2016 W10 Bengals @ Giants: Evaluations individuelles

Quelle gazelle !  Crédit : Giants.com

Quelle gazelle ! Crédit : Giants.com

Après la réaction à chaud de lundi soir, il est temps de revenir en détail sur ce match contre les Bengals, qui a vu les Giants décrocher un bilan de 6-3, avec les évaluations individuelles.

Le positif :

  • DE Olivier Vernon : Celui que vous avez élu homme du match sur Twitter (d’ailleurs, n’hésitez pas à aller voter à l’avenir, après tous les matchs des Giants on fera un sondage pour désigner, démocratiquement, qui mérite le « game ball ») a été énorme. Plus grosse signature de l’intersaison, il avait démarré timidement sa saison, gêné par une blessure au poignet. La bye week lui a fait du bien et il est revenu en grande forme. Sur ce match, il réalise 10 placages et 1 sack. Il aura mis une pression constante sur Andy Dalton mais également été impeccable en lecture de jeu (pour preuve, je pense à cette screen pour AJ Green en première mi-temps). Il semble sur la pente ascendante et c’est une grande nouvelle pour Big Blue.
  • DE Jason Pierre-Paul : Puisque je parle de Vernon, il me fallait aussi mentionner le gros match de JPP qui n’aura pas fait de sack mais été très bon encore une fois, notamment contre la passe (une passe déviée) et contre la course. La ligne est en train d’enfin exploiter son potentiel et peut emmener les Giants très haut.
  • CB Janoris Jenkins : Shutdown Corner. Voilà à quoi je pense que je pense à Jenkins désormais. Après son match face à Green qu’il a limité à 24 yards (pour rappel, Josh Norman avait lui concédé 20 yards juste en pénalité face à la star des Bengals), il a demandé du respect sur twitter, lui qui n’est pas souvent considéré comme un top cornerback. Pourtant, pas sur cette saison qu’il y ait plus de 5 CB qui jouent mieux que lui.
  • S Landon Collins : Avec une nouvelle interception et un très bon match en général, des voix s’élèvent pour réclamer l’élection de Collins en tant que MVP Défensif de la NFL. Il est d’ailleurs 5e dans la liste des bookmakers. Si cette récompense ne semblerait pas volée, cela semble très compliqué vu la fébrilité de l’AP (les journalistes qui votent pour les trophées de fin de saison) à récompenser des DB. Néanmoins, au-delà de ces récompenses, Collins, qui n’aurait toujours pas atteint son plein potentiel selon McAdoo, est devenu l’un des meilleurs safety de la ligue et l’un des leaders de la défense.
  • CB Eli Apple : Après un match désastreux contre les Eagles, il a parfaitement réagi et sorti un très bon match. Si cette irrégularité n’est pas particulièrement importante pour un rookie, sa capacité à rebondir est extrêmement appréciable.
  • QB Eli Manning : Son premier drive est magnifique, et sa capacité à gérer le pass rush agressif des Bengals a été salutaire. Surtout, il a fait un ajustement décisif avant la course décisive de Rashad Jennings sur 3&6 après avoir parfaitement lu la défense des Bengals. Encore quelques erreurs à gommer mais il est clairement mieux depuis quelques semaines.
  • WR Odell Beckham : 10 réceptions, 97 yards, 1 touchdown et joueur le plus rapide à passer la barre des 3500 yards à la réception en carrière ; le numéro 13 de Big Blue a passé un bon lundi soir. Très sérieux, concentré, il a su être décisif avec un tracé incroyable sur son touchdown où il a humilié Adam Jones sur un spin move.
  • La ligne offensive : Oui, elle a galéré contre Geno Atkins mais c’était Geno Atkins. Avec la blessure rapide de Brett Jones et l’obligation de sortir Marshall Newhouse après les snaps où il était aligné en TE, la tâche n’était pas aisée pour l’OL. Newhouse s’en ai honorablement sorti vu les circonstances (à un poste qui n’est pas le sien), Flowers a été très bon et on a vu du jeu au sol (122 yards au total sur le match, nous ne sommes plus la pire équipe de la ligue en moyenne par match !). Voilà pourquoi je les mets dans le positif. Ils ne sont clairement pas la meilleure ligne de la ligue mais ils s’accrochent et font leur boulot.
  • HC Ben McAdoo : Je l’ai très souvent critiqué mais force est de constater qu’il a fait un très bon match et que, de façon plus globale, c’est bien mieux depuis la bye week. Il aura eu le courage de tenter 2 quatrièmes tentatives, surtout la dernière, alors qu’on sortait d’un échec dans cet exercice et qu’il ne restait plus beaucoup de temps. De même, si appeler une course en 3&6 en fin de match peut être critiqué, je pense que c’est le bon choix car il a surpris la défense des Bengals avec cet appel (la preuve est que le safety et le LB sont sorti pour aller couvrir les receveurs). Eli a fait son ajustement de côté et Jennings a couru 9 yards, scellant la victoire des Giants. Je continue d’être moyennement emballé par le choix du personnel (98% en personnel 11, c’est à dire 1 RB et 1 TE), alors que la moyenne de la ligue en personnel 11 est à 58%. Mais au-delà de ça, McAdoo semble s’habituer au costume de HC et on ne peut que s’en réjouir.

