Le siège de Jerry Reese commencerait-il à chauffer? – 2e partie

Crédit photo: Bleacher Report

Après avoir fait le bilan de Jerry Reese à la draft, tournons nous vers la free agency et la gestion des contrats.

Avant de succéder à Ernie Accorsi, Reese avait le titre de Director of Pro Personel. Autrement dit, il était en charge de signer de nouveaux joueurs trouvés via la free agency et gérer les contrats des joueurs déjà dans l’équipe. Je ne saurais vous dire si il jouait un rôle dans la conclusion des échanges sous Accorsi mais depuis qu’il est GM, c’est lui qui les valide. Si je prends la peine de vous dire tout ça c’est pour montrer qu’en matière de free agency et contrat, Reese a de l’expérience et sait y faire.

Faisons d’abord le bilan de la free agency avant d’évaluer la gestion des contrats.

LA FREE AGENCY

Depuis qu’il est GM, Reese n’a jamais été du genre à faire beaucoup de bruit en free agency. Contrairement à d’autres équipes, le front office des Gmen reste à l’écart des surenchères que font certaines équipes pour des gros noms du marché des unrestricted free agent. Au contraire, Reese privilégie généralement des joueurs second rang en terme de valeur de free agency.

Mais est ce que cette stratégie a été payante au cours des années ? Car si se tenir à l’écart des grands noms permet de faire des économies et de signer plus de joueurs moins chers, ce choix réduit également les chances de renforcer l’effectif avec un joueur talentueux.

Lire la suite

Analyse d’avant match 2015 : W1 New York Giants @ Dallas Cowboys

Il s’est passé ça lors du dernier match face aux Cowboys. Et ce soir ?

Aujourd’hui est un jour à bonnes nouvelles : la NFL est de retour et les Giants vont battre les Cowboys (oui, j’attaque fort) ! Après de longs mois d’abstinence (rappel : la présaison, ce n’est pas du football), nos dimanches ne seront plus ces jours fades qui servent juste à se préparer émotionnellement au lundi. Désormais, nos dimanches nous permettront de nous gaver de football et d’arriver explosé au travail. Après une mise en bouche et une entrée à 19h et à 22h, le grand moment de la soirée débutera à 02h30 en France avec l’entrée dans la compétition de nos New York Giants face à nos grands rivaux de Dallas, champion en titre de la NFC East. Après un été mouvementé par des blessures de nos DB, le contrat d’Eli Manning et l’affaire Jason Pierre-Paul, on va enfin pouvoir se concentrer sur le terrain.

Avant de passer à l’analyse de cet avant match, un petit mot sur les nouveautés de la saison 2015 pour Big Blue Blog. Tout d’abord, nous live-twitterons le match sur notre compte twitter @BigBlueBlogFR. C’est moi (Rookie_BzH) qui m’en occuperais et n’hésitez surtout pas à venir réagir, commenter, critiquer, blaguer avec moi. Je twitterai surtout mes réactions à propos des actions, je ne vais pas simplement commenter (on suppose que vous avez vous aussi les images). Dès la fin du match, retrouvez sur le blog l’analyse collective et le résumé du match, pour les commentaires à chaud. Demain soir, nous ferons l’analyse individuelle, un peu plus à froid, afin de voir qui a été bon, et qui a raté son match. Enfin, on vous rappelle que le concours de pronostics est toujours ouvert et que vous pouvez toujours rejoindre la ligue Yahoo (ID: 4423, Mot de passe: Eaglessuck). Ce n’est pas grave si vous avez raté le premier match, des personnes très bien ont fait un mauvais pronostic et sont aussi à 0 point.

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : WR Victor Cruz, LB Jon Beason
  • Participation en doute :N/A
  • Participation incertaine : N/A
  • Participation Probable : LB Jonathan Casillas (nuque), DT Cullen Jenkins (ischios), DE Owamagbe Odighizuwa (pied)

Dallas Cowboys :

  • Ne jouera pas : N/A
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : N/A
  • Participation probable : WR Dez Bryant (ischios), TE James Hanna (genou), LB Anthony Hitchens (pied), OG Zach Martin (nuque), S Danny McCray (nuque), OT Jordan Mills (pied), QB Tony Romo (nuque), WR Devin Street (cheville), QB Brandon Weeden (commotion), S James Wilcox (nuque)

Mis à part les absences (attendues) de Cruz et Beason, il n’y a pas grand chose à signaler dans le rapport des blessés (mis à part pas mal de blessure à la nuque chez les Cowboys, sûrement dues à leur grosse tête).

