Hommage à la salsa new-yorkaise

(Je suis un peu comme Brett Favre: j’ai pris ma retraite, mais je ne suis pas vraiment parti – et aussi, je ne crois pas que le niveau d’un bon QB se mesure seulement en fonction du nombre d’interceptions ^^)

Les Giants viennent d’annoncer qu’ils avaient décider de se séparer de Victor Cruz. Je tenais donc à vous faire une « petite » (donc très longue) rétrospective des quelques saisons du numéro 80 chez les Gmen.

Il faut remonter très loin dans les archives du blog pour retrouver la première mention du nom de Victor Cruz. Tellement loin que j’ai presque eu l’impression de faire des fouilles archéologiques (insérer ici remarque narquoise sur mon âge de Rookie_BzH).

La première fois qu’on a évoqué Cruz, c’était le 16 juin 2010 à l’occasion d’un compte rendu de minicamp (oui, il fut un temps où j’avais suffisamment de temps libre pour ce genre d’article un peu inutile). Mais à cette époque, Victor Cruz n’était qu’un UDFA inconnu de la Ligue qui se battait pour avoir une chance d’être dans l’équipe.

Ce n’est que 2 mois plus tard, le 16 août 2010, que Cruz s’est fait remarqué en marquant 3 TD lors du traditionnel match de présaison contre les Jets. Cruz portait le numéro 3 et avait retenu l’attention du coach adverse, Rex Ryan, au point que ce dernier en parle à Tom Coughlin à la fin de la rencontre.

Lire la suite

Preview 2016 W5: New York Giants (4-3) @ Philadelphia Sheagles (4-3)

Giants-Eagles, cela évoque chez n’importe quel fan d’une de ces équipes un sentiment particulier. Un mélange d’excitation de match qu’on aime vivre, avec de la rancœur envers une équipe qu’on déteste, de la peur à l’idée d’une défaite qui aiderait les autres et qui entrainerait des moqueries pendant le reste de la saison, mais également des vannes envers l’autre, soit parce qu’elle a perdu un match dans une situation comique, soit parce que la dernière fois qu’elle a gagné quelque chose, De Gaulle était le président de la République et qu’elle ne sait pas à quoi ressemble un Lombardie trophy en vrai.

Au-delà de la rivalité, ce match est décisif pour deux équipes en positif à la mi-saison mais qui sont déjà détachées de la première place de la division. Si ce n’a pas toujours été le cas, cette opposition est vraiment passionnante entre des Giants qui semblent par exploiter leur potentiel au maximum et des Eagles qui disposent d’une défense terrifiante. D’ailleurs, ces Eagles me font penser aux Rams qu’on a battu il y a deux semaines, même si l’équipe de Pennsylvanie dispose d’un bon quarterback, mais qui reste un rookie, donc susceptible d’erreurs.

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : S Darrian Thompson (pied), DE Kerry Wynn (commotion)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : RT Marshall Newhouse (cuisse), S Nat Berhe (commotion), QB Ryan Nassib (coude droit), RB Bobby Rainey (cuisse)
  • Participation probable : N/A

Lire la suite

2016 W6 Ravens @ Giants: Evaluations individuelles

Crédit: Giants.com

Elles arrivent certes avec un peu de retard mais comme on dit: tout vient à point à qui sait attendre 🙂

Donc sans plus tard voici les évaluations individuelles.

Le positif:

  • Odell Beckham: Comment ne peut on pas commencer par l’homme qui a été élu NFC Offensive Player of the Week? Le match de Beckham commençait pourtant très mal puisque durant la 1e période il n’avait enregistré que 2 réceptions pour 11 yards et perdu un fumble. Et il ne faut pas oublier qu’en plus il s’était blessé à la hanche, le forçant à louper quelques snaps. Bref, on ne s’attendait pas à grand chose de sa part durant la seconde période. Pourtant OBJ a tout de même trouvé le moyen de nous surprendre avec 6 réceptions pour 211 yards et 2 TD respectivement de 75 et 66 yards. Cette 2nd mi-temps était la 2e meilleure performance en termes de yards reçus depuis 30 ans ! Le détenteur du record est Del Shofner qui a enregistré 269 yards en une mi-temps contre les Redskins en 1962. Enfin pour OBJ, c’est le 10e match à plus de 140 yards: un nouveau record pour un joueur avec que 3 saisons en NFL.
  • Eli Manning: Après une série de mauvais matchs, on retrouve enfin le Manning qu’on aime voir. Et quelle performance pour un joueur qui a dépassé le légendaire John Elway en termes de TD sur une carrière. Avec 302 TD sur toute sa carrière, Eli Manning est désormais le 7e meilleur QB de l’histoire de la NFL en termes de TD (il lui faut maintenant 41 TD pour passer en 6e position). Ce match était aussi la 100e victoire de la carrière d’Eli. Sur ce match, Manning a complété 32 passes sur 46 (69,5%) pour 403 yards, 3 TD et 2 interceptions (une qui intervient dans les dernières secondes de la 1e mi-temps pour mettre l’équipe à portée de FG et une autre sur une action qui aurait du être flaggée pour DPI). Selon OBJ, ses deux touchdowns sont le résultat d’un changement de play avant le snap par Eli Manning. Comme quoi faire des audibles est loin d’être une mauvaise chose.
  • Roger Lewis: Sa seule réception aura été un TD de 24 yards mais l’undrafted rookie était également en très bonne position pour un second TD si le DB des Ravens ne l’avait pas poussé dans le dos (encore un flag qui aurait mérité d’être lancé).