Le moyen :

  • WR Sterling Shepard : Oui, le rookie est excellent, peut être le meilleur à son poste. Mais son drop inexcusable en 4e tentative aurait pu couter très cher. Il n’y a pas d’inquiétude sur le long terme, il reste un rookie et il s’est montré capable de réagir en marquant un touchdown sur un tracé similaire, à nouveau en 4e tentative (et ça confirme ce qu’on entend : il ne fait jamais deux fois la même erreur). Globalement, son match a été plutôt bon avec 5 réceptions pour 42 yards et un touchdown et, après un début de saison moyen (en dehors d’un très bon premier match), il semble mieux depuis la bye week.

Le négatif :

  • WR Roger Lewis Jr. : S’il a montré plein de bonnes choses depuis le mois d’aout, lui donnant une place de titulaire pour ce match en l’absence de Cruz, il a néanmoins livré un mauvais match, au point d’être benché pour Tavarres King. Si on avait déjà aperçu ses problèmes de drops, ce match aura été la confirmé, avec notamment un drop sur ce qui aurait dû être un gros gain avec une merveille de passe d’Eli le long de la ligne de touche. Lewis court bien ses tracés, arrive à offrir une solution de passe à son quarterback mais il lui faut gommer autant que possible ce problème, sous peine de ne pas pouvoir avoir une longue carrière NFL.
  • Les Specials Teams : Là aussi, ça fait plusieurs semaines. Après un retour de punt de Darren Sproles contre les Eagles qui aurait dû être un TD sans un sauvetage miraculeux de LB Keenan Robinson, les Bengals auront aussi exploité cette faille, avec un énorme retour de kickoff pour 80 yards en début de 2nd mi-temps.

 

2016 W10 – Bengals 20 @ Giants 21 : Enfin un match plein de Big Blue

Enfin ! Même si tout n’a pas été parfait, les Giants ont surement rendu ce soir leur meilleure copie de la saison. Face à un adversaire loin d’être imbattable mais qui disposaient quand même de sérieux arguments, les Giants ont été solides et ils ont gagné un match qu’ils ont globalement dominé, malgré des erreurs à corriger.

Le match part vite, tellement vite que je n’ai pas le temps de me boire un petit thé (malgré mon jeune âge, je vis parfois comme un vieux), qu’il y a déjà 7 partout. Après un super premier drive conclu à 6/6 pour Eli Manning, avec 6 receveurs différents trouvés, le quarterback trouve le rookie TE Jerrell Adams pour son premier touchdown en carrière. Mais voilà, s’il y a un truc que notre défense ne sait pas faire, c’est couvrir les TE. Quand elle en affronte un moyen, ça va, elle peut s’en sortir, quand c’est un pro bowler comme Tyller Eiffert, c’est plus compliqué. 3 passes suffisent à Andy Dalton pour trouver la end-zone et égaliser.

Le match va ensuite fortement baisser de rythme. Il n’y a pas grand chose à signaler, si ce n’est un bon Eli malgré une ligne offensive désastreuse, à la peine contre Geno Atkins. En effet, le jeune LG remplaçant Brett Jones n’a tenu qu’un drive avant de se blesser à la cuisse. Pour le remplacer, Big Blue va alterner entre le jeune Adam Gettis, qui avait été coupé en septembre dernier, et Marshall Newhouse, que tout le monde connait et qui doit jouer à un poste totalement différent du sien. Forcément, ça fait pas des miracles et si Eli peut se débrouiller, c’est très dur pour le jeu au sol.

