2016 W10 Bengals @ Giants: Evaluations individuelles

Quelle gazelle !  Crédit : Giants.com

Quelle gazelle ! Crédit : Giants.com

Après la réaction à chaud de lundi soir, il est temps de revenir en détail sur ce match contre les Bengals, qui a vu les Giants décrocher un bilan de 6-3, avec les évaluations individuelles.

Le positif :

  • DE Olivier Vernon : Celui que vous avez élu homme du match sur Twitter (d’ailleurs, n’hésitez pas à aller voter à l’avenir, après tous les matchs des Giants on fera un sondage pour désigner, démocratiquement, qui mérite le « game ball ») a été énorme. Plus grosse signature de l’intersaison, il avait démarré timidement sa saison, gêné par une blessure au poignet. La bye week lui a fait du bien et il est revenu en grande forme. Sur ce match, il réalise 10 placages et 1 sack. Il aura mis une pression constante sur Andy Dalton mais également été impeccable en lecture de jeu (pour preuve, je pense à cette screen pour AJ Green en première mi-temps). Il semble sur la pente ascendante et c’est une grande nouvelle pour Big Blue.
  • DE Jason Pierre-Paul : Puisque je parle de Vernon, il me fallait aussi mentionner le gros match de JPP qui n’aura pas fait de sack mais été très bon encore une fois, notamment contre la passe (une passe déviée) et contre la course. La ligne est en train d’enfin exploiter son potentiel et peut emmener les Giants très haut.
  • CB Janoris Jenkins : Shutdown Corner. Voilà à quoi je pense que je pense à Jenkins désormais. Après son match face à Green qu’il a limité à 24 yards (pour rappel, Josh Norman avait lui concédé 20 yards juste en pénalité face à la star des Bengals), il a demandé du respect sur twitter, lui qui n’est pas souvent considéré comme un top cornerback. Pourtant, pas sur cette saison qu’il y ait plus de 5 CB qui jouent mieux que lui.
  • S Landon Collins : Avec une nouvelle interception et un très bon match en général, des voix s’élèvent pour réclamer l’élection de Collins en tant que MVP Défensif de la NFL. Il est d’ailleurs 5e dans la liste des bookmakers. Si cette récompense ne semblerait pas volée, cela semble très compliqué vu la fébrilité de l’AP (les journalistes qui votent pour les trophées de fin de saison) à récompenser des DB. Néanmoins, au-delà de ces récompenses, Collins, qui n’aurait toujours pas atteint son plein potentiel selon McAdoo, est devenu l’un des meilleurs safety de la ligue et l’un des leaders de la défense.
  • CB Eli Apple : Après un match désastreux contre les Eagles, il a parfaitement réagi et sorti un très bon match. Si cette irrégularité n’est pas particulièrement importante pour un rookie, sa capacité à rebondir est extrêmement appréciable.
  • QB Eli Manning : Son premier drive est magnifique, et sa capacité à gérer le pass rush agressif des Bengals a été salutaire. Surtout, il a fait un ajustement décisif avant la course décisive de Rashad Jennings sur 3&6 après avoir parfaitement lu la défense des Bengals. Encore quelques erreurs à gommer mais il est clairement mieux depuis quelques semaines.
  • WR Odell Beckham : 10 réceptions, 97 yards, 1 touchdown et joueur le plus rapide à passer la barre des 3500 yards à la réception en carrière ; le numéro 13 de Big Blue a passé un bon lundi soir. Très sérieux, concentré, il a su être décisif avec un tracé incroyable sur son touchdown où il a humilié Adam Jones sur un spin move.
  • La ligne offensive : Oui, elle a galéré contre Geno Atkins mais c’était Geno Atkins. Avec la blessure rapide de Brett Jones et l’obligation de sortir Marshall Newhouse après les snaps où il était aligné en TE, la tâche n’était pas aisée pour l’OL. Newhouse s’en ai honorablement sorti vu les circonstances (à un poste qui n’est pas le sien), Flowers a été très bon et on a vu du jeu au sol (122 yards au total sur le match, nous ne sommes plus la pire équipe de la ligue en moyenne par match !). Voilà pourquoi je les mets dans le positif. Ils ne sont clairement pas la meilleure ligne de la ligue mais ils s’accrochent et font leur boulot.
  • HC Ben McAdoo : Je l’ai très souvent critiqué mais force est de constater qu’il a fait un très bon match et que, de façon plus globale, c’est bien mieux depuis la bye week. Il aura eu le courage de tenter 2 quatrièmes tentatives, surtout la dernière, alors qu’on sortait d’un échec dans cet exercice et qu’il ne restait plus beaucoup de temps. De même, si appeler une course en 3&6 en fin de match peut être critiqué, je pense que c’est le bon choix car il a surpris la défense des Bengals avec cet appel (la preuve est que le safety et le LB sont sorti pour aller couvrir les receveurs). Eli a fait son ajustement de côté et Jennings a couru 9 yards, scellant la victoire des Giants. Je continue d’être moyennement emballé par le choix du personnel (98% en personnel 11, c’est à dire 1 RB et 1 TE), alors que la moyenne de la ligue en personnel 11 est à 58%. Mais au-delà de ça, McAdoo semble s’habituer au costume de HC et on ne peut que s’en réjouir.

