Les Giants en vrac…

Moi aussi j’étais en bye week mais me voilà de retour.

Les Giants en vrac

Tout d’abord, vu que vous n’avez pas eu le droit à la traditionnelle évaluation des performances individuelles pour le match des Giants contre les Rams, je vous renvoie vers cet article.

Cette édition aurait probablement été l’occasion de faire l’éloge de Landon Collins qui était au coeur de l’action du match.

//platform.twitter.com/widgets.js

Vous ne serez d’ailleurs pas étonnés d’apprendre que Landon Collins, aka le MVP défensif des Giants, a été élu NFC Defensive Player of the Week pour la première fois de sa carrière.

Concernant l’affaire Josh Brown:

Bien que la NFL ait encore du mal à sanctionner convenablement les joueurs qui battent leur compagne, elle est par contre super réactive pour sanctionner les joueurs qui ont le culot de célébrer un touchdown: Owa Odighizuwa a reçu une belle amende de 12.000 $ pour avoir mimé quelqu’un qui prend une photo à la suite du TD de Collins (pour rappel, une pénalité pour roughing the passer peut coûter un peu plus de 9K $…).

Owa a d’ailleurs déclaré qu’il allait faire appel de cette décision.

Si comme beaucoup vous en avez marre du play calling offensif, sachez que les Giants ont joué en 11 personel (3 WR, 1 TE, 1 RB) sur 96% des actions offensives depuis le début de l’année.

Du coup on comprend que Rich Eisen se moque de Ben McAdoo et de sa feuille de match.

En tout cas, le principal intéressé ne semble pas penser que gérer toute l’équipe et faire le play calling offensif soit problématique.

Les TE des Giants ont été tout sauf productifs durant cette première partie de saison et pourtant McAdoo a toujours confiance en eux.

Reese quant à lui semble se contenter du niveau de jeu de ses hommes de ligne offensive.

Vous vous rappelez de Tom Coughlin? Eh bien, selon Adam Schefter, Coughlin pourrait être le prochain head coach des Jaguars qu’il avait déjà coaché entre 1995 et 2002.

Les Giants signent Robbie Gould mais ne coupent pas Josh Brown

Après avoir appris l’existence de documents dans lesquels Josh Brown, K des Giants depuis 2013, avouait avoir maltraité son ex-femme Molly, on s’attendait à une réaction des Giants et de la NFL.

Dans un premier temps nous avons eu le droit à l’excuse classique du « je savais pas » qu’on avait déjà entendu pour le cas Ray Rice.

Alors que les Giants s’apprêtaient à décoller pour Londres afin d’y affronter les Rams, Ben McAdoo a annoncé jeudi soir que Brown n’accompagnerait pas l’équipe en Europe.

Sans pour autant couper Brown – puisque McAdoo et même certains coéquipiers déclarent ne pas vouloir tourner le dos à leur coéquipier – Big Blue signe Robbie Gould, ex-K des Chicago Bears de 2005 à 2015.

New York n’a même pas besoin de couper un joueur (Brown ou autre) pour pouvoir signer Gould. En effet, la Ligue a placé Josh Brown sur la « Commissioner’s exempt list » qui est une sorte de suspension payée (les suspensions normales ne le sont pas normalement) pendant que la NFL mène une enquête sur son compte. La même méthode avait été utilisée pour Greg Hardy et Adrian Peterson il y a quelques années.

Toute cette histoire démontre encore une fois l’hypocrisie de la Ligue dans la gestion des incidents de violence conjugale. La NFL semble surpuissante pour dénicher les joueurs qui fument un joint ou se dopent mais par contre ne met pas en oeuvre tous les moyens à sa disposition pour enquêter de manière convenable quand un joueur se fait arrêter pour violence conjugale.

La NFL était d’ailleurs au courant de ce problème puisque lors du dernier Pro Bowl, la sécurité de la NFL a dû changer la famille de Brown d’hôtel à cause d’un incident avec le K. Même les Giants étaient au courant de cette affaire et pourtant ils ont quand même décidé de le resigner.

Si une chose est sûre avec la NFL aujourd’hui, c’est que son système de sanction est complètement arbitre. Il n’y a qu’à voir l’exemple récent d’Odell Beckham qui reçoit une amende de plus de 24 K$ pour avoir enlevé son casque en dehors du terrain après un TD tandis que sur ces deux dernières semaines, Fletcher Cox a reçu deux amendes de 9 K$ chacune pour des hits illégaux sur un QB.

Josh Brown: un problème géant pour New York

En août, nous avons appris que la Ligue avait décidé de suspendre Josh Brown pour un match à cause d’une arrestation pour violences conjugales en Mai 2015.

La NFL et les Giants avaient expliqué que cette sanction allégée – par rapport à la suspension standard de 6 matchs instaurée par la Ligue à la suite des fiascos de Ray Rice et Greg Hardy – s’expliquait par l’absence de poursuite de l’affaire par le procureur suite au manque d’éléments permettant de vérifier les accusations de son ex-femme.