Avec le forfait de Victor Cruz, le rookie UDFA Roger Lewis Jr. a du temps pour se montrer mais malheureusement pour lui sa première mi-temps n’aurait pas été bonne. S’il fait preuve de bonne volonté au bloc, ses mains semblent définitivement beurrées et une mauvaise route entraine une interception. Heureusement, notre défense est la meilleure de la ligue en redzone et les Bengals ne convertissent pas mais il passe devant : 10 à 7.

C’est aussi à ce moment que l’attaque reprend de l’allant. Au terme d’un drive très bien mené, Odell Beckham humilie Pacman Jones et se trouve seul dans la end-zone : New York est devant à la pause : 14 à 10.

Après l’hommage rendu à Ernie Accorsi, Justin Tuck et Tom Coughlin à la mi-temps, la seconde période commence sur le même rythme que la première, surtout pour les Bengals. Après un énorme retour de 84 yards sur le kickoff, RB Hill trouve la endzone des Giants. L’attaque de Big Blue n’avance plus mais le match vaut son pesant de cacahuètes pour le fait que Tom Coughlin soit invité des commentateurs d’ESPN et il s’est retrouvé, pendant 2 drives, à commenter les Giants et on sentait qu’il était encore à fond dedans et c’était vraiment très sympa à suivre. Bon sur le terrain en revanche, c’est assez moche et Cincinnati aurait pu/du inscrire un nouveau TD si le receveur n’avait perdu le contrôle du ballon juste après l’avoir attrapé devant la endzone, et relance l’insupportable débat « Qu’est ce qu’un catch ? ».

La troisième mi-teamps s’achève sur ce score de 20 à 14 pour les visiteurs mais sur un réveil de la défense et du jeu au sol de Big Blue, de quoi donner de l’espoir pour ce dernier quart-temps décisif dans une NFC East tellement serrée, vers le haut cette année.

Profitant du bon positionnement des Giants en ce début de dernier quart, les Giants se retrouvent en 1st & Goal. Les 3 tentatives ne donnent rien et, alors qu’il est à 3 yards de l’enbut, McAdoo décide de jouer la quatrième tentative. Pari gagnant puisqu’Eli trouve Sterling Shepard qui marque pour la seconde semaine consécutive. Les Giants repassent devant 21-20.

Et puis, les Bengals vont convertir 2 3e tentatives, chose qu’ils n’avaient pas réussi depuis le début du match. La dernière fait mal puisqu’elle arrive sur un holding de Jenkins alors que Cincinnati était en 3rd & 15. Mais c’est pas grave, sur l’action qui suit, Dalton se fait intercepter par le meilleur safety de la ligue (oui, le mot est lâché), Landon Collins qui amasse sa 4e interception en 3 matchs. On sent le vent tourner en notre faveur, ça va mieux, on pense à la victoire. C’est donc ce moment que choisit Eli pour balancer une bombe deep à notre receveur numéro 5 (Tavares King) qui fait face à une triple couverture. Evidemment, ça se finit avec une interception et un espoir relancé aux Bengals.

Mais les Giants tiennent. L’attaque avance ce qu’il faut, la défense n’accorde plus rien aux oranges et Dalton doit faire face à 3 défenseurs sur lui à chaque snap tant sa protection craque. Il reste 2 temps morts à Cincinnati et 3 minutes 10 à écouler. Rashad Jennings va s’en charger en convertissant notamment une difficile 3 & 6. Une autre grosse course plus tard, il scelle définitivement la victoire des Giants. New York est à 6-3 dans l’infernale division East de la NFC mais a rendu une copie très intéressante avec de vraies bonnes choses, que ce soit la défense (notamment le pass rush et Collins) ou l’attaque (dont un jeu au sol qui a pris plus de 100 yards ce soir).

