Draft 2016 : Avec le 10e choix, les Giants sélectionnent Eli Apple

Et bien…… Pour une surprise, c’est une surprise. Et pas forcément une bonne. Après 9 premiers choix catastrophiques pour les Giants où tous leurs joueurs préférés sont partis les uns après les autres, on se demandait qui les Giants allaient choisir. Il y avait le cas Laremy Tunsil, (EDIT : devenu risqué depuis la publication d’une vidéo de lui en train de fumer de la drogue via un masque à gaz), ou un de mes joueurs préférés, CB Vernon Hargreaves. Mais non, à la surprise générale, les Giants ont préféré prendre un autre cornerback, que personne n’attendait dans le top 20. Mis à part son nom prédestiné pour Big Blue, ce choix est très difficilement compréhensible. Comme on ne s’y attendait pas, on ne l’avait pas forcément présenté sur ce blog. Voici une rapide présentation du jeune défenseur :

Lire la suite

Bilan par position 2015 : Tight Ends

Ce lundi c’est aux Tight Ends qu’on s’attaque. Une position où on a vu la chute d’un joueur très prometteur, l’ascension d’un rookie non drafté et une maladie. Pas de stabilité mais des promesses.

#82 Larry Donnell: 8 matchs joués (8 titularisations), 29 réceptions, 223 yards (7.7 yards/catch), 2 TD.

Une saison très décevante après les promesses de 2014. Il fut incapable d’aider l’équipe à avancer et son season-high en yards sur un match culmine à 38.. Son meilleur match vint en Week 5 contre San Francisco avec 6 réceptions pour 35 yards et le TD victorieux en fin de match. Son seul moment glorieux de la saison… Il fut victime d’une blessure au cou contre les Saints en Week 8 et fut placée sur IR le 8 décembre.

Son cou est un réel problème vu que les médecins ne le laissent toujours pas jouer aujourd’hui. Les Giants connaissent bien les retraites forcées à cause de blessures au cou avec David Wilson… Mais si sa condition le permet Donnell peut toujours être une bonne option dans le jeu de passe surtout en end-zone.

Lire la suite

Le siège de Jerry Reese commencerait-il à chauffer? – 1e partie

Alors que les Giants encore une fois perdu la tête d’une division pourtant pas difficile à tenir, beaucoup se demandent d’où vient le problème. Les Giants ne sont pas allés en playoffs une seule fois depuis leur dernier Super Bowl qui date de 2011.

Après avoir viré des joueurs et des coaches, l’attention se tourne naturellement vers Jerry Reese, le general manager. Mais est ce justifier? Reese est il si catastrophique pour qu’on décide de le débarquer en cas d’une nouvelle saison sans playoffs?

Regardons les différents domaines d’intervention de Reese et faisons le bilan de son action jusqu’à aujourd’hui. Comme cette analyse est assez, elle sera divisée en 4 parties:

  1. La draft
  2. La free agency et les contrats
  3. Les échanges et la gestion des crises
  4. Le verdict

Lire la suite

OBJ ralenti par une blessure à la cuisse

Et un autre nouveau chez BBB. Cette fois je vous présente Mido qui est un fan des Giants très actif sur le forum de Touchdown Actu. Il passe aujourd’hui son baptême du feu pour BBB. Bienvenue à lui ! – Thiergow

Crédit photo : NY Daily News

Depuis le début des OTAs, Odell Beckham est très prudent avec ses problèmes de cuisses. Si prudent qu’il ne s’est pas toujours pas entraîné avec le reste de ses coéquipiers, ce qui n’arrivera sûrement pas avant le training camp. Il manquera donc très certainement le mini camp de la semaine prochaine.
Malgré tout, Tom Coughlin trouve que l’état du Rookie de l’année 2015 s’améliore mais que toutes les précautions doivent être prises cet été.

Eli pense que ces précautions sont nécessaires :

« Je pense qu’il essaie simplement de la jouer intelligemment et que ça ne s’aggrave pas, comme ça a pu l’être l’année passée. On ne veut pas qu’il manque le training camp et les premiers matchs de la prochaine saison, donc on espère qu’il guérira rapidement pour nous rejoindre à l’entraînement »

Les Giants essaient d’être le plus optimiste possible dans les médias, mais les conséquences seraient-elles lourdes si OBJ venait à manquer une grande partie de la saison à cause de cette blessure récurrentes ?
La question inquiète plus d’un fan. Surtout compte tenu de la situation avec l’autre receveur star des Gmen, Victor Cruz.