Lorsque Brown a retrouvé sa place au sein de l’équipe, j’avais émis des réserves quant au choix des Giants de resigner Brown malgré son arrestation pour violences conjugales.

Aujourd’hui, on apprend que la presse a obtenu des extraits d’un journal et d’emails de Brown que son ex-femme Molly aurait remis à la police à l’occasion de sa plainte de Mai 2015 (ce qui contredit la version officielle selon laquelle la victime aurait refusé de coopérer avec la police et les Giants lors de l’enquête).

Le contenu de ces documents est assez bouleversant puisque le K des Giants admet noir sur blanc avoir battu sa femme:

« I have physically, mentally, emotionally and verbally been a repulsive man. I have abused my wife. »

Lire la suite

2016 W4 – Giants 10 @ Vikings 24 : New York ne méritait pas mieux

Est-ce que les New York Giants apprendront un jour de leurs erreurs ? Les joueurs changent, le coaching staff change (mais visiblement, pas assez) mais les Giants se sabordent toujours. Pour une fois, Big Blue a affronté un adversaire qui lui était intrinsèquement supérieur donc ça atténue la colère suite à cette défaite. Mais quand tu perds, encore une fois, plusieurs ballons dans le match, sans jamais en récupérer un (depuis le début de la saison), que tu commets énormément de fautes, est-ce que tu peux gagner un match ? Il y a beaucoup d’énervement dans cette défaite et il y aura pas mal de choses à mettre dans le négatif de l’analyse individuelle qui sortira ce mardi soir. Avant cela, retour sur le match (et vous pouvez déjà aller voter sur notre compte Twitter pour nous indiquer, selon vous, qui est le principal responsable de la défaite)

La première mi-temps démarre bien (comme souvent avec les Giants) avec un bon premier drive qui ne peut aboutir sur autre chose qu’un bon punt de Brad Wing (comme souvent avec les Giants). La suite est bien moins fameuse. Avec une défense décimée qui voit Trevin Wade, le cornerback #5 des Giants titularisé, Big Blue subit en est dominé par l’attaque de Sam Bradford. Pour rajouter aux difficultés du backfield, le front seven ne produit rien, ne génère pas de pression et les Vikings prennent, presque trop tranquillement les devants 14-0.

En attaque, ce n’est pas vraiment mieux pour New York. Si la ligne offensive fait son boulot en protégeant très bien Eli Manning, le reste est assez désastreux. Le playcalling est affreux (Odell Beckham n’a pas été visé du premier quart-temps), Eli rate des passes faciles, les blocks sont pas bons ; bref, ça n’avance pas assez. Comme si cela ne suffisait pas, Odell se fait à nouveau remarquer pour son comportement en prenant un flag pour taunting après une belle réception devant CB Xavier Rhodes. Le flag est assez dur et prouve clairement qu’OBJ est dans le viseur de la ligue (et des arbitres) après ses récurrents problèmes de comportement. Le coup de Rhodes semblait clairement en retard mais il faut qu’Odell s’habitue à jouer avec un contrat sur sa tête, sinon, il ne s’en sortira pas.

La fin du second quart-temps est marqué par une élévation du niveau de jeu et une défense qui bloque bien l’attaque violette. L’attaque arrive à avancer mais les éternelles erreurs de management font que les Giants perdent deux belles chances de touchdown en gérant mal l’horloge et en ne pouvant jouer les dernières tentatives de la mi-temps. Josh Brown est là pour sauver les meubles et maintenir l’espoir à la pause : 14-3 pour les locaux.

La seconde mi-temps démarre de façon encore plus affreuse. Après un FG raté par les Vikings, Big Blue va enchainer drop d’Odell Beckham et horrible interception d’Eli Manning. Pour la défense, ça commence à se compliquer car il n’y a absolument aucune rotation. Olivier Vernon et Jason Pierre-Paul jouent tous les snaps et forcément, ça fatigue. Minnesota rajoute un field goal et mène 17-3 à l’entame du dernier quart.

La dernière période sera celle de l’espoir pour les Giants. Dès le début, l’attaque passe (enfin) la seconde et Paul Perkins réussit son premier big play en NFL sur une screen qui lui permet de parcourir près de 70 yards. 2 action plus tard, Orleans Darkwa court vers la endzone et se souci peu de LB Kendricks sur son chemin. Miraculeusement (je n’ai pas d’autre explication), New York est à un touchdown d’écart. Mais malheureusement, la défense se dit que couvrir les TE, c’est pénible et laisse Kyle Rudolph tout seul pour que, 2 actions plus tard, WR Johnson explose Trevin Wade et permette à Minnesota d’être à 4 yards de la endzone, 4 yards qui seront parcourus par RB McKinnon sur le jeu suivant. Et sans trop forcer, les Vikings reprennent le large, de façon définitive puisque New York est incapable d’avancer. Les défauts et les lacunes sont évidents et Big Blue n’a plus un bilan positif. Si rien n’est fait pour la suite de la saison, cette défaite doit nous forcer à nous poser de bonnes questions.