2016 W5 – Giants @ Packers : Big Blue trop faible

Il y a 3 semaines, les Giants étaient à 2-0 et se sabordaient salement face aux Redskins dans un match qu’ils auraient du gagner. Aujourd’hui, après trois vilains matchs, ils sont à 2-3, en négatif. Il reste un match, à Londres. Il reste 2 matchs abordables (Ravens à New York et les Rams à Londres) avant la semaine de repos pour revenir dans le positif.

La première mi-temps a été affreuse. Presque tout est à jeter et, honnêtement, c’est presque un miracle que les Giants ne soient pas totalement largués au retour des vestiaires. Après un premier drive de plus de 8 minutes et avec 4 3e tentatives converties, Green Bay ouvre la marque grâce à une passe de Rodgers qui trouve Nelson qui s’était bien débarrassé d’Eli Apple, surement encore en délicatesse avec son ischios (il quittera le terrain peu après). De l’autre côté, l’attaque n’avance pas. Eli Manning rate tout ou presque, la ligne offensive souffre, surtout RT Bobby Hart et les receveurs droppent des passes attrapables (mais loin d’être parfaites). Rajoutons aussi (parce que ça ne serait pas drôle autrement) que les Giants se remettent une bonne balle dans le pied en accumulant les pénalités (forcément idiotes). LT Ereck Flowers continue d’ailleurs son ratio d’au moins une pénalité par semaine.

Mais s’acharner sur l’attaque, qui le mérite, risquerait de nous faire oublier de nous en prendre à la défense. Encore une fois, les rotations sont douteuses (mais à l’opposé de la semaine dernière). Là, on voit des snaps sans Olivier Vernon et Jason Pierre-Paul sur le terrain. Mais même lorsqu’ils le sont, on ne les voit pas. Aaron Rodgers dispose d’un temps absolument hallucinant pour lancer. Alors pourquoi les Giants ne sont menés que 17-6 à la mi-temps ? Parce que CB Janoris Jenkins a été, encore une fois, absolument énorme et qu’il s’est permis d’intercepter Rodgers par deux fois, lors de la seule première mi-temps. La seule satisfaction du match à la pause.

La deuxième mi-temps est un peu mieux. Un peu. La défense bloque plus facilement l’attaque des locaux, l’attaque avance un petit peu mais ça reste très médiocre. Surtout, on commet toujours des erreurs stupides, on prend des flags stupides et on rate des placages. Si le 3e quart se résume à un échange de field goals, le quatrième ne verra pas les Giants prendre l’avantage, malgré une attaque qui avance enfin et un superbe touchdown d’Odell qui va embrasser le filet du kicker. Mais c’est trop tard, le match est perdu avec une nouvelle conversion des Packers sur 3e tentative. Big Blue ne méritait de toute façon pas mieux. Avec cette défaite, New York est en négatif, dernier de la division et avec des playoffs qui semblent de plus en plus loin.

2016 W3 : Redskins 29 @ Giants 27

Crédit photo: Redskins.com

On l’a bien méritée cette défaite.

Entre niveau de jeu médiocre sur tous les tableaux, pénalités idiotes et turnovers, les Giants n’ont rien fait pour s’assurer une victoire pourtant à leu portée.

Les Gmen ont pourtant bien démarré la rencontre avec un TD de Vereen à la suite d’un muffed punt des Skins suivi d’un très beau TD du rookie Sterling Shepard sur la série d’après.

Mais côté défense, les Giants n’étaient tout simplement pas à la hauteur. Malgré quelques coups d’éclat, l’escouade de Steve Spagnuolo a concédé énormément de big plays aux Skins alors qu’elle était jusqu’à ce match la seule défense à n’avoir accordé aucune action de plus de 30 yards.

Sur ce match, DeSean Jackson a marqué un TD de 44 yards et Jamison Crowder a marqué sur une screen pass de 55 yards.

Ce match aurait pu rester sous contrôle si l’attaque n’avait pas continué à perdre autant de ballons: deux fumbles perdus (par Shane Vereen et Eli Manning) ainsi que deux interceptions.

Ajoutez à ça un nombre incalculable de pénalités absolument idiotes qui ont notamment abouti à l’expulsion de Weston Richburg et à l’annulation d’un punt bloqué (je ne savais pas qui était Andrew Adams jusqu’à hier soir et maintenant je veux qu’il soit au chômage), et vous avez la recette parfaite pour une belle défaite contre un rival de division qui était pourtant au fond du trou.

