Tuck, Accorsi et Coughlin intégrés au Ring of Honor

Crédit : Giants.com

Crédit : Giants.com

Depuis 2010, les Giants disposent d’un Ring of Honor, issu de la volonté de John Mara d’honorer les plus grands Giants de l’Histoire, ceux qui ont participés à faire de cette franchise l’une des plus grandes, et des plus victorieuses, de la ligue. Après les 30 premiers noms en 2010 (dont Simms, Taylor, Gifford ou Strahan), 5 nouveaux membres avait rejoint cette anneau (dont Carl Banks ou Mark Bavaro) l’année suivante. Après une pause de quelques années, de nouveaux membres avaient été ajoutés l’an dernier (John Jonhson, Jack Lummus, Chris Snee et Osi Umenyiora). Et ils auront tous 3 nouveaux copains dès lundi avec l’arrivée de GM Ernie Accorsi, HC Tom Coughlin et de DE Justin Tuck, portant ainsi à 42 le nombre de membres de ce club des légendes.

Lire la suite

Justin Tuck prend sa retraite

Crédit photo: SB Nation

« With the 74th pick in the 2005 NFL Draft, the New York Giants select… Justin Tuck, defensive end, Notre Dame ! »

C’est ainsi que commença la carrière professionnelle de ce jeune prodige venu d’Alabama. Les scouts estimaient que Tuck avait suffisamment de talent pour être sélectionné dans la seconde moitié du premier tour, mais c’est finalement au 3e tour qu’on appellera enfin son nom. Le joueur surnommé « The Freak » par ses coéquipiers de Notre Dame avait subi une chute de production en 2004 après un petit souci au genou à la fin de la saison 2003. Vous pouvez en savoir plus sur ce qu’on disait de lui à l’époque en suivant ce lien.

Malgré la déception, Tuck eu tout de même eu la chance de commencer sa carrière derrière le légendaire Michael Strahan et son acolyte Osi Umenyiora.

Je ne pourrais pas vous en dire beaucoup sur le début de carrière de Tuck car la première fois que je l’ai vu jouer c’était un matin de février 2007. Le 3, pour être précis.

Tuck avait accumulé 10 sacks cette saison et faisait partie du trio infernal qui brisa les rêves des Patriots, jusque là invaincu, en harcelant à maintes reprises l’incroyable Tom Brady. C’est en regardant Michael Strahan, Osi Umenyiora et Justin Tuck que j’ai appris ce qu’était un sack.

A la suite du départ à la retraite de Michael Strahan, Tuck titulaire et capitaine de l’équipe. Quand on lui demandait si il ressentait une quelconque pression, sa réponse était digne du leader défensif qu’il allait devenir:

« De la pression? Je suis assez intelligent pour me rendre compte qu’il n’y a qu’un Strahan et qu’il n’y aura toujours qu’un Strahan. Je ne cherche pas à remplacer Michael Strahan. J’essaye juste d’aider cette équipe à gagner. Je ne vais pas m’ajouter de la pression sur le dos en tentant d’obtenir 22 sacks en une saison. »

Cette saison, il obtint cette saison 12 sacks (son record personnel), 3 fumbles forcés, 2 passes et une interception. Grâce à ses performances sur le terrain, il fut sélectionné pour la première fois de sa carrière au Pro Bowl et à la première équipe All-Pro.

En 2009, il vit sa production baisser de moitié à cause d’une blessure subie en septembre à cause de l’infâme Flozell Adams. Mais Tuck retrouva rapidement le chemin du Pro Bowl en 2010 en enregistrant 11,5 sacks, 76 placages (record personnel) et 6 fumbles forcés (record personnel). On se souvient en particulier de son match contre les Giants quand il sacka 3 fois Jay Cutler (sur ce match les Giants enregistrèrent 10 sacks).

La saison 2011 fut un peu compliquée pour Tuck, encore une fois à cause des blessures. Il n’enregistra que 5 sacks mais se rattrapa pendant les playoffs avec 3,5 sacks en 4 matchs. Certains pensaient qu’il allait remporter le titre de MVP du match avant qu’Eli vienne lui voler sa récompense disait il en blaguant.