Lire la suite

Preview 2016 W5: New York Giants (2-2) @ Green Bay Packers (2-1)

Nicks attrapant une passe Ave Maria d’Eli Manning lors des playoffs 2012, juste avant la mi-temps Credit: Mark Hoffman

Après avoir gâché un bon départ en se sabordant, Big Blue retourne dans la NFC North pour affronter le dauphin de cette division, qui sort d’une semaine de repos mais qui fait un début de saison moyen, tout comme les Giants. Si le froid n’a pas du totalement arrivé dans le Wisconsin, jouer au Lambeau Field reste très particulier et les équipes qui viennent s’y imposer ne sont jamais si nombreuses. Malgré un début de saison hésitant, les Packers disposent de joueurs capables de te faire gagner n’importe quel match et, avec la faculté des Giants à se tirer une balle dans le pied, l’issue de ce match semble totalement incertaine.

Lire la suite

2016 W3 Redskins @ Giants: Evaluations individuelles

Crédit photo: Giants.com

Après avoir discuté la prestation collective des Giants, il est temps de s’intéresser aux prestations individuelles de certains acteur du match.

Le positif:

  • Odell Beckham, le joueur: Sur les 9 passes tentées vers OBJ, il en a attrapé 7 (dont 6 alors qu’il était couvert par Norman) pour 121 yards. Il ne manquait plus qu’un TD pour définitivement clouer le bec à Josh Norman qui comme on disait avant le match, est bien incapable de couvrir Beckham à la loyale. Malgré 2 passes non complétées vers OBJ, Norman n’a réellement eu qu’une seule action positive contre Beckham. La 2e passe incomplète était une passe mal calibrée derrière Odell que Norman a failli intercepter. Si cette passe avait été devant OBJ, c’était le TD assuré.
    On retiendra surtout une action où Beckham a réalisé un superbe raffut-pivot contre Norman pour ensuite obtenir un gros gain.
    OBJ est un joueur avec énormément de talent mais c’est dommage qu’il gâche sa réputation avec un comportement aussi douteux qu’exaspérant.
  • La ligne offensive: Si on oublie l’expulsion de Weston Richburg, la ligne offensive a fait un match plutôt bon. Bobby Hart s’est bien mieux débrouillé que Marshall Newhouse au poste de RT, ce qui n’a rien d’étonnant pour moi. On a aussi vu de beaux blocks en course par John Jerry.
  • Orleans Darkwa: En l’absence de Rashad Jennings, Darkwa a partagé les courses avec Shane Vereen. Les deux RB ont fait un bon match en termes de yards et TD mais ce qui permet à Darkwa d’être ici contrairement à Vereen c’est l’absence de fumble. Sa fiche de stats: 10 courses, 53 yards, 1 TD.
  • Sterling Shepard: Un match relativement calme (5 réceptions pour 73yards) pour le rookie par rapport au précédent mais il a tout de même marqué un autre TD.

Lire la suite

2016 W1 Giants @ Cowboys : Evaluations individuelles

Petit à petit, on commence à retrouver nos esprits du match d’hier. Si ce match a été loin d’être parfait, et qu’il n’a pas lever tous les doutes sur nos capacités à aller loin, il nous a donné plusieurs motifs de satisfaction.

Résultat : Victoire 20-19

Le positif :

  • WR Victor Cruz : Comment ne pas commencer par lui ? Comment retenir autre chose dans ce match que lui ? En termes de jeu pur, Cruz a fait un match correct (4 réceptions, 34 yards et un touchdown), sans plus. Mais ça faisait 700 jours qu’on ne l’avait pas vu jouer en NFL. 700 jours sans un des joueurs les plus charismatique des Giants, qui aura marqué l’épopée vers le titre de 2011-2012. Même si on peut encore avoir des doutes sur sa vitesse et ses capacités à prendre des yards après catch, il n’a en revanche rien perdu de son intelligence (sa patience sur le touchdown est impressionnante, il se fait totalement oublier), de ses tracés et de son explosivité au snap. Sur le plan du jeu on ne peut pas encore affirmer qu’il est totalement de retour, mais sur le plan des émotions, il n’y a aucun doute ; sa salsa en fin de match sera sans nul doute un moment marquant de la saison 2016 des Giants.