Et mention spéciale à l’arbitrage qui était particulièrement mauvais. Et je ne dis pas ça parce qu’on a perdu. Non, non, non. Il était mauvais pour les deux équipes et je pense honnêtement que les Redskins en ont bien plus souffert que nous. Mais leur discipline et soin du ballon leur ont permis de décrocher leur première victoire de la saison.

Résultat: Défaite 29-27

2016 W2 Saints @ Giants: Evaluations individuelles

Crédit photo: Giants.com

Il est temps de passer en revue les prestations de quelques qui se sont fait remarquer en bien, mais aussi en mal.

Le positif:

  • La défense: Comme on l’a dit dans le précédent billet, maintenir Drew Brees et les Saints sous 300 yards et déjà un exploit en soi. Ce match n’aurait pas été gagné sans la performance du groupe de Steve Spagnuolo:
    • Landon Collins: Beaucoup de gens ont critiqué Collins durant sa saison rookie vu son inefficacité au poste de FS. Mais voilà, Collins n’a jamais été un FS et ne le sera jamais. Ce n’est pas son rôle. Et quand les Giants l’utilisent comme SS, on comprend pourquoi ils ont décidé de faire un trade up pour le sélectionner au début du second tour. Collins a enregistré 6 placages et un sack. Mais ce qu’il faut surtout retenir c’est que le #21 était partout sur le terrain et filait sur sa cible comme un véritable missile. Bref, on espère que ça continuera comme ça.
    • Janoris Jenkins: Encore de très bonnes couverture de la part de l’ancien Ram (10 passes tentées, 7 réceptions mais seulement 49 yards) et très actif en run support (8 placages). Mais le fait de match le plus marquant pour Jenkins reste son TD de 65 yards à la suite du FG bloqué par Johnathan Hankins.
    • Johnathan Hankins: Eh bien parlons-en justement de Big Hankins. Il a littéralement transpercé la ligne offensive des Saints pour bloquer le FG. Mais le #95 ne s’est pas arrêté là. Il était très actif sur la DL et a d’ailleurs obtenu la 5e meilleure note défensive des Giants selon PFF.
  • Victor Cruz: Si Cruz veut obtenir le Comeback Player of the Year Award, il est très bien parti. Après avoir attrapé le TD de la victoire contre les Cowboys, il a réalisé une superbe réception en fin de match qui a permis aux Giants d’être en parfaite position pour un FG facile. On oublierait presque le vilain fumble du début de match qui en temps normal lui aurait valu un tour dans la section « Médiocre » mais là je suis de bonne humeur donc je passe l’éponge. Au total Cruz a attrapé 4 passes pour 91 yards.
  • Sterling Shepard: Les Giants ont vraiment fait du beau travail avec ce jeune WR drafté il y a quelques ann… pardon?… vraiment?… On me dit dans mon oreillette que Sterling Shepard est un rookie tout juste drafté par les Giants. Au temps pour moi, je l’ai confondu avec Rueben Randle, l’autre WR drafté au 2nd tour qui aurait dû devenir une star. Il est trop tôt pour dire ce que deviendra Shepard mais en tout cas avec 8 réceptions (sur 8 passes tentées) pour 117 yards, il est certainement en bonne voie.
  • Eli Manning: Pas de TD et un fumble sur sack viennent ternir le tableau mais à part ça, Eli était au top: 32/41 pour 368 yards. Il aurait peut être un ou deux TD si Odell Beckham avait fait quelques efforts mais bon, c’est comme ça.

Le médiocre:

  • Odell Beckham: Généralement avoir 8 réceptions pour 86 yards c’est pas trop mal. Mais pour OBJ c’est quand même un peu décevant, surtout si on tient compte du drop de fin match alors qu’Eli lui avait lancé une balle parfaite qui aurait pu finir dans l’endzone des Saints.