Ce qu’il faut regarder :

  1. La défense aérienne
    Dez Bryant. A la seule évocation de ce nom, n’importe quelle personne qui n’est pas un fan des Cowboys tremble. Peut être le receveur le plus complet en NFL (vitesse, taille, mains, physique…), Dez Bryant n’a pas de vraie faiblesse. Il sera probablement impossible de le stopper complètement mais il faudra absolument le limiter. Un match à environ 60 yards et pas de touchdown pour le receveur serait le signe d’une bonne performance de notre défense. De plus, avec Williams, Beasley et Witten, Dallas ne manque pas d’armes offensives et dispose d’un de ses points forts face à l’un de nos points faibles. Prince, DRC, Collins et Taylor vont avoir du boulot mais s’ils font un bon match, alors la victoire sera surement au bout.
  2. Le pass-rush
    Avec la perte de JPP pour une durée indéterminée, le pass rush a souffert cet été et ne semble plus être une force de l’équipe. Malgré des éléments prometteurs qui doivent passer un cap comme Damontre Moore ou Kerry Wynn, nos DE n’ont pas un joueur capable de faire peur un coordinateur offensif!. Face à l’exellente ligne offensive de Dallas, la tâche ne sera pas facile et il faudra aller remuer Romo pour permettre à nos DB de tenir leurs receveurs. Le meilleur pass-rusher sera peut être LB Devon Kennard, qui rentre dans sa seconde année après une saison rookie prometteuse.
  3. Eli Manning
    Eli Manning est passé à côté de ses matchs de présaison (comme d’habitude) et il n’a pas semblé être sur la même longueur d’ondes que ses receveurs. Néanmoins, les histoires de contrat sont maintenant derrières lui, il sera le quarterback des Giants pour les 5 saisons à venir et il peut maintenant se concentrer sur le terrain. Nous aurons besoin d’un grand Eli pour gagner.

Pronostic : Victoire 34-31

Bon, je ne suis pas forcément honnête mais je pense réellement qu’on peut gagner. Une chose est sure, les deux attaques vont bouffer les deux défenses. Mais nos DB (Prince Amukamara et Dominique Rodgers-Cromartie) sont meilleurs que leurs homologues texans (Carr et Jones) et ils pourraient réaliser le stop de plus. De même, nous sommes probablement meilleurs en ST et cela pourrait aussi faire la différence. En tout cas, je m’attends réellement à un match serré.

3 ans plus tard, il est temps d’évaluer la classe 2012

… et aussi la classe 2011!

Oui, parce que je me suis rendu compte que cela n’a pas été fait. Je ne peux même pas compter sur Rookie_BzH pour me rappeler qu’il fallait s’en occuper. Les jeunes ne sont vraiment plus fiables… ^^

Blague à part, voici l’analyse de la draft 2012:

De gauche à droite: Devant: Brandon Mosley, Adrien Robinson, Matt McCants, Markus Kuhn / Derrière: Jerry Reese, David Wilson, Rueben Randle, Jayron Hosley, Tom Coughlin

1e tour (32e choix) – RB David Wilson, Virginia Tech: C- / Incomplet

Avant cette draft, j’avais dit que je serais mitigé si les Giants draftaient un autre RB que Trent Richardson dans le premier tour. Finalement le choix de Gmen se porta sur Wilson après que le Bucs aient tradé up pour récupérer Doug Martin avec le 31e choix.
Wilson a montré très tôt qu’il avait les qualités d’un playmaker et une vitesse incroyable mais il aura suffit d’un fumble lors de son premier match pour que toute sa carrière soit marquée. Les Giants ont été trop sévères avec ce joueur pourtant électrique. Les problèmes de fumble étaient aussi de retour en 2013 et avec ça s’est rajoutée une blessure grave au cou. Finalement, Wilson dû raccrocher ses crampons prématurément pour ne pas risquer de se retrouver paralysé.
Finalement, on ne saura jamais si Wilson aurait réglé un jour ses problèmes de fumble ou pas. Si Tiki Barber et Ahmad Bradshaw ont pu régler ce problème alors Wilson en était aussi capable. Cependant, il avait aussi de gros soucis en pass protection ce qui fait tout de même beaucoup de lacunes pour un 1st round pick.

2e tour (63e choix) – WR Rueben Randle, LSU: B-

Lors de la draft de 2012, beaucoup d’experts pensaient qu’il serait sélectionné en fin de premier tour ou début de second tour alors quand les Giants l’ont vu toujours disponible en fin de second tour, ils n’en croyaient pas leurs yeux.
Si le talent est là, la régularité ne l’est pas. Dès sa 1e année, Randle se faisait critiquer ouvertement pour son manque de sérieux à l’entraînement. Cela se ressent dans son jeu: un coup Randle peut être inarrêtable mais le coup d’après, il sera complètement invisible.
Sur la saison 2014, Randle a eu plus de temps de jeu avec le départ d’Hakeem Nicks et la blessure de Victor Cruz. Cependant il n’en a pas vraiment profité. Si sur toute la saison il réalise une belle prestation (71 réceptions, 938 yards et 3 TD), il n’a eu en réalité que 7 matchs productifs.
Randle a les moyens de devenir une star si il le veut mais pour le moment on attend encore.