Une source médicale de BigBlueView.com rapporte que ce genre de blessure pourrait accompagner Odell Beckham tout au long de sa carrière :

« Il ne fait aucun doute que certain athlètes sont plus enclin aux blessures de type déchirure à la cuisse. Il est très certainement l’un d’entre eux. Il est possible qu’il n’y ait rien à faire pour éliminer définitivement le risque que cela se contracte à nouveau régulièrement » explique Dr David Chao.

Les espoirs de la saison de Big Blue pourraient alors s’effondrer comme des dominos. Qui dit saison médiocre, dit adieu Tom Coughlin et peut-être même Eli Manning.

Nous n’en sommes pas encore là, beaucoup de questions restent en suspens, et nous pourrions y voir plus clair plus tard cet été.

***

Autres news:

3 ans plus tard, il est temps d’évaluer la classe 2012

… et aussi la classe 2011!

Oui, parce que je me suis rendu compte que cela n’a pas été fait. Je ne peux même pas compter sur Rookie_BzH pour me rappeler qu’il fallait s’en occuper. Les jeunes ne sont vraiment plus fiables… ^^

Blague à part, voici l’analyse de la draft 2012:

De gauche à droite: Devant: Brandon Mosley, Adrien Robinson, Matt McCants, Markus Kuhn / Derrière: Jerry Reese, David Wilson, Rueben Randle, Jayron Hosley, Tom Coughlin

1e tour (32e choix) – RB David Wilson, Virginia Tech: C- / Incomplet

Avant cette draft, j’avais dit que je serais mitigé si les Giants draftaient un autre RB que Trent Richardson dans le premier tour. Finalement le choix de Gmen se porta sur Wilson après que le Bucs aient tradé up pour récupérer Doug Martin avec le 31e choix.
Wilson a montré très tôt qu’il avait les qualités d’un playmaker et une vitesse incroyable mais il aura suffit d’un fumble lors de son premier match pour que toute sa carrière soit marquée. Les Giants ont été trop sévères avec ce joueur pourtant électrique. Les problèmes de fumble étaient aussi de retour en 2013 et avec ça s’est rajoutée une blessure grave au cou. Finalement, Wilson dû raccrocher ses crampons prématurément pour ne pas risquer de se retrouver paralysé.
Finalement, on ne saura jamais si Wilson aurait réglé un jour ses problèmes de fumble ou pas. Si Tiki Barber et Ahmad Bradshaw ont pu régler ce problème alors Wilson en était aussi capable. Cependant, il avait aussi de gros soucis en pass protection ce qui fait tout de même beaucoup de lacunes pour un 1st round pick.

2e tour (63e choix) – WR Rueben Randle, LSU: B-

Lors de la draft de 2012, beaucoup d’experts pensaient qu’il serait sélectionné en fin de premier tour ou début de second tour alors quand les Giants l’ont vu toujours disponible en fin de second tour, ils n’en croyaient pas leurs yeux.
Si le talent est là, la régularité ne l’est pas. Dès sa 1e année, Randle se faisait critiquer ouvertement pour son manque de sérieux à l’entraînement. Cela se ressent dans son jeu: un coup Randle peut être inarrêtable mais le coup d’après, il sera complètement invisible.
Sur la saison 2014, Randle a eu plus de temps de jeu avec le départ d’Hakeem Nicks et la blessure de Victor Cruz. Cependant il n’en a pas vraiment profité. Si sur toute la saison il réalise une belle prestation (71 réceptions, 938 yards et 3 TD), il n’a eu en réalité que 7 matchs productifs.
Randle a les moyens de devenir une star si il le veut mais pour le moment on attend encore.

3e tour (94e choix) – CB Jayron Hosley, Virginia Tech: F

Je pense que Rookie_BzH pourrait écrire un roman pour justifier cette note. Il trouverait même le moyen de dire que la note est trop généreuse.
Pour ma part, je dirais qu’Hosley a eu quelques rares bonnes actions, mais alors vraiment rares. Le reste du temps, ce jeune joueur a été plus souvent source de frustration que de joie. Il n’est tout simplement pas au niveau auquel on l’attendait et en plus il trouve le moyen de se faire suspendre en 2014.
Bref, un bust!