Le moyen :

  • WR Sterling Shepard : Oui, le rookie est excellent, peut être le meilleur à son poste. Mais son drop inexcusable en 4e tentative aurait pu couter très cher. Il n’y a pas d’inquiétude sur le long terme, il reste un rookie et il s’est montré capable de réagir en marquant un touchdown sur un tracé similaire, à nouveau en 4e tentative (et ça confirme ce qu’on entend : il ne fait jamais deux fois la même erreur). Globalement, son match a été plutôt bon avec 5 réceptions pour 42 yards et un touchdown et, après un début de saison moyen (en dehors d’un très bon premier match), il semble mieux depuis la bye week.

Le négatif :

  • WR Roger Lewis Jr. : S’il a montré plein de bonnes choses depuis le mois d’aout, lui donnant une place de titulaire pour ce match en l’absence de Cruz, il a néanmoins livré un mauvais match, au point d’être benché pour Tavarres King. Si on avait déjà aperçu ses problèmes de drops, ce match aura été la confirmé, avec notamment un drop sur ce qui aurait dû être un gros gain avec une merveille de passe d’Eli le long de la ligne de touche. Lewis court bien ses tracés, arrive à offrir une solution de passe à son quarterback mais il lui faut gommer autant que possible ce problème, sous peine de ne pas pouvoir avoir une longue carrière NFL.
  • Les Specials Teams : Là aussi, ça fait plusieurs semaines. Après un retour de punt de Darren Sproles contre les Eagles qui aurait dû être un TD sans un sauvetage miraculeux de LB Keenan Robinson, les Bengals auront aussi exploité cette faille, avec un énorme retour de kickoff pour 80 yards en début de 2nd mi-temps.

 

2016 W10 – Bengals 20 @ Giants 21 : Enfin un match plein de Big Blue

Enfin ! Même si tout n’a pas été parfait, les Giants ont surement rendu ce soir leur meilleure copie de la saison. Face à un adversaire loin d’être imbattable mais qui disposaient quand même de sérieux arguments, les Giants ont été solides et ils ont gagné un match qu’ils ont globalement dominé, malgré des erreurs à corriger.

Le match part vite, tellement vite que je n’ai pas le temps de me boire un petit thé (malgré mon jeune âge, je vis parfois comme un vieux), qu’il y a déjà 7 partout. Après un super premier drive conclu à 6/6 pour Eli Manning, avec 6 receveurs différents trouvés, le quarterback trouve le rookie TE Jerrell Adams pour son premier touchdown en carrière. Mais voilà, s’il y a un truc que notre défense ne sait pas faire, c’est couvrir les TE. Quand elle en affronte un moyen, ça va, elle peut s’en sortir, quand c’est un pro bowler comme Tyller Eiffert, c’est plus compliqué. 3 passes suffisent à Andy Dalton pour trouver la end-zone et égaliser.

Le match va ensuite fortement baisser de rythme. Il n’y a pas grand chose à signaler, si ce n’est un bon Eli malgré une ligne offensive désastreuse, à la peine contre Geno Atkins. En effet, le jeune LG remplaçant Brett Jones n’a tenu qu’un drive avant de se blesser à la cuisse. Pour le remplacer, Big Blue va alterner entre le jeune Adam Gettis, qui avait été coupé en septembre dernier, et Marshall Newhouse, que tout le monde connait et qui doit jouer à un poste totalement différent du sien. Forcément, ça fait pas des miracles et si Eli peut se débrouiller, c’est très dur pour le jeu au sol.