3e tour (94e choix) – CB Jayron Hosley, Virginia Tech: F

Je pense que Rookie_BzH pourrait écrire un roman pour justifier cette note. Il trouverait même le moyen de dire que la note est trop généreuse.
Pour ma part, je dirais qu’Hosley a eu quelques rares bonnes actions, mais alors vraiment rares. Le reste du temps, ce jeune joueur a été plus souvent source de frustration que de joie. Il n’est tout simplement pas au niveau auquel on l’attendait et en plus il trouve le moyen de se faire suspendre en 2014.
Bref, un bust!

4e tour (127e choix) – TE Adrien Robinson, Cincinnati: F

Un autre bust de cette draft et un bien beau. Jerry Reese annonçait fièrement que Robinson était le JPP des TE, et bien on attend encore de voir cette soi-disant bête athlétique terrifier les défenses adverses.
Robinson ne sert à rien. C’est aussi simple que ça. Ses stats le prouvent: en 3 ans, 19 matchs joués, 1 titularisation et 5 réceptions pour 50 yards et 1 TD… D’ailleurs toutes ses réceptions se répartissent sur 5 matchs.
Alors ça ne veut pas forcément dire qu’il n’a rien foutu pendant les autres matchs car il faut reconnaître que c’est un bon bloqueur. Mais quand même, un 4e tour pour juste un bon blocking TE, ça fait cher. On aurait mieux fait de garder Bear Pascoe.

5e tour (131e choix) – OT Brandon Mosley, Auburn: D

A partir du 5e tour, Reese se permet toujours plus de liberté et de folie en faisant des paris sur des joueurs très athlétiques mais absolument pas prêts techniquement. Mosley fait partie de cette longue lignée de projets de développement qui n’aboutiront probablement jamais.
Il a tout de même réussi à s’imposer comme un backup permanent ce qui est bien plus que son camarade du 6e tour. Mais bon, on préfère quand même le garder sur le banc.

6e tour (201e choix) – OT Matt McCants, UAB: F

Il a passé sa rookie season dans le practice squad des Giants puis a été libéré. Circulez, il n’y a rien à voir.

7e tour (239e choix) – DT Markus Kuhn, NC State: C-

J’ai toujours eu un petit faible sportif pour Kuhn, je l’avoue. Car ce joueur de 26 ans au moment de la draft n’est aujourd’hui rien de plus qu’un petit DT backup qui aide gentiment dans la rotation de la DL.
Mais c’est le fait qu’il vienne d’Europe et cherche à trouver sa place au sein de la NFL qui attire ma sympathie. Le fait qu’il contribue positivement toujours dans la rotation de la DL alors qu’on attendait pas grand chose de lui justifie la note.

UDFA: C+

  • Will Hill: Ah on pourrait aussi écrire un roman sur Hill. Il était tout simplement une belle signature en tant qu’UDFA. Le joueur a montré qu’il pouvait être un top safety et a même fait ses preuves en ST avant de trouver sa place dans la défense.
    Mais il a décidé de gâcher tout son talent en fumant plutôt qu’en se concentrant sur son jeu. Reese lui a laissé plusieurs chances mais au bout d’un moment, ses suspensions devenaient problématiques.
  • Larry Donnell: Une des révélations de la saison 2014. Donnell n’est pas un bon bloqueur mais il peut être un sacré playmaker à la réception. Il faut par contre qu’il se concentre un peu plus pour éviter les dropped passes et fumbles idiots.
  • Adewale Ojomo: Il s’est fait bien remarquer pendant les présaisons 2012 et 2013 mais n’a jamais su passer au niveau supérieur.

Conclusions:

Cette n’est quand même pas très glorieuse: un 1st rounder plein de lacunes qui se blesse gravement (encore un!), un second rounder qui est irrégulier, 3 busts complets et 2 backups corrects.
2012 n’est vraiment pas un bon cru pour les Giants.

Lire la suite

Bilan par position 2014: Running Back

Comme chaque année, nous faisons le bilan de chaque position. Après l’étude des QB lundi, place aujourd’hui aux coureurs.