4e tour (127e choix) – TE Adrien Robinson, Cincinnati: F

Un autre bust de cette draft et un bien beau. Jerry Reese annonçait fièrement que Robinson était le JPP des TE, et bien on attend encore de voir cette soi-disant bête athlétique terrifier les défenses adverses.
Robinson ne sert à rien. C’est aussi simple que ça. Ses stats le prouvent: en 3 ans, 19 matchs joués, 1 titularisation et 5 réceptions pour 50 yards et 1 TD… D’ailleurs toutes ses réceptions se répartissent sur 5 matchs.
Alors ça ne veut pas forcément dire qu’il n’a rien foutu pendant les autres matchs car il faut reconnaître que c’est un bon bloqueur. Mais quand même, un 4e tour pour juste un bon blocking TE, ça fait cher. On aurait mieux fait de garder Bear Pascoe.

5e tour (131e choix) – OT Brandon Mosley, Auburn: D

A partir du 5e tour, Reese se permet toujours plus de liberté et de folie en faisant des paris sur des joueurs très athlétiques mais absolument pas prêts techniquement. Mosley fait partie de cette longue lignée de projets de développement qui n’aboutiront probablement jamais.
Il a tout de même réussi à s’imposer comme un backup permanent ce qui est bien plus que son camarade du 6e tour. Mais bon, on préfère quand même le garder sur le banc.

6e tour (201e choix) – OT Matt McCants, UAB: F

Il a passé sa rookie season dans le practice squad des Giants puis a été libéré. Circulez, il n’y a rien à voir.

7e tour (239e choix) – DT Markus Kuhn, NC State: C-

J’ai toujours eu un petit faible sportif pour Kuhn, je l’avoue. Car ce joueur de 26 ans au moment de la draft n’est aujourd’hui rien de plus qu’un petit DT backup qui aide gentiment dans la rotation de la DL.
Mais c’est le fait qu’il vienne d’Europe et cherche à trouver sa place au sein de la NFL qui attire ma sympathie. Le fait qu’il contribue positivement toujours dans la rotation de la DL alors qu’on attendait pas grand chose de lui justifie la note.

UDFA: C+

  • Will Hill: Ah on pourrait aussi écrire un roman sur Hill. Il était tout simplement une belle signature en tant qu’UDFA. Le joueur a montré qu’il pouvait être un top safety et a même fait ses preuves en ST avant de trouver sa place dans la défense.
    Mais il a décidé de gâcher tout son talent en fumant plutôt qu’en se concentrant sur son jeu. Reese lui a laissé plusieurs chances mais au bout d’un moment, ses suspensions devenaient problématiques.
  • Larry Donnell: Une des révélations de la saison 2014. Donnell n’est pas un bon bloqueur mais il peut être un sacré playmaker à la réception. Il faut par contre qu’il se concentre un peu plus pour éviter les dropped passes et fumbles idiots.
  • Adewale Ojomo: Il s’est fait bien remarquer pendant les présaisons 2012 et 2013 mais n’a jamais su passer au niveau supérieur.

Conclusions:

Cette n’est quand même pas très glorieuse: un 1st rounder plein de lacunes qui se blesse gravement (encore un!), un second rounder qui est irrégulier, 3 busts complets et 2 backups corrects.
2012 n’est vraiment pas un bon cru pour les Giants.

Lire la suite

La méthode Jerry Reese

Depuis sa prise de fonction en tant que GM des New York Giants en 2007, Jerry Reese a conduit la franchise à deux victoires au Super Bowl. Cependant, bien qu’il soit considéré comme l’un des meilleurs general managers de la Ligue, Reese est souvent critiqué pour ses choix de draft. Depuis 2007, la tête pensante de Big Blue n’a effectivement jamais sélectionné de joueurs en voie d’être honorés au Hall of Fame à l’issue de leur carrière. Pire, un bon nombre de recrues de Jerry Reese ont quitté les Giants prématurément car ils n’ont pas su correspondre aux exigences du jeu professionnel.

Si la première draft de 2007 a été globalement une réussite avec WR Steve Smith (2nd), DT Jay Alford (3rd), TE Kevin Boss (5th) et RB Ahmad Bradshaw (7th), Reese n’a pas eu la même main heureuse par la suite. On peut tout de même citer OT Will Beatty (2nd, 2009), DE Jason Pierre-Paul (1st, 2010) et CB Prince Amukamara (1st, 2011), des joueurs clés pour New York actuellement.

Jerry Reese s’est toujours montré adepte de la stratégie du « best pick available » (BPA) mais on note un changement dans sa méthode de sélection depuis 2012. Lors des trois dernières drafts, le GM des Giants a sélectionné au premier tour des joueurs correspondant aux besoins de la franchise. Toutefois, il assure qu’il s’agissait à chaque fois du BPA en fonction des prospects déterminés par Big Blue comme les plus attractifs.

