste 2 temps morts à Cincinnati et 3 minutes 10 à écouler. Rashad Jennings va s’en charger en convertissant notamment une difficile 3 & 6. Une autre grosse course plus tard, il scelle définitivement la victoire des Giants. New York est à 6-3 dans l’infernale division East de la NFC mais a rendu une copie très intéressante avec de vraies bonnes choses, que ce soit la défense (notamment le pass rush et Collins) ou l’attaque (dont un jeu au sol qui a pris plus de 100 yards ce soir).

2016 W6 Ravens @ Giants: Evaluations individuelles

Crédit: Giants.com

Elles arrivent certes avec un peu de retard mais comme on dit: tout vient à point à qui sait attendre 🙂

Donc sans plus tard voici les évaluations individuelles.

Le positif:

  • Odell Beckham: Comment ne peut on pas commencer par l’homme qui a été élu NFC Offensive Player of the Week? Le match de Beckham commençait pourtant très mal puisque durant la 1e période il n’avait enregistré que 2 réceptions pour 11 yards et perdu un fumble. Et il ne faut pas oublier qu’en plus il s’était blessé à la hanche, le forçant à louper quelques snaps. Bref, on ne s’attendait pas à grand chose de sa part durant la seconde période. Pourtant OBJ a tout de même trouvé le moyen de nous surprendre avec 6 réceptions pour 211 yards et 2 TD respectivement de 75 et 66 yards. Cette 2nd mi-temps était la 2e meilleure performance en termes de yards reçus depuis 30 ans ! Le détenteur du record est Del Shofner qui a enregistré 269 yards en une mi-temps contre les Redskins en 1962. Enfin pour OBJ, c’est le 10e match à plus de 140 yards: un nouveau record pour un joueur avec que 3 saisons en NFL.
  • Eli Manning: Après une série de mauvais matchs, on retrouve enfin le Manning qu’on aime voir. Et quelle performance pour un joueur qui a dépassé le légendaire John Elway en termes de TD sur une carrière. Avec 302 TD sur toute sa carrière, Eli Manning est désormais le 7e meilleur QB de l’histoire de la NFL en termes de TD (il lui faut maintenant 41 TD pour passer en 6e position). Ce match était aussi la 100e victoire de la carrière d’Eli. Sur ce match, Manning a complété 32 passes sur 46 (69,5%) pour 403 yards, 3 TD et 2 interceptions (une qui intervient dans les dernières secondes de la 1e mi-temps pour mettre l’équipe à portée de FG et une autre sur une action qui aurait du être flaggée pour DPI). Selon OBJ, ses deux touchdowns sont le résultat d’un changement de play avant le snap par Eli Manning. Comme quoi faire des audibles est loin d’être une mauvaise chose.
  • Roger Lewis: Sa seule réception aura été un TD de 24 yards mais l’undrafted rookie était également en très bonne position pour un second TD si le DB des Ravens ne l’avait pas poussé dans le dos (encore un flag qui aurait mérité d’être lancé).

Lire la suite

Preview 2016 W3: Washington Redskins (0-2) @ New York Giants (2-0)

Et oui, on finirait presque par l’oublier mais le match de la semaine oppose bien les Giants aux Redskins et non Odell Beckham à Josh Norman. S’il est totalement normal que cette opposition attire tous les regards, il faudra s’en détacher. Après un début de saison réussi mais compliqué en termes de domination (2 victoires à l’arrachée), Big Blue affronte une équipe qui semble en déliquescence, après une saison 2015 étonnamment réussie, soldé par une défaite en Wild card. Voici tout ce qu’il faut savoir pour le match de ce soir, dont le coup d’envoi sera donné à 19 heures, heure de Belgique (oui, je m’adapte à ma situation ^^)

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : RT Marshall Newhouse (cuisse), S Darrian Thompson (cheville), DT Robert Thomas (maladie)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : RB Rashad Jennings (pouce)
  • Participation probable : N/A

Washington Redskins :

  • Ne jouera pas :DE Kendall Reyes (Adducteurs)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : OT Attauyo Nsekhe (pied), LB Martrell Spaight (commotion), DE Christopher Baker (côte), S Su’a Cravens (hanche), WR Josh Doctson (talon), C Kory Lichtensteiger (dos)
  • Participation probable :  N/A

Encore une petite liste du côté des Giants. Néanmoins, 2 titulaires seront absents. Si RT Marshall Newhouse ne fait pas l’unanimité, il reste le titulaire à ce poste, ce qui peut donner des craintes sur la qualité derrière. Pour le rookie S Darrian Thompson, sa blessure va l’empêcher de poursuivre son bon début de saison mais avec Nat Berhe derrière et la possibilité pour CB Leon Hall de jouer S, son absence ne devrait pas être trop préjudiciable.