Avec le forfait de Victor Cruz, le rookie UDFA Roger Lewis Jr. a du temps pour se montrer mais malheureusement pour lui sa première mi-temps n’aurait pas été bonne. S’il fait preuve de bonne volonté au bloc, ses mains semblent définitivement beurrées et une mauvaise route entraine une interception. Heureusement, notre défense est la meilleure de la ligue en redzone et les Bengals ne convertissent pas mais il passe devant : 10 à 7.

C’est aussi à ce moment que l’attaque reprend de l’allant. Au terme d’un drive très bien mené, Odell Beckham humilie Pacman Jones et se trouve seul dans la end-zone : New York est devant à la pause : 14 à 10.

Après l’hommage rendu à Ernie Accorsi, Justin Tuck et Tom Coughlin à la mi-temps, la seconde période commence sur le même rythme que la première, surtout pour les Bengals. Après un énorme retour de 84 yards sur le kickoff, RB Hill trouve la endzone des Giants. L’attaque de Big Blue n’avance plus mais le match vaut son pesant de cacahuètes pour le fait que Tom Coughlin soit invité des commentateurs d’ESPN et il s’est retrouvé, pendant 2 drives, à commenter les Giants et on sentait qu’il était encore à fond dedans et c’était vraiment très sympa à suivre. Bon sur le terrain en revanche, c’est assez moche et Cincinnati aurait pu/du inscrire un nouveau TD si le receveur n’avait perdu le contrôle du ballon juste après l’avoir attrapé devant la endzone, et relance l’insupportable débat « Qu’est ce qu’un catch ? ».

La troisième mi-teamps s’achève sur ce score de 20 à 14 pour les visiteurs mais sur un réveil de la défense et du jeu au sol de Big Blue, de quoi donner de l’espoir pour ce dernier quart-temps décisif dans une NFC East tellement serrée, vers le haut cette année.

Profitant du bon positionnement des Giants en ce début de dernier quart, les Giants se retrouvent en 1st & Goal. Les 3 tentatives ne donnent rien et, alors qu’il est à 3 yards de l’enbut, McAdoo décide de jouer la quatrième tentative. Pari gagnant puisqu’Eli trouve Sterling Shepard qui marque pour la seconde semaine consécutive. Les Giants repassent devant 21-20.

Et puis, les Bengals vont convertir 2 3e tentatives, chose qu’ils n’avaient pas réussi depuis le début du match. La dernière fait mal puisqu’elle arrive sur un holding de Jenkins alors que Cincinnati était en 3rd & 15. Mais c’est pas grave, sur l’action qui suit, Dalton se fait intercepter par le meilleur safety de la ligue (oui, le mot est lâché), Landon Collins qui amasse sa 4e interception en 3 matchs. On sent le vent tourner en notre faveur, ça va mieux, on pense à la victoire. C’est donc ce moment que choisit Eli pour balancer une bombe deep à notre receveur numéro 5 (Tavares King) qui fait face à une triple couverture. Evidemment, ça se finit avec une interception et un espoir relancé aux Bengals.

Mais les Giants tiennent. L’attaque avance ce qu’il faut, la défense n’accorde plus rien aux oranges et Dalton doit faire face à 3 défenseurs sur lui à chaque snap tant sa protection craque. Il reste 2 temps morts à Cincinnati et 3 minutes 10 à écouler. Rashad Jennings va s’en charger en convertissant notamment une difficile 3 & 6. Une autre grosse course plus tard, il scelle définitivement la victoire des Giants. New York est à 6-3 dans l’infernale division East de la NFC mais a rendu une copie très intéressante avec de vraies bonnes choses, que ce soit la défense (notamment le pass rush et Collins) ou l’attaque (dont un jeu au sol qui a pris plus de 100 yards ce soir).