Alors, existe-t-il réellement une « méthode Jerry Reese » ? En essayant de répondre à cette question, nous chercherons à déterminer quelle pourrait être la direction prise par le GM lors de la prochaine draft.

Lire la suite

Bilan par position 2014: Running Back

Comme chaque année, nous faisons le bilan de chaque position. Après l’étude des QB lundi, place aujourd’hui aux coureurs.

  • Halfbacks : 

#23 Rashad Jennings : 11 matchs joués, 9 titularisations, 167 courses, 639 yards (3,8 yards/course), 4 TD, 1 fumble (1 perdu), 30 réceptions, 226 yards (7,5 yards/réception).

Arrivé à la dernière FA pour 3 ans, Jennings a été très satisfaisant lorsqu’il était sur le terrain.. Malheureusement, il a eu du mal à y rester pour cause de blessure. Il est donc compliqué d’être pleinement content de sa saison alors qu’il a raté près de la moitié des matchs. Sur le terrain, il aura fait de son mieux malgré une ligne offensive inoffensive au centre. Il est notre RB le plus complet et il est vraiment capable de tout faire. Au delà de ses stats correctes, il a été très bon en pass protection, aidant réellement Eli Nelson Manning à trouver OBJ. Si Jennings reste en forme, et avec l’amélioration espérée de l’OL, alors il peut vraiment permettre aux Giants d’être dangereux au sol.

Note finale : C+
Oui, cette note peut paraître faible ou dure, mais il est compliqué de noter un joueur absent la moitié de la saison. Si Jennings a été très satisfaisant lorsqu’il était sur le terrain, il est compliqué d’être dithyrambique sur un joueur ayant peu jouer. En restant en forme, et avec une bonne ligne, il peut complètement exploser, à la manière d’un Demarco Murray qui, souvent blessé auparavant a été le meilleur RB de la ligue en 2014, derrière la meilleur OL de NFL. On souhaite la même chose à Rashad Andre Jennings.

#44 Andre Willams: 16 matchs joués, 7 titularisations, 217 courses, 721 yards (3,3 yards/courses), 7 TD, 1 fumble (0 perdu), 18 réceptions, 130 yards (7,2 yards/réception).

Le rookie, drafté au 4e tour à la sortie de Boston College, a été une pièce importante d’une draft très réussie. Leader en nombre de yards courus l’an passé en NCAA, Andre Rishard Williams n’a pas mis longtemps pour s’adapter à la NFL. Après une pré-saison satisfaisante, il a été jeté dans le grand bain rapidement, suite aux problèmes physiques de Jennings. En grande difficulté au départ, on sentait qu’il n’était pas prêt. Il n’arrivait pas à produire avec cette faible ligne offensive et il était dépassé en pass protection. De plus, on savait qu’il n’est pas capable de produire à la réception, preuve en est son absence de réception sur sa dernière saison de NCAA. Petit à petit, on a vu le petit joueur de 103 Kg progresser à vu de nez. Sa production a augmenté, il commençait enfin à bloquer légèrement les défenseurs adverses quand il le fallait. Enfin, il a réussi à être une soupape de sécurité pour Eli Manning lorsqu’il le fait. Il nous aura aussi offert de beaux highlights avec notamment un TD de 50 yards contre Tennessee et des tampons énormes, rappelant aux fans un certain Brandon Jacobs. Si le début de saison a été compliqué, on peut espérer que l’avenir sera radieux pour le coureur. Avec un training camp de plus, et en espérant un renforcement de la ligne offensive, il pourrait vraiment être le nouveau Jacobs, auteur d’une belle carrière à New York.

Note finale: B
Dans cette note, je tient compte du fait que Williams est un rookie, drafté au 4e tour, et donc, qu’on avait pas des attentes énormes en ce joueur. Il sera certainement un membre important du jeu de course à New York pour les années à venir.

#44 Peyton Hillis : 9 matchs joués, aucune titularisation, 26 courses, 115 (4,4 yards/course), 0 TD, 0 fumbles, 10 réceptions, 87 yards (8,7 yards/réception).

