2016 W13 – Giants 14 @ Steelers 24 : New York retombe dans ses travers

Voilà, la série de 6 victoires consécutives a pris fin et d’une manière plutôt moche. Si les 6 adversaires précédents des Giants étaient plutôt faibles, les Steelers étaient un véritable test. Et on ne peut pas dire qu’il se soit bien passé.

Je n’ai pas le temps, et pas vraiment l’envie non plus, de faire le résumé du match tant il n’y a pas grand chose à dire. New York a été surclassé dans tous les domaines de jeu, n’a jamais fais illusion, malgré l’écart final pas si important, sauf après le touchdown de Jennings dans le 3e quart pour ramener Big Blue à 7 points de Pittsburgh. Je ferrai l’analyse individuelle dans la semaine (et pour le coup, il y a plein de choses à dire) mais collectivement, c’était un naufrage. Cette défaite pourrait être encore pire selon l’indisponibilité de Jason Pierre-Paul, blessé au genou. Il y a également eu des alertes pour Johnathan Hankins et Damon Harrison mais ces derniers sont revenus en jeu.

Cette défaite n’est pas catastrophique dans la course aux Playoffs avec la défaite des Redskins mais elle vient porter un sale coup à la confiance de Big Blue. Le prochain match serait très important face à des Cowboys au top. La mauvaise nouvelle est qu’ils n’ont plus perdu depuis la semaine 1, la bonne est que c’était face aux Giants.

Tuck, Accorsi et Coughlin intégrés au Ring of Honor

Crédit : Giants.com

Crédit : Giants.com

Depuis 2010, les Giants disposent d’un Ring of Honor, issu de la volonté de John Mara d’honorer les plus grands Giants de l’Histoire, ceux qui ont participés à faire de cette franchise l’une des plus grandes, et des plus victorieuses, de la ligue. Après les 30 premiers noms en 2010 (dont Simms, Taylor, Gifford ou Strahan), 5 nouveaux membres avait rejoint cette anneau (dont Carl Banks ou Mark Bavaro) l’année suivante. Après une pause de quelques années, de nouveaux membres avaient été ajoutés l’an dernier (John Jonhson, Jack Lummus, Chris Snee et Osi Umenyiora). Et ils auront tous 3 nouveaux copains dès lundi avec l’arrivée de GM Ernie Accorsi, HC Tom Coughlin et de DE Justin Tuck, portant ainsi à 42 le nombre de membres de ce club des légendes.

Lire la suite

Preview 2016 W5: New York Giants (4-3) @ Philadelphia Sheagles (4-3)

Giants-Eagles, cela évoque chez n’importe quel fan d’une de ces équipes un sentiment particulier. Un mélange d’excitation de match qu’on aime vivre, avec de la rancœur envers une équipe qu’on déteste, de la peur à l’idée d’une défaite qui aiderait les autres et qui entrainerait des moqueries pendant le reste de la saison, mais également des vannes envers l’autre, soit parce qu’elle a perdu un match dans une situation comique, soit parce que la dernière fois qu’elle a gagné quelque chose, De Gaulle était le président de la République et qu’elle ne sait pas à quoi ressemble un Lombardie trophy en vrai.

Au-delà de la rivalité, ce match est décisif pour deux équipes en positif à la mi-saison mais qui sont déjà détachées de la première place de la division. Si ce n’a pas toujours été le cas, cette opposition est vraiment passionnante entre des Giants qui semblent par exploiter leur potentiel au maximum et des Eagles qui disposent d’une défense terrifiante. D’ailleurs, ces Eagles me font penser aux Rams qu’on a battu il y a deux semaines, même si l’équipe de Pennsylvanie dispose d’un bon quarterback, mais qui reste un rookie, donc susceptible d’erreurs.

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : S Darrian Thompson (pied), DE Kerry Wynn (commotion)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : RT Marshall Newhouse (cuisse), S Nat Berhe (commotion), QB Ryan Nassib (coude droit), RB Bobby Rainey (cuisse)
  • Participation probable : N/A

Lire la suite

2016 W7 – Giants 17 @ Rams 10 : Landon Collins appelle au réveil de Big Blue

Landon Collins cassant tous les placages sur sa route Crédit : Sports Illustrated

Que c’était moche ! Dans un match aussi indigeste qu’un repas britannique, New York a encore raté son entame de match. Heureusement bien aidé par la faiblesse de l’opposition, les hommes de Ben McAdoo sont parvenus à renverser la vapeur et à gagner le second match de l’histoire des Giants à Londres (le premier et seul match ayant été remporté face aux Dolphins en 2007), pour la première opposition sportive de l’Histoire de Twickenham qui ne soit pas du rugby (le stade ayant été construit en 1909).

