Tuck, Accorsi et Coughlin intégrés au Ring of Honor

Crédit : Giants.com

Crédit : Giants.com

Depuis 2010, les Giants disposent d’un Ring of Honor, issu de la volonté de John Mara d’honorer les plus grands Giants de l’Histoire, ceux qui ont participés à faire de cette franchise l’une des plus grandes, et des plus victorieuses, de la ligue. Après les 30 premiers noms en 2010 (dont Simms, Taylor, Gifford ou Strahan), 5 nouveaux membres avait rejoint cette anneau (dont Carl Banks ou Mark Bavaro) l’année suivante. Après une pause de quelques années, de nouveaux membres avaient été ajoutés l’an dernier (John Jonhson, Jack Lummus, Chris Snee et Osi Umenyiora). Et ils auront tous 3 nouveaux copains dès lundi avec l’arrivée de GM Ernie Accorsi, HC Tom Coughlin et de DE Justin Tuck, portant ainsi à 42 le nombre de membres de ce club des légendes.

Lire la suite

Preview 2016 W5: New York Giants (4-3) @ Philadelphia Sheagles (4-3)

Giants-Eagles, cela évoque chez n’importe quel fan d’une de ces équipes un sentiment particulier. Un mélange d’excitation de match qu’on aime vivre, avec de la rancœur envers une équipe qu’on déteste, de la peur à l’idée d’une défaite qui aiderait les autres et qui entrainerait des moqueries pendant le reste de la saison, mais également des vannes envers l’autre, soit parce qu’elle a perdu un match dans une situation comique, soit parce que la dernière fois qu’elle a gagné quelque chose, De Gaulle était le président de la République et qu’elle ne sait pas à quoi ressemble un Lombardie trophy en vrai.

Au-delà de la rivalité, ce match est décisif pour deux équipes en positif à la mi-saison mais qui sont déjà détachées de la première place de la division. Si ce n’a pas toujours été le cas, cette opposition est vraiment passionnante entre des Giants qui semblent par exploiter leur potentiel au maximum et des Eagles qui disposent d’une défense terrifiante. D’ailleurs, ces Eagles me font penser aux Rams qu’on a battu il y a deux semaines, même si l’équipe de Pennsylvanie dispose d’un bon quarterback, mais qui reste un rookie, donc susceptible d’erreurs.

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : S Darrian Thompson (pied), DE Kerry Wynn (commotion)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : RT Marshall Newhouse (cuisse), S Nat Berhe (commotion), QB Ryan Nassib (coude droit), RB Bobby Rainey (cuisse)
  • Participation probable : N/A

Lire la suite

Les Giants en vrac…

Moi aussi j’étais en bye week mais me voilà de retour.

Les Giants en vrac

Tout d’abord, vu que vous n’avez pas eu le droit à la traditionnelle évaluation des performances individuelles pour le match des Giants contre les Rams, je vous renvoie vers cet article.

Cette édition aurait probablement été l’occasion de faire l’éloge de Landon Collins qui était au coeur de l’action du match.

//platform.twitter.com/widgets.js

Vous ne serez d’ailleurs pas étonnés d’apprendre que Landon Collins, aka le MVP défensif des Giants, a été élu NFC Defensive Player of the Week pour la première fois de sa carrière.

Concernant l’affaire Josh Brown:

Bien que la NFL ait encore du mal à sanctionner convenablement les joueurs qui battent leur compagne, elle est par contre super réactive pour sanctionner les joueurs qui ont le culot de célébrer un touchdown: Owa Odighizuwa a reçu une belle amende de 12.000 $ pour avoir mimé quelqu’un qui prend une photo à la suite du TD de Collins (pour rappel, une pénalité pour roughing the passer peut coûter un peu plus de 9K $…).

Owa a d’ailleurs déclaré qu’il allait faire appel de cette décision.

Si comme beaucoup vous en avez marre du play calling offensif, sachez que les Giants ont joué en 11 personel (3 WR, 1 TE, 1 RB) sur 96% des actions offensives depuis le début de l’année.

Du coup on comprend que Rich Eisen se moque de Ben McAdoo et de sa feuille de match.

En tout cas, le principal intéressé ne semble pas penser que gérer toute l’équipe et faire le play calling offensif soit problématique.

Les TE des Giants ont été tout sauf productifs durant cette première partie de saison et pourtant McAdoo a toujours confiance en eux.

Reese quant à lui semble se contenter du niveau de jeu de ses hommes de ligne offensive.

Vous vous rappelez de Tom Coughlin? Eh bien, selon Adam Schefter, Coughlin pourrait être le prochain head coach des Jaguars qu’il avait déjà coaché entre 1995 et 2002.