  • Halfbacks : 

#23 Rashad Jennings : 11 matchs joués, 9 titularisations, 167 courses, 639 yards (3,8 yards/course), 4 TD, 1 fumble (1 perdu), 30 réceptions, 226 yards (7,5 yards/réception).

Arrivé à la dernière FA pour 3 ans, Jennings a été très satisfaisant lorsqu’il était sur le terrain.. Malheureusement, il a eu du mal à y rester pour cause de blessure. Il est donc compliqué d’être pleinement content de sa saison alors qu’il a raté près de la moitié des matchs. Sur le terrain, il aura fait de son mieux malgré une ligne offensive inoffensive au centre. Il est notre RB le plus complet et il est vraiment capable de tout faire. Au delà de ses stats correctes, il a été très bon en pass protection, aidant réellement Eli Nelson Manning à trouver OBJ. Si Jennings reste en forme, et avec l’amélioration espérée de l’OL, alors il peut vraiment permettre aux Giants d’être dangereux au sol.

Note finale : C+
Oui, cette note peut paraître faible ou dure, mais il est compliqué de noter un joueur absent la moitié de la saison. Si Jennings a été très satisfaisant lorsqu’il était sur le terrain, il est compliqué d’être dithyrambique sur un joueur ayant peu jouer. En restant en forme, et avec une bonne ligne, il peut complètement exploser, à la manière d’un Demarco Murray qui, souvent blessé auparavant a été le meilleur RB de la ligue en 2014, derrière la meilleur OL de NFL. On souhaite la même chose à Rashad Andre Jennings.

#44 Andre Willams: 16 matchs joués, 7 titularisations, 217 courses, 721 yards (3,3 yards/courses), 7 TD, 1 fumble (0 perdu), 18 réceptions, 130 yards (7,2 yards/réception).

Le rookie, drafté au 4e tour à la sortie de Boston College, a été une pièce importante d’une draft très réussie. Leader en nombre de yards courus l’an passé en NCAA, Andre Rishard Williams n’a pas mis longtemps pour s’adapter à la NFL. Après une pré-saison satisfaisante, il a été jeté dans le grand bain rapidement, suite aux problèmes physiques de Jennings. En grande difficulté au départ, on sentait qu’il n’était pas prêt. Il n’arrivait pas à produire avec cette faible ligne offensive et il était dépassé en pass protection. De plus, on savait qu’il n’est pas capable de produire à la réception, preuve en est son absence de réception sur sa dernière saison de NCAA. Petit à petit, on a vu le petit joueur de 103 Kg progresser à vu de nez. Sa production a augmenté, il commençait enfin à bloquer légèrement les défenseurs adverses quand il le fallait. Enfin, il a réussi à être une soupape de sécurité pour Eli Manning lorsqu’il le fait. Il nous aura aussi offert de beaux highlights avec notamment un TD de 50 yards contre Tennessee et des tampons énormes, rappelant aux fans un certain Brandon Jacobs. Si le début de saison a été compliqué, on peut espérer que l’avenir sera radieux pour le coureur. Avec un training camp de plus, et en espérant un renforcement de la ligne offensive, il pourrait vraiment être le nouveau Jacobs, auteur d’une belle carrière à New York.

Note finale: B
Dans cette note, je tient compte du fait que Williams est un rookie, drafté au 4e tour, et donc, qu’on avait pas des attentes énormes en ce joueur. Il sera certainement un membre important du jeu de course à New York pour les années à venir.

#44 Peyton Hillis : 9 matchs joués, aucune titularisation, 26 courses, 115 (4,4 yards/course), 0 TD, 0 fumbles, 10 réceptions, 87 yards (8,7 yards/réception).

Après une saison 2013 encourageante, Hillis aura traversé 2014 sans qu’on le remarque. Il termine avec presque plus de yards à la reception, mais moins de 200 en cumulé. Il termine la saison sur l’IR suite à une commotion et, bien qu’il lui reste un an de contrat, il n’est pas sur qu’il soit de retour à New York en 2015. Le couper libérerait près d’un million de dollars, sans rajouter 1 dollar en dead money. Je ne suis pas sur qu’il soit utile de garder un joueur qui, si son état d’esprit semble irréprochable, ne semble être qu’au mieux le 3e RB. Seul son expérience, et son statut de vétéran peut le sauver du licenciement.

Note finale: D
Bon, il est compliqué de noter un joueur qui a aussi peut joué et qui n’avait pas un rôle primordiale mais on attendait quand même plus de Peyton Dereck Hillis en 2014. A mon avis, il ne sera plus à New York l’an prochain.