Le négatif:

  • « Take care of the Duke »: Si vous ne connaissez pas le Duc, sachez qu’il s’agit du petit surnom donné par Ben McAdoo. Et le nouvel head coach n’arrête pas de répéter la même chose à ses joueurs depuis la 1e semaine. Sauf que là, les 3 fumbles consécutifs en 1e mi-temps nous ont un peu irrité. Il est d’ailleurs impressionnant qu’on ait quand même gagné le match en prenant si peu soin du ballon.
  • Le running game: Faire 32 courses pour 64 yards est juste désolant. Il y avait un mix de mauvais blocking et de mauvais choix des RB.
  • Marshall Newhouse: On vous avait dit que la DL des Cowboys était particulièrement mauvaise…

En tout cas, même si on est à 2-0 (ce qui n’était pas arrivé depuis 2009), je dois dire que je suis un peu inquiet. Notre attaque n’est pas au niveau qu’on attendait. Marquer juste 20 points contre une très mauvaise défense des Cowboys et aucun TD offensif contre une équipe des Saints qui n’est pas réellement dominante défensivement (ces dernières années en tout cas) sont de très mauvais signes pour moi. Les Giants vont avoir besoin d’être plus productifs si ils veulent espérer gagner plus de 8 matchs cette saison.

2016 W1 Giants @ Cowboys : Evaluations individuelles

Petit à petit, on commence à retrouver nos esprits du match d’hier. Si ce match a été loin d’être parfait, et qu’il n’a pas lever tous les doutes sur nos capacités à aller loin, il nous a donné plusieurs motifs de satisfaction.

Résultat : Victoire 20-19

Le positif :

  • WR Victor Cruz : Comment ne pas commencer par lui ? Comment retenir autre chose dans ce match que lui ? En termes de jeu pur, Cruz a fait un match correct (4 réceptions, 34 yards et un touchdown), sans plus. Mais ça faisait 700 jours qu’on ne l’avait pas vu jouer en NFL. 700 jours sans un des joueurs les plus charismatique des Giants, qui aura marqué l’épopée vers le titre de 2011-2012. Même si on peut encore avoir des doutes sur sa vitesse et ses capacités à prendre des yards après catch, il n’a en revanche rien perdu de son intelligence (sa patience sur le touchdown est impressionnante, il se fait totalement oublier), de ses tracés et de son explosivité au snap. Sur le plan du jeu on ne peut pas encore affirmer qu’il est totalement de retour, mais sur le plan des émotions, il n’y a aucun doute ; sa salsa en fin de match sera sans nul doute un moment marquant de la saison 2016 des Giants.

Lire la suite

Prévision de l’effectif 2016 – Version finale

Crédit : bigblueview.com

Qui dit fin de présaison dit, malheureusement coupes. Cette période particulière où les équipes peuvent libérer un futur grand joueur ou alors garder un joueur qui ne fera plus rien qu’un bon training camp dans sa carrière (l’an passé, Uani Unga avait été la révélation de l’été, puis il a été complètement nul lors de la saison; on espère quand même qu’il pourra rebondir). Les prédictions sont compliqués à faire car il nous manque un aspect fondamental, le comportement des joueurs. En effet un joueur moins bon mais plus sérieux et régulier qu’un autre a plus de valeur pour une équipe mais c’est difficile à déceler pour nous, fans à des milliers de kilomètres. Plusieurs UDFA semblent en mesure de figurer dans l’effectif final. En revanche, cela devrait être trop dur pour Anthony Dablé qui devrait rebondir dans le practice squad et avoir une nouvelle chance l’an prochain.

Attaque (26) :

Quarterbacks (2) : Eli Manning, Ryan Nassib

Malgré une présaison moyenne, il n’y aura pas de changement pour cette escouade.

Running Backs (4) : Rashad Jennings, Shane Vereen, Paul Perkins, Bobby Rainey
IN : Bobby Rainey / OUT : Andre Williams

On peut penser que j’ai un problème avec Darkwa que je n’avais déjà pas retenu dans mon effectif des 53 l’an dernier mais je trouve ses lacunes au block bien trop importante pour la NFL. Pour Williams, cet été se sera résumé à un bon premier match puis plus rien. Je pense que le staff a lâché avec lui. J’ai donc choisi de garder Rainey car il court tout aussi bien que Darkwa, mais est une très bonne force en ST, notamment en retour de punt (Harris excellant surtout en retour de kick). Il a un vrai souci avec les fumbles et ça peut lui couter sa place mais je préfère espérer que ça n’arrivera pas plutôt que de voir la santé d’Eli mise en cause par l’incapacité d’un running back à bloquer.

Lire la suite