2016 W3 Redskins @ Giants: Evaluations individuelles

Crédit photo: Giants.com

Après avoir discuté la prestation collective des Giants, il est temps de s’intéresser aux prestations individuelles de certains acteur du match.

Le positif:

  • Odell Beckham, le joueur: Sur les 9 passes tentées vers OBJ, il en a attrapé 7 (dont 6 alors qu’il était couvert par Norman) pour 121 yards. Il ne manquait plus qu’un TD pour définitivement clouer le bec à Josh Norman qui comme on disait avant le match, est bien incapable de couvrir Beckham à la loyale. Malgré 2 passes non complétées vers OBJ, Norman n’a réellement eu qu’une seule action positive contre Beckham. La 2e passe incomplète était une passe mal calibrée derrière Odell que Norman a failli intercepter. Si cette passe avait été devant OBJ, c’était le TD assuré.
    On retiendra surtout une action où Beckham a réalisé un superbe raffut-pivot contre Norman pour ensuite obtenir un gros gain.
    OBJ est un joueur avec énormément de talent mais c’est dommage qu’il gâche sa réputation avec un comportement aussi douteux qu’exaspérant.
  • La ligne offensive: Si on oublie l’expulsion de Weston Richburg, la ligne offensive a fait un match plutôt bon. Bobby Hart s’est bien mieux débrouillé que Marshall Newhouse au poste de RT, ce qui n’a rien d’étonnant pour moi. On a aussi vu de beaux blocks en course par John Jerry.
  • Orleans Darkwa: En l’absence de Rashad Jennings, Darkwa a partagé les courses avec Shane Vereen. Les deux RB ont fait un bon match en termes de yards et TD mais ce qui permet à Darkwa d’être ici contrairement à Vereen c’est l’absence de fumble. Sa fiche de stats: 10 courses, 53 yards, 1 TD.
  • Sterling Shepard: Un match relativement calme (5 réceptions pour 73yards) pour le rookie par rapport au précédent mais il a tout de même marqué un autre TD.

Lire la suite

2016 W2: Saints 13 @ Giants 16

Crédit photo: Giants.com

Tout le monde s’attendait à un festival offensif comme pour les 4 dernières rencontrent entre ces deux équipes mais en guise d’un shootout fou furieux, on a eu… 16-13 dont un seul TD offensif…

Et on ne peut pas dire que les Giants aient gagné tranquillement. Bien au contraire !

Après quelques punts échangés, les Gmen ont enfin trouvé le moyen d’aller jusqu’à la ligne des 3 yards des Saints. Après un 3rd down raté, McAdoo a décidé de tenté le 4th & 2 qui s’est soldé par une passe incomplète vers Odell Beckham qui était dans le fond de l’endzone.

Malgré cette opportunité sans points, les Gmen récupèrent le ballon mais commettent 3 turnovers d’affilée: un fumble de Shane Vereen, un fumble de Victor Cruz après une course de 40 yards et un fumble d’Eli Manning sur un sack de Michael Mauti des Saints.

Malgré 1 turnover on downs et 3 turnovers, les Saints ne marquent pas un seul. Mieux encore ! Quand New Orleans est enfin à portée de FG, Johnathan Hankins perce la protection des Saints et bloque la tentative du K. Janoris Jenkins se jette sur le ballon et parcourt 65 yards pour marquer un TD. Le seul des Giants.

On a tout de même vu quelques coups d’éclat de la part de certains joueurs comme Sterling Shepard, Victor Cruz et Eli Manning. Mais de manière générale il faut bien reconnaître que la défense des Saints a fait déjouer l’escouade de Mike Sullivan.

Côté défense, les Giants ont été à la hauteur de nos espoirs. Certains joueurs disaient qu’ils seraient surpris que les Saints marquent 50 points comme en 2015 et ils avaient raison.

Ils ont limité les Saints à moins de 300 yards juste 13 points.

C’est d’ailleurs cette défense qui mérite la palme de ce match. Il faut d’ailleurs saluer le travail de Steve Spagnuolo qui a su appeler les bons blitzes pour mettre Drew Brees sous pression et même le sacker à deux reprises (3 si on compte le sack d’Olivier Vernon annulé par un holding offensif).

Finalement, les Giants l’emportent grâce à une très belle réception de Cruz à quelques yards de l’endzone en fin de match. Ben McAdoo a préféré ne pas tenter le diable en s’agenouillant 3 fois pour faire tourner le chrono jusqu’à 2 secondes de la fin et faire tirer Josh Brown pour le FG de la victoire.

Résultat: Victoire 16-3