Tuck, Accorsi et Coughlin intégrés au Ring of Honor

Crédit : Giants.com

Crédit : Giants.com

Depuis 2010, les Giants disposent d’un Ring of Honor, issu de la volonté de John Mara d’honorer les plus grands Giants de l’Histoire, ceux qui ont participés à faire de cette franchise l’une des plus grandes, et des plus victorieuses, de la ligue. Après les 30 premiers noms en 2010 (dont Simms, Taylor, Gifford ou Strahan), 5 nouveaux membres avait rejoint cette anneau (dont Carl Banks ou Mark Bavaro) l’année suivante. Après une pause de quelques années, de nouveaux membres avaient été ajoutés l’an dernier (John Jonhson, Jack Lummus, Chris Snee et Osi Umenyiora). Et ils auront tous 3 nouveaux copains dès lundi avec l’arrivée de GM Ernie Accorsi, HC Tom Coughlin et de DE Justin Tuck, portant ainsi à 42 le nombre de membres de ce club des légendes.

Lire la suite

2016 W9 – Eagles 23 @ Giants 28 : Suck it Sheagles !

Crédit photo: Giants.com

Raaah ! Ça fait toujours plaisir de battre les Eagles. Même si c’était pas une domination absolue, battre son plus vieux rival reste un plaisir indescriptible pour tout fan des Giants.

Bon soyons quand même fair play. Car même si les Giants avaient pris une large avance en interceptant deux fois le rookie Carson Wentz (les coupables: Landon Collins & Andrew Adams) et en marquant à chaque fois (un TD d’Odell Beckham et un autre de Roger Lewis), les Eagles ne se sont jamais laissés abattre.

Malgré un 4th down arrêté par les Giants, les Eagles ont réussi à marquer en seulement 3 actions sur leur drive suivant. Le principal coupable: le rookie Eli Apple qui n’a pas réagi suffisamment rapidement pour contenir Ryan Matthews. Big Blue a a fini le quart temps avec un autre TD de Beckham, un autre 4th down arrêté (après un retour de punt de 66 yards par Darren Sproles) et un FG bloqué pour finir la mi-temps menant 21 à 10.

Le 3e quart temps commence par un drive des Eagles qui s’achève sur un TD juste après un big play concédé par Apple (encore une fois). L’attaque des Giants répond cependant immédiatement avec un 4e TD de Manning cette fois pour le rookie Sterling Shepard.

A 28-17, les Giants ont une avance confortable mais ne sont pas à l’abri d’un comeback de Philly. Après avoir réduit l’écart à 8 points au début du 4e quart temps, les Eagles parviennent à intercepter Eli Manning malgré une passe bien calibrée vers OBJ. Le ballon arrive dans les mains du receveur mais est arraché par Nolan Carroll des Eagles. Ils ne feront cependant rien de ce ballon. Il faudra attendre le prochain drive pour voir un nouveau FG de Caleb Sturgis qui réduit l’écart à 5 points.

Avec un peu moins de 4 minutes au chrono, Eli & cie ont la possibilité de marquer à nouveau pour s’assurer la victoire. Cependant, le QB des Giants se fait à nouveau intercepter grâce à une déviation d’un DL et un catch acrobatique du LB.

Avec seulement 34 yards à parcourir et 1:48 au chrono, le rookie Carson Wentz a l’opportunité de donner la victoire à son équipe. Cependant les espoirs de comeback se dissipent sur un 4th and 10 non converti.

Résultat: Victoire 28-23

(les évaluations individuelles seront publiées plus tard)

 

Preview 2016 W5: New York Giants (4-3) @ Philadelphia Sheagles (4-3)

Giants-Eagles, cela évoque chez n’importe quel fan d’une de ces équipes un sentiment particulier. Un mélange d’excitation de match qu’on aime vivre, avec de la rancœur envers une équipe qu’on déteste, de la peur à l’idée d’une défaite qui aiderait les autres et qui entrainerait des moqueries pendant le reste de la saison, mais également des vannes envers l’autre, soit parce qu’elle a perdu un match dans une situation comique, soit parce que la dernière fois qu’elle a gagné quelque chose, De Gaulle était le président de la République et qu’elle ne sait pas à quoi ressemble un Lombardie trophy en vrai.