Preview 2016 W5: New York Giants (2-2) @ Green Bay Packers (2-1)

Nicks attrapant une passe Ave Maria d’Eli Manning lors des playoffs 2012, juste avant la mi-temps Credit: Mark Hoffman

Après avoir gâché un bon départ en se sabordant, Big Blue retourne dans la NFC North pour affronter le dauphin de cette division, qui sort d’une semaine de repos mais qui fait un début de saison moyen, tout comme les Giants. Si le froid n’a pas du totalement arrivé dans le Wisconsin, jouer au Lambeau Field reste très particulier et les équipes qui viennent s’y imposer ne sont jamais si nombreuses. Malgré un début de saison hésitant, les Packers disposent de joueurs capables de te faire gagner n’importe quel match et, avec la faculté des Giants à se tirer une balle dans le pied, l’issue de ce match semble totalement incertaine.

Lire la suite

2016 W4 – Giants 10 @ Vikings 24 : New York ne méritait pas mieux

Est-ce que les New York Giants apprendront un jour de leurs erreurs ? Les joueurs changent, le coaching staff change (mais visiblement, pas assez) mais les Giants se sabordent toujours. Pour une fois, Big Blue a affronté un adversaire qui lui était intrinsèquement supérieur donc ça atténue la colère suite à cette défaite. Mais quand tu perds, encore une fois, plusieurs ballons dans le match, sans jamais en récupérer un (depuis le début de la saison), que tu commets énormément de fautes, est-ce que tu peux gagner un match ? Il y a beaucoup d’énervement dans cette défaite et il y aura pas mal de choses à mettre dans le négatif de l’analyse individuelle qui sortira ce mardi soir. Avant cela, retour sur le match (et vous pouvez déjà aller voter sur notre compte Twitter pour nous indiquer, selon vous, qui est le principal responsable de la défaite)

La première mi-temps démarre bien (comme souvent avec les Giants) avec un bon premier drive qui ne peut aboutir sur autre chose qu’un bon punt de Brad Wing (comme souvent avec les Giants). La suite est bien moins fameuse. Avec une défense décimée qui voit Trevin Wade, le cornerback #5 des Giants titularisé, Big Blue subit en est dominé par l’attaque de Sam Bradford. Pour rajouter aux difficultés du backfield, le front seven ne produit rien, ne génère pas de pression et les Vikings prennent, presque trop tranquillement les devants 14-0.

En attaque, ce n’est pas vraiment mieux pour New York. Si la ligne offensive fait son boulot en protégeant très bien Eli Manning, le reste est assez désastreux. Le playcalling est affreux (Odell Beckham n’a pas été visé du premier quart-temps), Eli rate des passes faciles, les blocks sont pas bons ; bref, ça n’avance pas assez. Comme si cela ne suffisait pas, Odell se fait à nouveau remarquer pour son comportement en prenant un flag pour taunting après une belle réception devant CB Xavier Rhodes. Le flag est assez dur et prouve clairement qu’OBJ est dans le viseur de la ligue (et des arbitres) après ses récurrents problèmes de comportement. Le coup de Rhodes semblait clairement en retard mais il faut qu’Odell s’habitue à jouer avec un contrat sur sa tête, sinon, il ne s’en sortira pas.

La fin du second quart-temps est marqué par une élévation du niveau de jeu et une défense qui bloque bien l’attaque violette. L’attaque arrive à avancer mais les éternelles erreurs de management font que les Giants perdent deux belles chances de touchdown en gérant mal l’horloge et en ne pouvant jouer les dernières tentatives de la mi-temps. Josh Brown est là pour sauver les meubles et maintenir l’espoir à la pause : 14-3 pour les locaux.

La seconde mi-temps démarre de façon encore plus affreuse. Après un FG raté par les Vikings, Big Blue va enchainer drop d’Odell Beckham et horrible interception d’Eli Manning. Pour la défense, ça commence à se compliquer car il n’y a absolument aucune rotation. Olivier Vernon et Jason Pierre-Paul jouent tous les snaps et forcément, ça fatigue. Minnesota rajoute un field goal et mène 17-3 à l’entame du dernier quart.