Le premier quart-temps est de nouveau une horreur sans nom pour les Giants. Si la semaine dernière, Big Blue avait relâché le ballon dès le premier jeu, cette semaine, ils auront au moins attendu le second pour redonner le ballon aux Rams qui n’en demandaient pas tant. Quelques actions plus tard, Keenum trouve Tavon Austin dans la endzone et Los Angeles mène 7-0. Quelques attaques mal gérées par les Giants plus tard, Zuerlein, le kicker des « locaux », rajoute 3 points pour son équipe.

Lire la suite

2016 W5 – Giants @ Packers : Big Blue trop faible

Il y a 3 semaines, les Giants étaient à 2-0 et se sabordaient salement face aux Redskins dans un match qu’ils auraient du gagner. Aujourd’hui, après trois vilains matchs, ils sont à 2-3, en négatif. Il reste un match, à Londres. Il reste 2 matchs abordables (Ravens à New York et les Rams à Londres) avant la semaine de repos pour revenir dans le positif.

La première mi-temps a été affreuse. Presque tout est à jeter et, honnêtement, c’est presque un miracle que les Giants ne soient pas totalement largués au retour des vestiaires. Après un premier drive de plus de 8 minutes et avec 4 3e tentatives converties, Green Bay ouvre la marque grâce à une passe de Rodgers qui trouve Nelson qui s’était bien débarrassé d’Eli Apple, surement encore en délicatesse avec son ischios (il quittera le terrain peu après). De l’autre côté, l’attaque n’avance pas. Eli Manning rate tout ou presque, la ligne offensive souffre, surtout RT Bobby Hart et les receveurs droppent des passes attrapables (mais loin d’être parfaites). Rajoutons aussi (parce que ça ne serait pas drôle autrement) que les Giants se remettent une bonne balle dans le pied en accumulant les pénalités (forcément idiotes). LT Ereck Flowers continue d’ailleurs son ratio d’au moins une pénalité par semaine.

Mais s’acharner sur l’attaque, qui le mérite, risquerait de nous faire oublier de nous en prendre à la défense. Encore une fois, les rotations sont douteuses (mais à l’opposé de la semaine dernière). Là, on voit des snaps sans Olivier Vernon et Jason Pierre-Paul sur le terrain. Mais même lorsqu’ils le sont, on ne les voit pas. Aaron Rodgers dispose d’un temps absolument hallucinant pour lancer. Alors pourquoi les Giants ne sont menés que 17-6 à la mi-temps ? Parce que CB Janoris Jenkins a été, encore une fois, absolument énorme et qu’il s’est permis d’intercepter Rodgers par deux fois, lors de la seule première mi-temps. La seule satisfaction du match à la pause.

La deuxième mi-temps est un peu mieux. Un peu. La défense bloque plus facilement l’attaque des locaux, l’attaque avance un petit peu mais ça reste très médiocre. Surtout, on commet toujours des erreurs stupides, on prend des flags stupides et on rate des placages. Si le 3e quart se résume à un échange de field goals, le quatrième ne verra pas les Giants prendre l’avantage, malgré une attaque qui avance enfin et un superbe touchdown d’Odell qui va embrasser le filet du kicker. Mais c’est trop tard, le match est perdu avec une nouvelle conversion des Packers sur 3e tentative. Big Blue ne méritait de toute façon pas mieux. Avec cette défaite, New York est en négatif, dernier de la division et avec des playoffs qui semblent de plus en plus loin.

Preview 2016 W5: New York Giants (2-2) @ Green Bay Packers (2-1)

Nicks attrapant une passe Ave Maria d’Eli Manning lors des playoffs 2012, juste avant la mi-temps Credit: Mark Hoffman

Après avoir gâché un bon départ en se sabordant, Big Blue retourne dans la NFC North pour affronter le dauphin de cette division, qui sort d’une semaine de repos mais qui fait un début de saison moyen, tout comme les Giants. Si le froid n’a pas du totalement arrivé dans le Wisconsin, jouer au Lambeau Field reste très particulier et les équipes qui viennent s’y imposer ne sont jamais si nombreuses. Malgré un début de saison hésitant, les Packers disposent de joueurs capables de te faire gagner n’importe quel match et, avec la faculté des Giants à se tirer une balle dans le pied, l’issue de ce match semble totalement incertaine.

Lire la suite

Color Rush et Hall of Fame

2 petites news rapides !

Tout d’abord, la NFL a étendu cette année son programme Color Rush pour célébrer les 50 ans de la diffusion télévisée de ses matchs en couleur. Cette initiative avait été lancée la saison dernière notamment pour le match Ketchup / Moutarde… euh pardon ! Rams / Buccaneers.

Les Giants ont donc dévoilé cette semaine le maillot version Color Rush qu’ils porteraient le 22 décembre 2016 lorsqu’ils rencontreront les Philadelphia Eagles pour le match retour.

Lire la suite