#43 Orleans Darkwa : 7 matchs joués, aucune titularisation, 5 courses, 21 yards (4,2 yards/cours), 1 TD

Arrivé en cours de saison en provenance du practice squad des Dolphins, Orleans Opoku-Darkwa, a visiblement satisfait le staff qui lui a donné l’occasion de passer un peu de temps sur le terrain. En 5 courses seulement, il aura marqué un joli TD et a surtout été très utile en Special Team. Non drafté en 2014, on dispose de peu de source sur lui, il est donc compliqué de savoir s’il peut vraiment apporter l’an prochain mais il semble que les coachs comptent sur lui et qu’il sera développé en 2015.

Note finale: Incomplet
Il a passé trop peu de temps pour pouvoir bénéficier d’une évaluation complète. Mais il est clair qu’il aura pleinement profité de son passage à New York pour taper dans l’œil de certains, ce qui est une bonne chose dans l’espoir d’avoir un poste solide en NFL.

#29 Michael Cox : 4 matchs joués, aucune titularisation, 4 courses, 33 yards (8,3 yards/course), 2 réceptions, 9 yards (4,5 yards/réception).

Drafté au 7e tour en 2013, Michael Cox n’avait pas passé les « finals cuts » cette saison. Immédiatement, il avait pris la direction du practice squad. Suite aux blessures de nos running backs, Michael A. Cox (oui, j’ai pas trouvé le nom complet de Cox 😦 ) a été repris dans l’effectif actif où il a pu montrer ses qualités de retourneur. Malheureusement, il se brisa rapidement la jambe, mettant ainsi fin à sa saison. De retour l’an prochain, il se battra pour une place dans l’effectif actif.

Note Finale: Incomplet
Là, je ne pouvais vraiment pas noter Cox, de même, il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que j’aimerais bien le revoir, le coureur ayant démontré quelques qualités de vitesse et de cuts appréciables, malgré une lecture horrible. Il peut au moins servir en retourneur.

Non évalué : David Wilson, Chris Ogbonnaya

  • Fullback : 

#45 Henry Hynoski: 16 matchs joués, 4 titularisations, 7 courses, 13 yards (1,9 yards/course)

Après avoir gagné la compétition au poste de Fullback face à John Conner, Henry Phillip Hynosky Jr. a joué tous les matchs de la saison 2014, alors que l’an passé, une blessure ne lui avait permis de jouer que 4 matchs. Resigné pour un an, et 1 million de dollar, Hynoski. Encore une fois très bon cette saison (bien qu’il ait peu touché le ballon), Hynoski a été élu troisième meilleur FB de la ligue en 2014 par Pro Football Focus. Avec un jeu au sol faiblard, un bon FB n’est jamais de trop et il est probable qu’on doive passer à la caisse pour le conserver en 2015. Pour moi, la question de ce choix ne se pose pas, il faut le garder;

Note finale: A-
Je ne sais pas si l’on se rend compte que l’on dispose d’un des meilleurs FB de la ligue. Même si le poste n’est clairement plus ce qu’il a été auparavant, il reste une arme utile et importante, surtout dans l’attaque de McAdoo qui multiplie les passes courtes. J’espère sincèrement qu’il sera de retour l’an prochain (et plus si affinité).

Note globale de l’escouade: B
Des promesses, de l’espoir et de la confiance en l’avenir, voilà ce que nous as donné cette escouade en 2014. Le duo Jennings/Williams, ouvert par Hynoski, peut clairement permettre d’être un des 10/15 meilleurs jeu de course de la ligue. Il nous manque un joueur rapide, type David Wilson, pour être très complet mais, dans cette classe de draft extrêmement profonde (les coureurs de 2015 sont les receveurs de 2014, soyons clairs), un choix du 4 ou 5e tour peut nous apporter le complément parfais à notre duo, voire remplacer convenablement Jennings en cas de nouvelle blessure.

Jason Pierre-Paul ne sera pas facile à resigner

Source: NJ.com/giants

 

Quand on est fan, on espère toujours qu’un joueur fasse un petit effort financier et prenne moins d’argent que ce dont il aurait légitimement droit. C’est assez normal car on est général fan d’une équipe et c’est dans l’intérêt de l’équipe de signer un joueur le moins cher possible.

Si certains joueurs sont prêts à donner à leur équipe un « hometown discount » c’est-à-dire prendre un peu moins d’argent pour rester dans la même équipe par rapport à ce qu’ils pourraient gagner ailleurs, d’autres joueurs se contentent de dire – à raison – que la NFL est un business où chaque partie se doit de s’occuper de ses propres intérêts.