La dernière période sera celle de l’espoir pour les Giants. Dès le début, l’attaque passe (enfin) la seconde et Paul Perkins réussit son premier big play en NFL sur une screen qui lui permet de parcourir près de 70 yards. 2 action plus tard, Orleans Darkwa court vers la endzone et se souci peu de LB Kendricks sur son chemin. Miraculeusement (je n’ai pas d’autre explication), New York est à un touchdown d’écart. Mais malheureusement, la défense se dit que couvrir les TE, c’est pénible et laisse Kyle Rudolph tout seul pour que, 2 actions plus tard, WR Johnson explose Trevin Wade et permette à Minnesota d’être à 4 yards de la endzone, 4 yards qui seront parcourus par RB McKinnon sur le jeu suivant. Et sans trop forcer, les Vikings reprennent le large, de façon définitive puisque New York est incapable d’avancer. Les défauts et les lacunes sont évidents et Big Blue n’a plus un bilan positif. Si rien n’est fait pour la suite de la saison, cette défaite doit nous forcer à nous poser de bonnes questions.

Preview 2016 W3: Washington Redskins (0-2) @ New York Giants (2-0)

Et oui, on finirait presque par l’oublier mais le match de la semaine oppose bien les Giants aux Redskins et non Odell Beckham à Josh Norman. S’il est totalement normal que cette opposition attire tous les regards, il faudra s’en détacher. Après un début de saison réussi mais compliqué en termes de domination (2 victoires à l’arrachée), Big Blue affronte une équipe qui semble en déliquescence, après une saison 2015 étonnamment réussie, soldé par une défaite en Wild card. Voici tout ce qu’il faut savoir pour le match de ce soir, dont le coup d’envoi sera donné à 19 heures, heure de Belgique (oui, je m’adapte à ma situation ^^)

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : RT Marshall Newhouse (cuisse), S Darrian Thompson (cheville), DT Robert Thomas (maladie)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : RB Rashad Jennings (pouce)
  • Participation probable : N/A

Washington Redskins :

  • Ne jouera pas :DE Kendall Reyes (Adducteurs)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : OT Attauyo Nsekhe (pied), LB Martrell Spaight (commotion), DE Christopher Baker (côte), S Su’a Cravens (hanche), WR Josh Doctson (talon), C Kory Lichtensteiger (dos)
  • Participation probable :  N/A

Encore une petite liste du côté des Giants. Néanmoins, 2 titulaires seront absents. Si RT Marshall Newhouse ne fait pas l’unanimité, il reste le titulaire à ce poste, ce qui peut donner des craintes sur la qualité derrière. Pour le rookie S Darrian Thompson, sa blessure va l’empêcher de poursuivre son bon début de saison mais avec Nat Berhe derrière et la possibilité pour CB Leon Hall de jouer S, son absence ne devrait pas être trop préjudiciable.

Ce qu’il faut regarder :

  1. Le duel Odell Beckham/Josh Norman : 

Teasé depuis l’arrivée de Norman dans la NFC East par la NFL, le duel OBJ/Norman sera l’évènement majeur de la rencontre, en venant même à éclipser les 20 autres acteurs. Seulement, Norman s’aligne systématiquement à gauche du terrain depuis le début de saison et a donc laissé les 2 tops receveurs (Dez Bryant et Antonio Brown) qu’il a affronté depuis le début de saison s’amuser face à Breeland. Même si ce duel n’aura pas lieu, Norman devra s’employer pour couvrir les receveurs des Giants, d’autant que ces derniers (tous très proches d’Odell) seront surement imprégnés du surplus de motivation du receveurs star de Big Blue. Dans les médias, Odell a montré beaucoup d’intelligence, refusant de se livrer à la guerre des mots lancés par Norman. Il se réserve sur le terrain et le football. Il n’y a alors pas de raison que l’opposition se passe mal lorsqu’on se souvient de la façon dont Odell s’était baladé la saison dernière contre Carolina, lorsqu’il jouait le snap pour attraper le ballon et non la tête de son cornerback.

  1. Le bilan des turnovers : 

Depuis le début de saison, les Giants ont perdu 4 ballons et n’en ont récupérés aucun dans le jeu (je ne compte pas le magnifique FG block d’Hankins). Pour l’instant, c’est passé mais les équipes qui gagnent sont souvent celles qui prennent le plus soin du ballon. Surtout que la défense a largement la capacité de créer des turnovers avec des playmakers comme Janoris Jenkins, Jason Pierre-Paul ou encore Dominique Rodgers-Cromartie.

  1. La pression sur QB Kirk Cousins :

En plus des turnovers, il sera vraiment important de mettre la pression sur Kirk Cousins, pas parce que c’est le seul moyen de faire déjouer ce quarterback mais parce que vu l’ambiance qui a l’air de régner dans le vestiaire de DC, la discorde ne semble pas très loin. Avec quelques sacks et/ou un turnover rapidement en début de match, ses distensions pourraient ressortir sur le terrain et couler cette équipe des Redskins, qui n’a pas battu une équipe au bilan positif depuis plus de 2 ans.