Au-delà de la rivalité, ce match est décisif pour deux équipes en positif à la mi-saison mais qui sont déjà détachées de la première place de la division. Si ce n’a pas toujours été le cas, cette opposition est vraiment passionnante entre des Giants qui semblent par exploiter leur potentiel au maximum et des Eagles qui disposent d’une défense terrifiante. D’ailleurs, ces Eagles me font penser aux Rams qu’on a battu il y a deux semaines, même si l’équipe de Pennsylvanie dispose d’un bon quarterback, mais qui reste un rookie, donc susceptible d’erreurs.

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : S Darrian Thompson (pied), DE Kerry Wynn (commotion)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : RT Marshall Newhouse (cuisse), S Nat Berhe (commotion), QB Ryan Nassib (coude droit), RB Bobby Rainey (cuisse)
  • Participation probable : N/A

Lire la suite

2016 W7 – Giants 17 @ Rams 10 : Landon Collins appelle au réveil de Big Blue

Landon Collins cassant tous les placages sur sa route Crédit : Sports Illustrated

Que c’était moche ! Dans un match aussi indigeste qu’un repas britannique, New York a encore raté son entame de match. Heureusement bien aidé par la faiblesse de l’opposition, les hommes de Ben McAdoo sont parvenus à renverser la vapeur et à gagner le second match de l’histoire des Giants à Londres (le premier et seul match ayant été remporté face aux Dolphins en 2007), pour la première opposition sportive de l’Histoire de Twickenham qui ne soit pas du rugby (le stade ayant été construit en 1909).

Le premier quart-temps est de nouveau une horreur sans nom pour les Giants. Si la semaine dernière, Big Blue avait relâché le ballon dès le premier jeu, cette semaine, ils auront au moins attendu le second pour redonner le ballon aux Rams qui n’en demandaient pas tant. Quelques actions plus tard, Keenum trouve Tavon Austin dans la endzone et Los Angeles mène 7-0. Quelques attaques mal gérées par les Giants plus tard, Zuerlein, le kicker des « locaux », rajoute 3 points pour son équipe.

Lire la suite

Les Giants signent Robbie Gould mais ne coupent pas Josh Brown

Après avoir appris l’existence de documents dans lesquels Josh Brown, K des Giants depuis 2013, avouait avoir maltraité son ex-femme Molly, on s’attendait à une réaction des Giants et de la NFL.

Dans un premier temps nous avons eu le droit à l’excuse classique du « je savais pas » qu’on avait déjà entendu pour le cas Ray Rice.

Alors que les Giants s’apprêtaient à décoller pour Londres afin d’y affronter les Rams, Ben McAdoo a annoncé jeudi soir que Brown n’accompagnerait pas l’équipe en Europe.

Sans pour autant couper Brown – puisque McAdoo et même certains coéquipiers déclarent ne pas vouloir tourner le dos à leur coéquipier – Big Blue signe Robbie Gould, ex-K des Chicago Bears de 2005 à 2015.

New York n’a même pas besoin de couper un joueur (Brown ou autre) pour pouvoir signer Gould. En effet, la Ligue a placé Josh Brown sur la « Commissioner’s exempt list » qui est une sorte de suspension payée (les suspensions normales ne le sont pas normalement) pendant que la NFL mène une enquête sur son compte. La même méthode avait été utilisée pour Greg Hardy et Adrian Peterson il y a quelques années.

Toute cette histoire démontre encore une fois l’hypocrisie de la Ligue dans la gestion des incidents de violence conjugale. La NFL semble surpuissante pour dénicher les joueurs qui fument un joint ou se dopent mais par contre ne met pas en oeuvre tous les moyens à sa disposition pour enquêter de manière convenable quand un joueur se fait arrêter pour violence conjugale.

La NFL était d’ailleurs au courant de ce problème puisque lors du dernier Pro Bowl, la sécurité de la NFL a dû changer la famille de Brown d’hôtel à cause d’un incident avec le K. Même les Giants étaient au courant de cette affaire et pourtant ils ont quand même décidé de le resigner.

Si une chose est sûre avec la NFL aujourd’hui, c’est que son système de sanction est complètement arbitre. Il n’y a qu’à voir l’exemple récent d’Odell Beckham qui reçoit une amende de plus de 24 K$ pour avoir enlevé son casque en dehors du terrain après un TD tandis que sur ces deux dernières semaines, Fletcher Cox a reçu deux amendes de 9 K$ chacune pour des hits illégaux sur un QB.