Ce qu’il faut regarder :

  1. Le duel Odell Beckham/Josh Norman : 

Teasé depuis l’arrivée de Norman dans la NFC East par la NFL, le duel OBJ/Norman sera l’évènement majeur de la rencontre, en venant même à éclipser les 20 autres acteurs. Seulement, Norman s’aligne systématiquement à gauche du terrain depuis le début de saison et a donc laissé les 2 tops receveurs (Dez Bryant et Antonio Brown) qu’il a affronté depuis le début de saison s’amuser face à Breeland. Même si ce duel n’aura pas lieu, Norman devra s’employer pour couvrir les receveurs des Giants, d’autant que ces derniers (tous très proches d’Odell) seront surement imprégnés du surplus de motivation du receveurs star de Big Blue. Dans les médias, Odell a montré beaucoup d’intelligence, refusant de se livrer à la guerre des mots lancés par Norman. Il se réserve sur le terrain et le football. Il n’y a alors pas de raison que l’opposition se passe mal lorsqu’on se souvient de la façon dont Odell s’était baladé la saison dernière contre Carolina, lorsqu’il jouait le snap pour attraper le ballon et non la tête de son cornerback.

  1. Le bilan des turnovers : 

Depuis le début de saison, les Giants ont perdu 4 ballons et n’en ont récupérés aucun dans le jeu (je ne compte pas le magnifique FG block d’Hankins). Pour l’instant, c’est passé mais les équipes qui gagnent sont souvent celles qui prennent le plus soin du ballon. Surtout que la défense a largement la capacité de créer des turnovers avec des playmakers comme Janoris Jenkins, Jason Pierre-Paul ou encore Dominique Rodgers-Cromartie.

  1. La pression sur QB Kirk Cousins :

En plus des turnovers, il sera vraiment important de mettre la pression sur Kirk Cousins, pas parce que c’est le seul moyen de faire déjouer ce quarterback mais parce que vu l’ambiance qui a l’air de régner dans le vestiaire de DC, la discorde ne semble pas très loin. Avec quelques sacks et/ou un turnover rapidement en début de match, ses distensions pourraient ressortir sur le terrain et couler cette équipe des Redskins, qui n’a pas battu une équipe au bilan positif depuis plus de 2 ans.

Pronostic : Victoire 31-20

J’ai du mal à voir comment New York pourrait perdre ce match. Sur toutes les oppositions, je pense que les Giants sont supérieurs (DB des Skins contre les WR des Giants, WR des Skins contre DB de Big Blue…). Cette équipe de Washington semble au bord de l’explosion après un départ raté (0-2) et il serait bon pour les Giants t’enterrer un concurrent de division dès la troisième semaine. La seule chance pour Washington serait une surutilisation de TE Jordan Reed face à des LB friables mais j’ai du mal à les voir survivre avec ça, avec deux safetys cogneurs comme Berhe et Collins. De plus, en ayant encaissé moins de 20 points sur les deux premiers matchs face à Dallas et New Orleans, il semble compliqué d’envisager Washington faire déjouer notre défense. Une victoire sereine serait salutaire pour permettre aux Giants de s’affirmer comme un vrai outsider dans cette conférence, même si une confirmation face à une vraie grosse équipe sera toujours attendue.

 

2016 W2 Saints @ Giants: Evaluations individuelles

Crédit photo: Giants.com

Il est temps de passer en revue les prestations de quelques qui se sont fait remarquer en bien, mais aussi en mal.

Le positif:

  • La défense: Comme on l’a dit dans le précédent billet, maintenir Drew Brees et les Saints sous 300 yards et déjà un exploit en soi. Ce match n’aurait pas été gagné sans la performance du groupe de Steve Spagnuolo:
    • Landon Collins: Beaucoup de gens ont critiqué Collins durant sa saison rookie vu son inefficacité au poste de FS. Mais voilà, Collins n’a jamais été un FS et ne le sera jamais. Ce n’est pas son rôle. Et quand les Giants l’utilisent comme SS, on comprend pourquoi ils ont décidé de faire un trade up pour le sélectionner au début du second tour. Collins a enregistré 6 placages et un sack. Mais ce qu’il faut surtout retenir c’est que le #21 était partout sur le terrain et filait sur sa cible comme un véritable missile. Bref, on espère que ça continuera comme ça.
    • Janoris Jenkins: Encore de très bonnes couverture de la part de l’ancien Ram (10 passes tentées, 7 réceptions mais seulement 49 yards) et très actif en run support (8 placages). Mais le fait de match le plus marquant pour Jenkins reste son TD de 65 yards à la suite du FG bloqué par Johnathan Hankins.
    • Johnathan Hankins: Eh bien parlons-en justement de Big Hankins. Il a littéralement transpercé la ligne offensive des Saints pour bloquer le FG. Mais le #95 ne s’est pas arrêté là. Il était très actif sur la DL et a d’ailleurs obtenu la 5e meilleure note défensive des Giants selon PFF.
  • Victor Cruz: Si Cruz veut obtenir le Comeback Player of the Year Award, il est très bien parti. Après avoir attrapé le TD de la victoire contre les Cowboys, il a réalisé une superbe réception en fin de match qui a permis aux Giants d’être en parfaite position pour un FG facile. On oublierait presque le vilain fumble du début de match qui en temps normal lui aurait valu un tour dans la section « Médiocre » mais là je suis de bonne humeur donc je passe l’éponge. Au total Cruz a attrapé 4 passes pour 91 yards.
  • Sterling Shepard: Les Giants ont vraiment fait du beau travail avec ce jeune WR drafté il y a quelques ann… pardon?… vraiment?… On me dit dans mon oreillette que Sterling Shepard est un rookie tout juste drafté par les Giants. Au temps pour moi, je l’ai confondu avec Rueben Randle, l’autre WR drafté au 2nd tour qui aurait dû devenir une star. Il est trop tôt pour dire ce que deviendra Shepard mais en tout cas avec 8 réceptions (sur 8 passes tentées) pour 117 yards, il est certainement en bonne voie.
  • Eli Manning: Pas de TD et un fumble sur sack viennent ternir le tableau mais à part ça, Eli était au top: 32/41 pour 368 yards. Il aurait peut être un ou deux TD si Odell Beckham avait fait quelques efforts mais bon, c’est comme ça.

Le médiocre:

  • Odell Beckham: Généralement avoir 8 réceptions pour 86 yards c’est pas trop mal. Mais pour OBJ c’est quand même un peu décevant, surtout si on tient compte du drop de fin match alors qu’Eli lui avait lancé une balle parfaite qui aurait pu finir dans l’endzone des Saints.

Le négatif:

  • « Take care of the Duke »: Si vous ne connaissez pas le Duc, sachez qu’il s’agit du petit surnom donné par Ben McAdoo. Et le nouvel head coach n’arrête pas de répéter la même chose à ses joueurs depuis la 1e semaine. Sauf que là, les 3 fumbles consécutifs en 1e mi-temps nous ont un peu irrité. Il est d’ailleurs impressionnant qu’on ait quand même gagné le match en prenant si peu soin du ballon.
  • Le running game: Faire 32 courses pour 64 yards est juste désolant. Il y avait un mix de mauvais blocking et de mauvais choix des RB.
  • Marshall Newhouse: On vous avait dit que la DL des Cowboys était particulièrement mauvaise…

En tout cas, même si on est à 2-0 (ce qui n’était pas arrivé depuis 2009), je dois dire que je suis un peu inquiet. Notre attaque n’est pas au niveau qu’on attendait. Marquer juste 20 points contre une très mauvaise défense des Cowboys et aucun TD offensif contre une équipe des Saints qui n’est pas réellement dominante défensivement (ces dernières années en tout cas) sont de très mauvais signes pour moi. Les Giants vont avoir besoin d’être plus productifs si ils veulent espérer gagner plus de 8 matchs cette saison.

2016 W2: Saints 13 @ Giants 16

Crédit photo: Giants.com

Tout le monde s’attendait à un festival offensif comme pour les 4 dernières rencontrent entre ces deux équipes mais en guise d’un shootout fou furieux, on a eu… 16-13 dont un seul TD offensif…

Et on ne peut pas dire que les Giants aient gagné tranquillement. Bien au contraire !

Après quelques punts échangés, les Gmen ont enfin trouvé le moyen d’aller jusqu’à la ligne des 3 yards des Saints. Après un 3rd down raté, McAdoo a décidé de tenté le 4th & 2 qui s’est soldé par une passe incomplète vers Odell Beckham qui était dans le fond de l’endzone.

Malgré cette opportunité sans points, les Gmen récupèrent le ballon mais commettent 3 turnovers d’affilée: un fumble de Shane Vereen, un fumble de Victor Cruz après une course de 40 yards et un fumble d’Eli Manning sur un sack de Michael Mauti des Saints.

Malgré 1 turnover on downs et 3 turnovers, les Saints ne marquent pas un seul. Mieux encore ! Quand New Orleans est enfin à portée de FG, Johnathan Hankins perce la protection des Saints et bloque la tentative du K. Janoris Jenkins se jette sur le ballon et parcourt 65 yards pour marquer un TD. Le seul des Giants.