Lire la suite

2016 W1 Giants 20 @ Cowboys 19 : Victor Cruz, ce héros

Odell Beckham Jr. immortalise le moment : la première salsa de Victor Cruz en 2016 – Crédit : Giants.com

Et bien mes amis, c’était complètement irrespirable. Si on attendait le retour du football depuis un moment, on aurait peut-être préféré une victoire plus sereine maîtrisée, pour se remettre dans le bain. Mais je crois qu’avec ces Giants, cela n’arrivera quasiment jamais. Cet soirée a été extraordinaire. Il y a beaucoup d’éléments qui en feront une nuit marquante. Il y a tout d’abord l’aspect hors terrain, avec les commémorations des attentats du 11 septembre 2001, et la présence à l’AT&T Stadium des Cowboys de George W. Bush, le président des USA en ce temps. Il y a aussi eu le premier match de Ben McAdoo en tant que Head Coach des Giants, costume qui avait été détenu par Tom Coughlin depuis 2004. Il y a eu la première soirée de la défense gros budget des Giants. Et enfin, et surtout, il y a eu de l’émotions, beaucoup, voire trop pour nos cœurs. Ce match sera marqué par le retour de Victor Cruz, après 700 jours tout pile sans match de saison régulière de NFL. On a été émus au moment où il a fait son premier catch, au moment où il a grillé son défenseur sur un superbe tracée pour faire avancer les Giants de plusieurs dizaines de yards et il a eu ce qu’on attendait tous, la Salsa pour célébrer le touchdown qui offre la victoire aux Giants. Retour sur ce match incroyable.

Tout d’abord, les Giants ont moyennement démarré le match. Cela ressemblait beaucoup à la saison 2015 : un jeu au sol qui n’avançait pas, Eli qui n’avait pas le temps de chercher ses receveurs et une défense qui encaissait beaucoup de yards, toujours par le milieu de terrain et principalement 2 joueurs : TE Jason Witten et le slot receveur Cole Beasley. Néanmoins, comme l’an passé, la défense tenait en zone rouge et n’accordait pas plus que 2 fields goals.

Et puis notre attaque s’est tournée vers la passe. En 3 passes, Eli trouve Sterling Shepard, Odell Beckham et enfin Larry Donnell pour remonter 75 yards et inscrire un touchdown. La défense s’est mise à resserrer un peu et les Giants rentrent au vestiaire en avance au tableau d’affichage 13-9 après que Sterling Shepard a inscrit son premier touchdown en professionnel grâce à un superbe catch dans la redzone sur tracé fade. Malheureusement, K Randy Bullock rata l’extra point.

Bref, tout allait bien jusqu’à ce qu’en début de seconde mi-temps, Sterling Shepard rappela à tout le monde qu’il est un rookie et, comme tous les rookies, il fait des erreurs. Après un tracé mal exécuté et un désintérêt pour le reste de l’action, Shepard laisse son défenseur intercepté Eli Manning dans le camp de Big Blue (pour certain, la responsabilité est sur Eli, ou au moins partagée mais je trouve vraiment le rookie nonchalant sur l’action). Il s’en suit un touchdown pour le rookie Ezekiel Elliott pour permettre aux boys de repasser devant. L’écart augmentera avec un nouveau field goal de K Dan Bailey. Seulement, à 5 minutes de la fin, les Giants commencent à enchainer en attaque, avec un jeu au sol efficace et Victor Cruz fait parler son intelligence de jeu pour être seul dans la endzone et marquer un touchdown de 3 yards. La salsa est de retour et la joie non dissimulée du côté de Big Blue. Cependant, les vieux démons ne disparaissent pas comme ça, New York laisse une dernière chance à Dak Prescott et à Dallas de remonter le terrain mais l’idiotie de WR Terrance Williams qui ne sort pas de l’air de jeu sauve Big Blue. Le temps est écoulé et New York s’impose, pour la première fois en 9 opening game contre Dallas et gagne un match serré, le genre de match qu’on a tant perdu l’an passé.

Tout n’a pas été bon, il y a plusieurs choses à revoir et notre adversaire semble trop faible pour se mêler à la course pour les playoffs mais l’essentiel est ailleurs. Pour la première fois depuis un moment, les Giants sont en positif et Victor Cruz est de retour. Ce retour ne semble pas être un feu de paille, il dispose toujours de ses cuts, de ses bons tracés et de son intelligence. Et il offre ce soir la victoire à New York pour son retour, comme s’il était l’élément manquant à cette équipe pour passer le cap tant attendu.

Résultat final : Victoire 20-19

[L’analyse individuelle sera faite ce lundi].