Pronostic : Victoire 31-20

J’ai du mal à voir comment New York pourrait perdre ce match. Sur toutes les oppositions, je pense que les Giants sont supérieurs (DB des Skins contre les WR des Giants, WR des Skins contre DB de Big Blue…). Cette équipe de Washington semble au bord de l’explosion après un départ raté (0-2) et il serait bon pour les Giants t’enterrer un concurrent de division dès la troisième semaine. La seule chance pour Washington serait une surutilisation de TE Jordan Reed face à des LB friables mais j’ai du mal à les voir survivre avec ça, avec deux safetys cogneurs comme Berhe et Collins. De plus, en ayant encaissé moins de 20 points sur les deux premiers matchs face à Dallas et New Orleans, il semble compliqué d’envisager Washington faire déjouer notre défense. Une victoire sereine serait salutaire pour permettre aux Giants de s’affirmer comme un vrai outsider dans cette conférence, même si une confirmation face à une vraie grosse équipe sera toujours attendue.

 

Preview 2016 W2: New Orleans Saints @ New York Giants

La week 2 est là et c’est le premier match au Metlife Stadium pour Big Blue! On se souvient tous du feu d’artifice de la saison dernière (52-49 Saints, 7 TDs de Brees, 6 TDs d’Eli). Aujourd’hui le match se déroulera vraisemblablement sous la pluie ce qui complique fortement le jeu à la passe et ça c’est à notre avantage car on souhaite bonne chance à qui courra contre cette DLine. En effet, cette ligne défensive nous a montré dès la semaine dernière ce qu’elle était capable de faire contre la course contenant le 4ème pick de la dernière draft à 2,55 yards par portée derrière la meilleure ligne offensive en NFL.

Cette fois ci le kick-off sera à 19 heures et voici ce qu’il y a à savoir:

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : DT Robert Thomas (maladie), JT Thomas (genou)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : N/A
  • Participation probable : Jason Pierre Paul (épaule)

 New Orleans Saints:

  • Ne jouera pas : CB Delvin Breaux (tibia), LB Dannell Elerbe (cuisse), TE Josh Hill (cheville)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : OT Terron Armstead
  • Participation probable :  N/A

Ce qu’il faut regarder :

  1. Le secondary : 

On a dit que la pluie ça compliquait le jeu de passe, pas que ça le rendait impossible. Et cette semaine c’est pas un rookie qui lancera la balle en face. Un des meilleurs QB de l’histoire simplement. Un vrai défi pour les DB avec deux nouveaux titulaires (CB Janoris Jenkins pour son deuxième match avec les Giants, et S Darian Thompson qui devrait connaitre sa première titularisation).

  1. Eli et ses armes:

L’absence de Breaux c’est vraiment dommage pour le spectacle et ça ne rend la tâche d’Eli qu’un peu plus facile. La semaine dernière les Saints c’est 0 sacks et 3 QB hits. Eli va avoir du temps pour lancer, et il ne lance pas à n’importe qui. On s’attend à un gros match de sa part surtout que les défenses vont vraiment devoir se concentrer sur Victor Cruz qui a montré de belles choses la semaine dernière et sur Sterling Shepard auteur de son premier TD en NFL la semaine dernière et pas seulement sur OBJ.

  1. Le pass rush:

Olivier Vernon fut très bon contre la course et a réussi à forcer des holdings, presque aussi bien qu’un sack sauf au niveau de la perte de down (Un holding en 1st&10 par exemple amène en 1st&20 alors qu’un sack fait perdre des yards mais amène l’adversaire en 2nd down). JPP fut l’auteur de pressions sur le QB mais n’a pas non plus réussi à amener le QB au sol. Cette fois ci la O-Line adverse n’est pas du même calibre et un gros match de nos deux DE permettrait d’aider à contenir Brees (on rappelle que la DL de l’année dernière pour ce même adversaire ressemblait à: Kerry Wynn – Johnathan Hankins – Jay Bromley – Robert Ayers).

Pronostic : Victoire 37-31

Depuis 2009, des Saints-Giants il y en a eu quatre. Les quatre fois le vainqueur a marqué plus de 48 points. On s’attend à moins cette fois. Eli et l’attaque de Big Blue devraient être capables de scorer beaucoup encore. La tache s’annonce plus compliquée pour les Saints face à cette nouvelle défense des Giants. Mais ça reste Drew Brees encore auteur d’un énorme match en Week 1.