C’est le cas de Jason Pierre-Paul qui jouera peut être dimanche son dernier match en tant que membre de Big Blue. Quand on lui demande à combien il estime sa valeur sur le marché, sa réponse est sans détour:

« I think I am worth a lot of money. What do you think? »

En effet, au vu de sa saison 2014 (49 placages, 10.5 sacks et 19 QB hits), on peut difficilement dire que le DE de 25 ans ne figure pas parmi les meilleurs joueurs potentiellement libres en 2015. Même si ses stats ne sont pas aussi impressionnantes que celles de 2011, Pierre-Paul a un potentiel qui va coûter beaucoup d’argent.

Apparemment l’équipe n’a pas cherché à le resigner pendant la saison 2014, voulant probablement voir si JPP en valait vraiment la peine. Le DE commençait mal et ne semblait pas vraiment intéressé par son futur avec les Giants. Puis son discours a changé durant la 2nde moitié de la saison: le joueur parle du souhait d’être un Giant pour le reste de sa carrière et joue pour mériter un nouveau contrat.

Mais au bout du compte, JPP privilégiera ses intérêts propres:

« Like I said, it is going to be a business situation. It’s going to be about my family, and what I want to pursue. At the end of the day, I’m here. Like I said earlier in the season, if I am a Giant, then I will be a Giant for my whole life. I don’t know what is going to happen. »

Si le joueur parle de jouer toute sa carrière à New York, il reste néanmoins réaliste en disant qu’il ne sait pas ce que le futur lui réserve. Il cite d’ailleurs l’exemple de ses anciens coéquipiers comme Justin Tuck, Osi Umenyiora et Brandon Jacobs qui ne sont pas restés des Gmen toute leur carrière.

***

Autres news:

2014 W5: Falcons 20 @ Giants 30

Crédit: Giants.com

ON A UN BILAN POSITIF, ON A UN BILAN POSITIF !!!! Pour la première fois depuis la fin de la saison 2012, les New York Giants ont un bilan de victoires-défaites supérieurs à 0.5. Et ce grâce à une troisième victoire consécutive, cette fois sur les Falcons d’Atlanta. Après deux victoires faciles sur les Texans et les Redskins, nous avions cette fois affaire à une vraie bonne opposition (même si le plus dur reste à venir). Et après un match intense, Big Blue a fini par montrer qu’on était définitivement solide cette saison et en net progrès par rapport à la saison dernière. Voici donc le résumé de cette rencontre mais pas par Thiergow. Ce dernier ayant des difficultés avec sa connexion internet, il m’a appelé à la rescousse pour l’aider. Selon ce raisonnement, j’attends sa demande pour mon aide en Fantasy, car de ce côté ça va pas fort non plus pour lui 🙂

Après un premier échange de punt, les Giants ouvrirent le score sur un beau TD de Randle. Malheureusement, notre défense ne parvient pas à stopper la belle attaque d’Atlanta et Steven Jackson oublia ses 94 ans le temps d’un drive pour aller égaliser. Sinon, sur le terrain, il y deux FG pour les Falcons. La fin de la première mi-temps voit les Giants marquer un FG et Matt Bryant en mettre deux pour les Faucons tandis que le vrai con Osi Umenyiora, l’ex-Giants, réussi à sacker Eli et chambra le public qui lui rendit la pareille en le sifflant (Attention, je n’ai rien contre Osi, je voulais juste faire cette vanne très mauvaise pour avoir une chance de rapporter le prix de la plus mauvaise blague de l’année et j’ai beaucoup de retard sur Thiergow).

Les Giants semblent être restés plus longtemps dans les vestiaires à la pause. En effet, la seconde mi-temps débute bizarrement, avec une défense qui se fait un peu marcher dessus mais qui surtout fait une grosse erreur. Après une belle interception de Demps, ce dernier essaie de remonter la balle mais la laisse tomber et Atlanta recouvra le ballon (pour être honnête, sans le fumble, il n’y aura pas eu d’interception car un défenseur des Giants avait commis un holding que les joueurs d’Atlanta ont décidé de décliner). Ce troisième quart vit surtout l’émergence d’Andre Williams, le coureur rookie qui remplaça Jennings blessé. Williams alterne les très bonnes courses avec les mauvaises, ce qui affecte considérablement sa moyenne mais reste très efficace. C’est lui qui, alors que les Falcons menaient 20 à 10 grâce à un TD d’Antone Smith avec un superbe « air placage » de Rolle, remis les Giants dans le sens de la victoire. 20 à 17 en fin de 3e quart.