On a tout de même vu quelques coups d’éclat de la part de certains joueurs comme Sterling Shepard, Victor Cruz et Eli Manning. Mais de manière générale il faut bien reconnaître que la défense des Saints a fait déjouer l’escouade de Mike Sullivan.

Côté défense, les Giants ont été à la hauteur de nos espoirs. Certains joueurs disaient qu’ils seraient surpris que les Saints marquent 50 points comme en 2015 et ils avaient raison.

Ils ont limité les Saints à moins de 300 yards juste 13 points.

C’est d’ailleurs cette défense qui mérite la palme de ce match. Il faut d’ailleurs saluer le travail de Steve Spagnuolo qui a su appeler les bons blitzes pour mettre Drew Brees sous pression et même le sacker à deux reprises (3 si on compte le sack d’Olivier Vernon annulé par un holding offensif).

Finalement, les Giants l’emportent grâce à une très belle réception de Cruz à quelques yards de l’endzone en fin de match. Ben McAdoo a préféré ne pas tenter le diable en s’agenouillant 3 fois pour faire tourner le chrono jusqu’à 2 secondes de la fin et faire tirer Josh Brown pour le FG de la victoire.

Résultat: Victoire 16-3

 

Preview 2016 W2: New Orleans Saints @ New York Giants

La week 2 est là et c’est le premier match au Metlife Stadium pour Big Blue! On se souvient tous du feu d’artifice de la saison dernière (52-49 Saints, 7 TDs de Brees, 6 TDs d’Eli). Aujourd’hui le match se déroulera vraisemblablement sous la pluie ce qui complique fortement le jeu à la passe et ça c’est à notre avantage car on souhaite bonne chance à qui courra contre cette DLine. En effet, cette ligne défensive nous a montré dès la semaine dernière ce qu’elle était capable de faire contre la course contenant le 4ème pick de la dernière draft à 2,55 yards par portée derrière la meilleure ligne offensive en NFL.

Cette fois ci le kick-off sera à 19 heures et voici ce qu’il y a à savoir:

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : DT Robert Thomas (maladie), JT Thomas (genou)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : N/A
  • Participation probable : Jason Pierre Paul (épaule)

 New Orleans Saints:

  • Ne jouera pas : CB Delvin Breaux (tibia), LB Dannell Elerbe (cuisse), TE Josh Hill (cheville)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : OT Terron Armstead
  • Participation probable :  N/A

Ce qu’il faut regarder :

  1. Le secondary : 

On a dit que la pluie ça compliquait le jeu de passe, pas que ça le rendait impossible. Et cette semaine c’est pas un rookie qui lancera la balle en face. Un des meilleurs QB de l’histoire simplement. Un vrai défi pour les DB avec deux nouveaux titulaires (CB Janoris Jenkins pour son deuxième match avec les Giants, et S Darian Thompson qui devrait connaitre sa première titularisation).

  1. Eli et ses armes:

L’absence de Breaux c’est vraiment dommage pour le spectacle et ça ne rend la tâche d’Eli qu’un peu plus facile. La semaine dernière les Saints c’est 0 sacks et 3 QB hits. Eli va avoir du temps pour lancer, et il ne lance pas à n’importe qui. On s’attend à un gros match de sa part surtout que les défenses vont vraiment devoir se concentrer sur Victor Cruz qui a montré de belles choses la semaine dernière et sur Sterling Shepard auteur de son premier TD en NFL la semaine dernière et pas seulement sur OBJ.

  1. Le pass rush:

Olivier Vernon fut très bon contre la course et a réussi à forcer des holdings, presque aussi bien qu’un sack sauf au niveau de la perte de down (Un holding en 1st&10 par exemple amène en 1st&20 alors qu’un sack fait perdre des yards mais amène l’adversaire en 2nd down). JPP fut l’auteur de pressions sur le QB mais n’a pas non plus réussi à amener le QB au sol. Cette fois ci la O-Line adverse n’est pas du même calibre et un gros match de nos deux DE permettrait d’aider à contenir Brees (on rappelle que la DL de l’année dernière pour ce même adversaire ressemblait à: Kerry Wynn – Johnathan Hankins – Jay Bromley – Robert Ayers).

Pronostic : Victoire 37-31

Depuis 2009, des Saints-Giants il y en a eu quatre. Les quatre fois le vainqueur a marqué plus de 48 points. On s’attend à moins cette fois. Eli et l’attaque de Big Blue devraient être capables de scorer beaucoup encore. La tache s’annonce plus compliquée pour les Saints face à cette nouvelle défense des Giants. Mais ça reste Drew Brees encore auteur d’un énorme match en Week 1.