En 2012, le defensive end n’obtint que 4 sacks mais il se rattrapa en 2013 avec 11 sacks. Le joueur ne resigna cependant pas avec l’équipe.

Après avoir signé un contrat de 2 ans pour 10 millions $ chez les Raiders, Tuck avait exprimé sa frustration en disant que les Giants lui avaient manqué de respect en faisant une offre trop faible. Le joueur n’espérait pas qu’ils égalent l’offre des Raiders mais s’attendait tout de même à un effort de la part des Gmen.

Finalement, Tuck joua presque une saison complète chez les Raiders mais seulement 5 matchs en 2015.

Aujourd’hui Justin Tuck explique qu’il a été très tiraillé entre jouer ou prendre sa retraite. Au final, il a décidé qu’après 11 saisons, il était temps de mettre un terme à sa carrière de footballeur professionnel.

On ne peut que saluer ce joueur qui non seulement était un bon joueur défensif mais aussi un excellent leader.

Personne n’ira prétendre qu’il joue dans la même cour que Michael Strahan ou encore Lawrence Taylor. Cependant Tuck est quand même un joueur qui a marqué l’histoire des Giants. Si on peut dire qu’il est improbable qu’il se retrouve au Hall of Fame, on peut affirmer qu’il mérite sa place au sein Ring of Honor des New York Giants.

Merci monsieur Tuck. Les fans francophones vous souhaitent toute la réussite que vous méritez dans votre vie après la NFL.

***

Autres news:

Le siège de Jerry Reese commencerait-il à chauffer? – 3e partie

Comme promis, attaquons la 3e partie de cette série dédiée au GM des Giants, Jerry Reese. Nous analyserons ici différents échanges réalisés par Reese ainsi que certaines crises auxquelles il a dû faire face.

LES ECHANGES

Reese fait partie de ces GM qui préfère les petits échanges avec des choix de fin de drafts plutôt que de courir après des gros joueurs en distribuant des hauts choix de draft. En fait, à part l’échange de Jeremy Shockey aux Saints, Reese s’est toujours contenté d’effectuer des petits trades.

L’échange de Jeremy Shockey a eu lieu après le Super Bowl XLII en 2008. Le TE titulaire des Giants avait loupé la fin de la saison à cause d’une blessure et semblait être en froid avec l’équipe. Il avait d’ailleurs assisté au Super Bowl depuis une loge privée au lieu d’être sur la touche avec son équipe.
Reese pensant avoir trouvé un remplaçant idéal en la personne de Kevin Boss, décida de se séparer de l’ancien chouchou d’Ernie Accorsi en l’envoyant aux Saints pour un choix de second tour et un choix de 5e tour à la draft 2009. L’affaire était plutôt bonne pour les Giants qui se séparaient d’un joueur avec un caractère difficile en échange de choix de draft supplémentaires. Dommage que ces choix aient servi à sélectionner LB Clint Sintim et QB Rhett Bomar.

Lire la suite

Le siège de Jerry Reese commencerait-il à chauffer? – 2e partie

Crédit photo: Bleacher Report

Après avoir fait le bilan de Jerry Reese à la draft, tournons nous vers la free agency et la gestion des contrats.

Avant de succéder à Ernie Accorsi, Reese avait le titre de Director of Pro Personel. Autrement dit, il était en charge de signer de nouveaux joueurs trouvés via la free agency et gérer les contrats des joueurs déjà dans l’équipe. Je ne saurais vous dire si il jouait un rôle dans la conclusion des échanges sous Accorsi mais depuis qu’il est GM, c’est lui qui les valide. Si je prends la peine de vous dire tout ça c’est pour montrer qu’en matière de free agency et contrat, Reese a de l’expérience et sait y faire.

Faisons d’abord le bilan de la free agency avant d’évaluer la gestion des contrats.

LA FREE AGENCY

Depuis qu’il est GM, Reese n’a jamais été du genre à faire beaucoup de bruit en free agency. Contrairement à d’autres équipes, le front office des Gmen reste à l’écart des surenchères que font certaines équipes pour des gros noms du marché des unrestricted free agent. Au contraire, Reese privilégie généralement des joueurs second rang en terme de valeur de free agency.