Et le quatrième quart va être un récital New-Yorkais avec 13-0 collé aux joueurs de Géorgie. Odell Beckham Jr. qui jouait là son premier match NFL, qui ne s’était entraîné que 4 jours, marqua son premier TD en professionnel et nous gratifia d’une dance absolument ridicule pour célébrer ça. La fin du match est marquée par la solidité retrouvé de la défense, avec un Jonathan Hankins qui ira enterré Matt Ryan et les espoirs de retour des Falcons sur un superbe sack, permettant aux Giants d’assurer leur avance augmentée grâce à la fiabilité de Josh Brown, qui continu sa saison parfaite jusque là: 7/7 en FG. Le dernier drive est bien mené par les Giants et c’est une victoire qui nous permet de rester à portée de la tête de la NFC East, dont nous allons affronter les deux têtes sur les deux prochaines semaines. En attendant, prenons le temps de profiter de cette victoire et de la prise du pouvoir de la jeunesse dans cette équipe, permise grâce à un grand quarterback et grâce à un grand coach.

Résultat final: Victoire 30-20

Mention spéciale : 

  • Odell Beckham Jr.: Il a joué, et bien joué ! Le douzième choix général de la dernière draft, blessé depuis le début du training camp et qui n’avait pas encore porté la tunique bleue pendant un match était annoncé comme probable pour ce match, il ne devait prendre part qu’à quelques snaps. Résultat ? 35 snaps soit 51% de la totalité des jeux de l’attaque dimanche, c’est dire si le rookie n’a que peu paru en apprentissage. Ému lors de l’hymne américain (il avoue avoir lâché quelques larmes), il a été ovationné lors de sa première réception en professionnel. Montrant de véritables qualités athlétiques, il a été difficile de croire qu’il ne s’était entraîné que 4 jours dans cette attaque. Lors du 4e quart-temps, il bouffe son cornerback sur une 3rd&3, se moque totalement du holding de ce dernier et capte facilement la passe parfaite d’Eli pour un TD qui libère le stade et les Giants (les Falcons menaient de 3 points avant ce TD). Si sa célébration est ridicule (oui, je l’ai déjà dit mais ça mérite d’être dit plusieurs fois), elle n’est pas forcément éloignée de celle que j’exécutais dans mon salon, heureux de voir les Giants prendre le match en main et notre rookie montrer son talent. Il finit le match avec 4 réceptions (meilleur total ex-æquo à New York) et 44 yards (ainsi qu’un TD donc). J’ai aussi fortement apprécié sa déclaration d’après-match où il a expliqué qu’il doit encore mieux faire, et que sur son TD, il n’a pas tout fait pour permettre à Eli de faire un lancé parfait. Signalons tout de même que ce dernier a raté une passe pour Beckham qui aurait pu faire mal. Pour la petite histoire, sachez que Manning n’avait jamais lancé une passe sur le tracé du TD de Beckham à l’entraînement; c’est donc une belle preuve d’improvisation de notre duo qu’on espère prolifique. Si les ennuis de santé de Beckham étaient décourageants, l’avenir s’annonce flamboyant.

Positif:

  • La ligne offensive: Si la ligne était horrible l’an passé, elle monte en régime et elle apparaît de plus en plus solide. Si le pass-rush des Falcons n’a rien d’exceptionnel, il est tout de même appréciable qu’hormis le sack d’Osi, Eli n’est pas allé au sol. On a vu certaines actions où Manning disposaient d’un temps hallucinant dans la poche et d’autres où nos RB avaient des boulevards devant eux. Beatty et Pugh sont très bons, Richburg monte en régime et est en train de gagner sa place de titulaire indiscutable, Walton et Jerry sont aussi très corrects.
  • Jason Pierre-Paul : Certes, ses stats sont faibles, voire inexistantes mais JPP a été excellent dimanche. Il a mis un pressing constant et permanent sur Ryan, il a failli le sacker mais celui-ci a réussi à balancer le ballon juste avant de toucher le sol, et Matthews, l’OT rookie, sixième choix de la draft, a fait son plus mauvais match de sa carrière professionnel selon les fans d’Atlanta. Pierre-Paul est en train de faire une grosse saison et il a raison vu qu’il sera FA à la fin de cette dernière.
  • Eli Manning: 19/30, 200 yards, 2 TD (à la passe je précise désormais 🙂 ) et 0 interception. C’est simple, Eli est dans une grande année. Vous voulez savoir son importance sur les résultats des Giants ? Sur les trois victoires des Giants, Manning n’a lancé qu’une interception, c’était sur l’action litigieuse où Randle semble tenir le ballon dans la end-zone contre Washington mais l’arbitre en avait décidé autrement. Mis à part ça, le QB ne fait pas d’erreur, profite enfin de sa poche, reprends confiance et montre toutes ses capacités pour prendre cette attaque en main. Un réel plaisir de revoir notre quarterback à ce niveau
  • Andre Williams: J’aurais pu le citer plus haut mais il est trop irrégulier dans sa production pour ça. Capable de prendre des first downs sur des 1st&10, comme capable de ne pas réussir une 2nd&1, il n’en reste pas moins que Williams prouve toutes ses qualités qui en font un pick solide au quatrième tour. Avec la blessure de Rashad Jennings (lui aussi très bon quand il a joué), il devrait devenir le titulaire de cette attaque et prouver qu’il représente bien l’avenir des Giants à ce poste, ce dont on doute peu. Capable sur certaines actions de faire exploser les défenseurs adverses, on voit en lui un peu de Brandon Jacobs, et ça, ça fait franchement plaisir.
  • Steve Weatherford: Oui, normalement, quand le punter est dans les positifs, ce n’est pas bon signe mais ce coup ci, c’est juste pour signaler le match énorme de notre #5. 3 punts, 57,7 yards de moyenne et un maximum à 67 yards, c’est franchement excellent. Ca fait réellement plaisir d’avoir un peu de qualité dans des ST qui en manque en général.
  • En bref : Jacquian Williams, pour sa solidité, Jonathan Hankins pour son sack décisif et Rober Ayers Jr. pour sa pression permanente et pour ressembler à un superbe coup de la dernière FA.