Après une saison 2013 encourageante, Hillis aura traversé 2014 sans qu’on le remarque. Il termine avec presque plus de yards à la reception, mais moins de 200 en cumulé. Il termine la saison sur l’IR suite à une commotion et, bien qu’il lui reste un an de contrat, il n’est pas sur qu’il soit de retour à New York en 2015. Le couper libérerait près d’un million de dollars, sans rajouter 1 dollar en dead money. Je ne suis pas sur qu’il soit utile de garder un joueur qui, si son état d’esprit semble irréprochable, ne semble être qu’au mieux le 3e RB. Seul son expérience, et son statut de vétéran peut le sauver du licenciement.

Note finale: D
Bon, il est compliqué de noter un joueur qui a aussi peut joué et qui n’avait pas un rôle primordiale mais on attendait quand même plus de Peyton Dereck Hillis en 2014. A mon avis, il ne sera plus à New York l’an prochain.

#43 Orleans Darkwa : 7 matchs joués, aucune titularisation, 5 courses, 21 yards (4,2 yards/cours), 1 TD

Arrivé en cours de saison en provenance du practice squad des Dolphins, Orleans Opoku-Darkwa, a visiblement satisfait le staff qui lui a donné l’occasion de passer un peu de temps sur le terrain. En 5 courses seulement, il aura marqué un joli TD et a surtout été très utile en Special Team. Non drafté en 2014, on dispose de peu de source sur lui, il est donc compliqué de savoir s’il peut vraiment apporter l’an prochain mais il semble que les coachs comptent sur lui et qu’il sera développé en 2015.

Note finale: Incomplet
Il a passé trop peu de temps pour pouvoir bénéficier d’une évaluation complète. Mais il est clair qu’il aura pleinement profité de son passage à New York pour taper dans l’œil de certains, ce qui est une bonne chose dans l’espoir d’avoir un poste solide en NFL.

#29 Michael Cox : 4 matchs joués, aucune titularisation, 4 courses, 33 yards (8,3 yards/course), 2 réceptions, 9 yards (4,5 yards/réception).

Drafté au 7e tour en 2013, Michael Cox n’avait pas passé les « finals cuts » cette saison. Immédiatement, il avait pris la direction du practice squad. Suite aux blessures de nos running backs, Michael A. Cox (oui, j’ai pas trouvé le nom complet de Cox 😦 ) a été repris dans l’effectif actif où il a pu montrer ses qualités de retourneur. Malheureusement, il se brisa rapidement la jambe, mettant ainsi fin à sa saison. De retour l’an prochain, il se battra pour une place dans l’effectif actif.

Note Finale: Incomplet
Là, je ne pouvais vraiment pas noter Cox, de même, il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que j’aimerais bien le revoir, le coureur ayant démontré quelques qualités de vitesse et de cuts appréciables, malgré une lecture horrible. Il peut au moins servir en retourneur.

Non évalué : David Wilson, Chris Ogbonnaya

  • Fullback : 

#45 Henry Hynoski: 16 matchs joués, 4 titularisations, 7 courses, 13 yards (1,9 yards/course)

Après avoir gagné la compétition au poste de Fullback face à John Conner, Henry Phillip Hynosky Jr. a joué tous les matchs de la saison 2014, alors que l’an passé, une blessure ne lui avait permis de jouer que 4 matchs. Resigné pour un an, et 1 million de dollar, Hynoski. Encore une fois très bon cette saison (bien qu’il ait peu touché le ballon), Hynoski a été élu troisième meilleur FB de la ligue en 2014 par Pro Football Focus. Avec un jeu au sol faiblard, un bon FB n’est jamais de trop et il est probable qu’on doive passer à la caisse pour le conserver en 2015. Pour moi, la question de ce choix ne se pose pas, il faut le garder;

Note finale: A-
Je ne sais pas si l’on se rend compte que l’on dispose d’un des meilleurs FB de la ligue. Même si le poste n’est clairement plus ce qu’il a été auparavant, il reste une arme utile et importante, surtout dans l’attaque de McAdoo qui multiplie les passes courtes. J’espère sincèrement qu’il sera de retour l’an prochain (et plus si affinité).

Note globale de l’escouade: B
Des promesses, de l’espoir et de la confiance en l’avenir, voilà ce que nous as donné cette escouade en 2014. Le duo Jennings/Williams, ouvert par Hynoski, peut clairement permettre d’être un des 10/15 meilleurs jeu de course de la ligue. Il nous manque un joueur rapide, type David Wilson, pour être très complet mais, dans cette classe de draft extrêmement profonde (les coureurs de 2015 sont les receveurs de 2014, soyons clairs), un choix du 4 ou 5e tour peut nous apporter le complément parfais à notre duo, voire remplacer convenablement Jennings en cas de nouvelle blessure.