Mais est ce que cette stratégie a été payante au cours des années ? Car si se tenir à l’écart des grands noms permet de faire des économies et de signer plus de joueurs moins chers, ce choix réduit également les chances de renforcer l’effectif avec un joueur talentueux.

Lire la suite

2015 W10 Patriots 27 @ Giants 26 : Résumé & Evaluations individuelles

Crédit photo: Patriots.com

Presque.

C’est le mot qui nous vient à l’esprit quand on pense à cette défaite des Giants contre les Patriots. OBJ a presque marqué ce qui aurait pu être le TD de la victoire. Collins a presque réalisé l’interception qui aurait mis fin au match. Et le tir de Stephen Gostkowski était presque raté…

Presque !

Mais voilà, en NFL, il n’y a pas de presque. Il n’y a pas de quasi victoire (sauf si on considère le rare cas du match nul) et surtout il n’y a pas de quasi-réception. Dimanche les Giants ont fait les frais de cette règle impitoyable.

On a vu une équipe qui a su enrayer la machine de guerre offensive de New England – sur ses 11 séries offensives, les Patriots n’ont marqué que 5 fois dont 3 FG – tandis qu’Eli Manning & cie enchaînaient les grosses actions.

Jusqu’au bout on a espéré une victoire de Big Blue contre des Patriots invaincus (on aime bien gâcher les petits plaisir de nos rivaux de Foxboro, il faut bien l’admettre). Mais voilà, un TD loupé, une interception incomplète et un FG qui frôle l’intérieur du poteau gauche suffisent aux Patriots de mener au score avec 1 seconde au chrono. Je vous épargne ce qui s’est passé sur la dernière action, ça vaut mieux.

Résultat: Défaite 27-26

Lire la suite

Les Giants en vrac…

Les Giants en vrac

Les Giants étaient plutôt pessimistes quant aux chances de retour de Jason Pierre-Paul cette saison. Mais il semblerait que selon les estimations « optimistes » de l’équipe, JPP pourrait participer aux 4 dernières rencontres de la saison.

Après que Daniel Fells ait été placé sur l’IR, les Giants ont utilisé leur place libre dans l’effectif pour signer WR Myles White du practice squad des Green Bay Packers. Quelques part, certains fans des Giants râlent encore parce qu’on n’a pas gardé James Jones.

Daniel Fells ayant été placé sur l’IR après avoir été diagnostiqué d’une infection de staphylocoque, les Giants ont passé leurs locaux au peigne fin pour éviter que celle-ci ne se propage.

Dimanche prochain, les Giants célèbrerons l’intronisation de Chris Snee et Osi Umenyiora dans le Giants Ring of Honor.

Il se pourrait bien que toutes les plaintes des Bills soient injustifiées. Comme on peut lire dans cet article, les Bills ont été à l’origine de plusieurs incidents contre Odell Beckham Jr. (et parfois non sanctionnés) et parfois même contre d’autres joueurs comme Cullen Jenkins.

Cullen Jenkins trouve d’ailleurs « comique » que les Bills se plaignent autant.

Victor Cruz – dont le retour sur le terrain a été retardé – espère pouvoir jouer contre les Philadelphie Eagles en 6e semaine.

La NFL compte expérimenter les caméras de touche lors des matchs des Jets et Giants au MetLife Stadium.

Osi Umenyiora : « Rien de tel que d’être un Giant »

Ça y est, Osi Umenyiora est retraité. Le joueur a signé aujourd’hui un contrat d’un jour avec Big Blue et a pris sa retraite en tant que Giant. Il a ensuite donné une excellente conférence de presse, permettant de rappeler sa sympathie, son humour et ses talents d’orateur. Retour sur ce jour particulier.

Toute cette journée, les Giants s’étaient rappelés, via les réseaux sociaux, les moments marquants de l’ex #72 au long de sa longue carrière en bleu, démarrée lors de la draft 2003 (au 2nd tour) et qui a pris fin il y a deux ans, lorsqu’Osi signa un contrat avec les Falcons d’Atlanta.