Négatif:

  • L’irrégularité de la défense: Certes, on affrontais une belle attaque, avec deux grands receveurs mais j’attendais mieux de notre secondary. Julio Jones finit le match avec 11 réceptions et 105 yards. De plus, il nous a semblé impossible de stopper Jackson sur le drive de son TD, on rate à placage sur le TD de Smith, on offre un first down alors qu’ils devaient punter (même si le flop du punter est impressionnant) et on a galéré à convertir nos turnovers entre l’interception relâchée et le fumble forcé par McBride mais recouvert par les Falcons. Dans l’ensemble la défense n’a pas été mauvaise mais il faudra être plus solide face aux deux grosses attaques qui nous attendent (Eagles et surtout Cowboys).

Training Camp 2014: 2e récap

La 2e semaine de training camp est achevé et le premier match de présaison des Giants contre les Bills pour la cérémonie du Hall of Fame approche est demain. Donc naturellement, il est temps de faire un autre point sur l’été des Gmen.

Commençons par les mauvaises nouvelles: les blessures. Les Giants semblent chaque année particulièrement touchés par les blessures et souvent des blessures graves. Si pour le moment nous ne comptons pas encore de blessés graves (on touche du bois), l’équipe semble ravagée par les « petites » blessures:

Avec toutes ces blessures en attaque, on se demande comment Eli Manning va pouvoir atteindre l’objectif de 70% de passes complétées fixé par son coach Danny Langsdorf.

Eli Manning dit d’ailleurs avoir quelques difficultés à comprendre l’accent pennsylvanien de Ben McAdoo, son OC. Pour rappel, Eli est du Mississippi donc c’est un peu comme si on avait un chti et un gars du midi 🙂

Autre news sur Eli: une partie de l’intégration du nouveau système offensif implique que le QB retravaille son jeu de jambe.

Le rookie RB Andre Williams utilise une balle de racketball pour travailler ses capacités de receveur.

L’équipe a récupéré OL Mark Asper sur les waivers et a libéré OT DeMarcus Love.

Ryan Nassib a l’air de toujours autant peiner durant les entraînements.

De jeunes recrues du club de foot d’Arsenal étaient présents au training camp des Giants.

Larry Donnell a l’air de prendre la tête dans la course au poste de TE titulaire.

K Brandon McCanus qui est en compétition avec Josh Brown, dit qu’il a déjà marqué un FG de 75 yards lors d’un entraînement.

Corey Washington, WR non drafté, commence à se faire bien remarquer lors du training camp. Surveillez le #6 durant la présaison.

CB Charles James est un autre joueur qui se fait beaucoup remarquer sur le terrain. Le joueur en est à sa 2e saison avec les Giants.

L’ancien CB de Big Blue Terrell Thomas a signé chez les Seahawks.

Eli Manning espère jouer lors du premier match de présaison contre les Bills.

La traditionnelle première bagarre de training camp a eu lieu entre Henry Hynoski et Jameel McClain lors des premiers entraînements en équipement complet.

Le commissaire de la NFL, Roger Goodell, reste vague sur la possibilité d’une suspension de John Jerry pour l’affaire de harcèlement moral chez les Dolphins.

Brandon Jacobs profite de sa retraite pour commencer une carrière d’acteur. Au vu des extraits proposés, autant dire que son jeu d’acteur est aussi bon que son niveau de RB en fin de carrière.