Pour ceux qui ne sont pas au courant, il faut savoir que sa carrière à New York aurait pu être bien plus courte. En effet, lors de la draft 2004, les Giants voulaient QB Eli Manning, drafté par les Chargers. Ce dernier ne voulant pas jouer à San Diego, les Chargers avaient proposé aux Giants un échange pour Eli qui incluait Osi Umenyiora. Bien qu’amoureux d’Eli, Ernie Accorsi, le GM des Giants de l’époque, refusa de laisser partir son jeune DE et rejeta l’offre des Chargers. Bien lui en a pris car un accord pour Manning a finalement été trouvé contre des choix de drafts permettant au quarterback et au defensive end de gagner des titres ensemble, à New York.

On était déjà revenu en particulier sur la carrière d’Osi le mois dernier, à l’annonce de sa future retraite. Aujourd’hui, ce sont les hommages qui se sont multipliés pour le quatrième meilleur sacker de l’Histoire des Giants.

Tom Coughlin : « Lorsque je repense au Super Bowl 42, je voit 92 (Strahan), 72 (Osi) et 91 (Tuck) sortir alors que Tom Brady est allongé sur le terrain. C’est magnifique ».

Son ami et autre terreur des QB Justin Tuck a indiqué qu’il était heureux de voir Osi prendre sa retraite en tant que membre des Giants. Selon lui, même si Umenyiora n’a pas enregistré de sack lors du Super Bowl 42, il a passé sa soirée à harceler Brady, le faisant progressivement sortir de ses marques. Aujourd’hui membre des Oakland Raiders, Tuck a dit qu’il était concentré sur sa mission de ramener les Raiders en playoffs mais que la retraite d’Osi lui faisait forcément penser à la sienne : « A la fin, je pense que nous voulons tous le genre de sortie qu’à Osi en ce moment, selon nos propres termes ».

Lors de sa conférence de presse, Umenyiora a indiqué qu’il venait d’être embauché par la NFL pour un poste à Londres mais son poste n’est pas encore bien défini. Il a également raconté plusieurs histoires et était d’un ton très blagueur. S’il s’est écoulé 3 semaines entre l’annonce de sa retraite et aujourd’hui, c’est parce qu’il « négociait son contrat d’un jour avec Jerry Reese » a affirmé l’ex défenseur, rappelant de façon très drôle tous les problèmes et polémiques autour de ses contrats. Osi nous aura souvent cassé les pieds en voulant un contrat plus long et mieux payé. Il a ainsi affirmé qu’il voulait « un contrat de deux jours » mais Reese n’a pas voulu.

De façon plus sérieuse, il a affirmé avoir reçu une proposition de contrat en tant que joueur hier de la part d’une équipe NFL dont il n’a pas voulu dire le nom. Il semblerait que cette équipe soit l’autre de New York, les Jets. Mais, selon les insiders, ils mettaient simplement à jour leur liste de joueurs disponibles, il ne s’agissait pas d’une offre de contrat. Quoiqu’il en soit, Osi Umenyiora a indiqué qu’il l’aurait refusé car « s’il ne prenait pas sa retraite, c’était pour jouer avec les Giants ».

Un seul joueur de l’effectif était présent dans la salle au moment de la conférence de presse; il s’agissait du rookie Owamagbe Odighizuwa. Plus tôt dans la journée, Tom Coughlin avait rappelé qu’Osi était un vrai étudiant du jeu et a cité Owa comme étant une personne qui étudiait autant le jeu. Certains pourront y voir un passage de flambeau entre Osi et Owa. Steve Spagnuolo était aussi présent, lui le coordinateur défensif lors du premier titre du néo-retraité.

Osi Umenyiora quitte donc les terrains de la NFL avec 129 matchs joués pour les Giants, 261 placages, 75 sacks et 32 fumbles forcés en neuf saisons. Mais surtout, il part avec deux bagues, gagnées à New York. Comme il le dit lui même : « Il n’y a rien de tel que de gagner à New York. Il n’y a rien de tel que d’y perdre non plus ».

Vous pouvez retrouver la vidéo de la conférence de presse d’Osi sur le site des Giants. Vous y trouverez également une vidéo rendant hommage à l’ancien DE ainsi qu’une vidéo de ses meilleurs moments avec les Giants.