Début du training camp : Le football est de retour

Après une longue pause, Big Blue Blog revient avec le football. Après 2 mois très ternes, le training camp a débuté et dès dimanche, les matchs (bon, ok, des matchs de présaison sans grande ambition de jeu et sans gros niveau de jeu) rempliront nos weekends. La fantasy et les pronos seront bien de retour mais ce sera au cours du mois d’aout (on vous tient au courant), lorsque Thiergow aura fini de chasser le Pokémon partout en Europe.

Retour au football, avec le training camp des Giants qui s’est ouvert vendredi. Ce camp est le premier à se tenir sans Tom Coughlin depuis près de 15 ans. Ben McAdoo est désormais au commande d’une équipe qui a dépensé 200 millions de dollars pendant la free agency et qui a misé sur des joueurs NFL-Ready à la draft (hormis au premier tour) afin de retrouver les playoffs, quittés un soir de février 2012 sur une victoire au Super Bowl contre les Patriots. Voici ce qu’on peut retenir de ces trois jours de football en 2016.

Les receveurs

Commençons par une bonne nouvelle : Victor Cruz, après deux saisons quasi blanches, s’est entrainé normalement pendant 3 jours. Il n’a pas semblé être limité et a enchainé les drills (opposition lors d’un entrainement) et les tracés en semblant, à l’œil, aussi vif qu’il y a 3-4 ans.

Ensuite, Sterling Shepard, le rookie drafté au second tour, a joué avec les titulaires et il a semblé très à son aise. Il devrait être titulaire et impressionne le staff et ses coéquipiers. Avec le retour de Cruz, les Giants devraient bien avoir leur effrayante triplette pour attraper les ballons.

Cependant, il faut rester très prudent parce qu’une blessure, surtout avec les Giants, n’est jamais loin. Ainsi, les fans ont craint une blessure d’Odell Beckham lorsque ce dernier, après un duel avec Janoris Jenkins, est resté au sol. Néanmoins, il ne s’agirait que de coupures sur les mollets pour OBJ qui ne devrait pas manquer plus d’un ou deux entrainements.

Les ambitions

Interrogé sur ses ambitions pour la saison à venir, Ben McAdoo a été clair en disant qu’il visait un cinquième Super Bowl. Cette déclaration peut sembler improbable pour une équipe qui n’a pas joué les PO depuis 4 ans mais, comme l’a précisé Jerry Reese, pourquoi jouer en NFL si ce n’est pour gagner des titres. De plus, sur le papier, cela ne semble pas impossible mais il y a tout de même énormément de paramètres à prendre en compte (blessures, alchimie dans cette défense renforcée à coup de millions de dollars…). Personnellement, et je pense qu’une grande majorité des fans seront d’accord, un titre de NFC East et un tour passé en playoffs serait déjà une (très) bonne saison.

Les contrats

Enfin, le training camp amène, chaque année, son lot de hold-out (grèves) de joueurs estimant ne pas être payés à leur vraie valeur. Cette année n’échappe à la règle et plusieurs receveurs se sont fait remarqués sur ce point. En effet, DeAndre Hopkins (Texans) et Antonio Brown (Steelers), deux des meilleurs receveurs de la ligue sont en train de faire pression pour obtenir un meilleur contrat. Ceci peut nous faire craindre un réveil d’Odell Beckham Jr. (toujours sous contrat rookie et donc payé bien en deçà de sa valeur) mais il reste tout de même 3 ans de contrat à ce dernier (en comptant la 5e année optionnelle qui sera bien évidemment activée au printemps prochain) rendant sa marge de négociation compliquée. Néanmoins, il faudra commencer à surveiller son attitude au training camp 2017.

D’ici là, plusieurs prolongations au déjà été évoquées avec des Giants donc le terme du contrat est plus proche. Plusieurs sources affirment que Justin Pugh et Jonathan Hankins, qui seront free agent respectivement en mars 2018 et mars 2017, ont eu un premier contact avec le front office pour en faire des Giants à long terme. Si la (future) prolongation de Pugh surprend peu tant le joueur est le leader (tant technique, malgré un excellent Richburg, et surtout vocal dans le vestiaire) de cette ligne, celle de Hankins semblait moins acquise. En effet, Jerry Reese s’est fait une spécialité de drafter des (bons) DT dans les 3 premiers tours pour les faire jouer le temps de leur contrat rookie et de les laisser partir ensuite (comme pour Barry Cofield et Linval Joseph). Seulement, le succès de ce dernier avec les Vikings (Joseph est aujourd’hui un des meilleurs DT de la ligue) amène surement notre GM à revoir sa stratégie. Il ne s’agit là que d’un premier contact et il faudra suivre ces négociations mais ce sont des belles nouvelles tant il s’agit de joueurs de qualité.

Welcome class of 2016

1e rang (g à d): LB BJ Goodson, RB Paul Perkins, TE Jerell Adams 2e rang (g à d): GM Jerry Reese, CB Eli Apple, WR Sterling Shepard, FS Darian Thompson, HC Ben McAdoo

Le rookie minicamp a eu lieu vendredi dernier et c’était donc l’occasion d’avoir la traditionnelle photo des nouvelles recrues sélectionnées par les Giants à la draft.

On a d’ailleurs appris que les Giants ont déjà signé la plupart de leurs rookies:

  • CB Eli Apple (1e tour): 4 ans, 15.2 millions $ dont 9.2 millions $ de bonus de signature
  • WR Sterling Shepard (2nd tour): 4 ans, 5.9 millions $ dont 2.5 millions $ de bonus de signature
  • RB Paul Perkins (5e tour): 4 ans, 2.6 millions $ dont 253K $ de bonus de signature
  • TE Jerell Adams (6e tour): 4 ans, 2.5 millions $ dont 143K $ de bonus de signature

Darian Thompson (3e tour) et BJ Goodson (4e tour) ne devraient pas tarder à signer.

Le rookie minicamp était également l’occasion de voir les undrafted free agents signés par les Giants.

  • WR K.J. Maye, Minnesota
  • QB Josh Woodrum, Liberty
  • S Andrew Adams, UConn
  • RB Marshaun Coprich, Illinois State
  • CB Donte Deayon, Boise State
  • CBMichaelHunter, Oklahoma State
  • DT Greg Milhouse, Campbell
  • DT Melvin Lewis, Kentucky
  • DE Romeo Okwara, Notre Dame
  • WR Roger Lewis, Bowling Green
  • TE Cedrick Lang, UTEP
  • WR Darius Powe, California
  • TE Ryan Malleck, Virginia Tech
  • DE Mike Rose, N.C. State

***

Autres news:

Cinquième année activée pour Justin Pugh

Ce n’était pas vraiment une question qui se posait mais les Giants ont rendu ça officiel : la cinquième année du contrat rookie de Justin Pugh a été activée.

En effet, tous les contrats rookie des joueurs draftés au premier tour ont une cinquième année optionnelle inclue qui dépend de la volonté des franchises. Le salaire de cette cinquième année n’est pas négociable et peut sembler important mais il reste inférieur à ce que peut obtenir le joueur lors de la signature de son second contrat.

Drafté au premier tour de la draft 2013 (19e choix), Justin Pugh a fait un début de carrière très solide aux Giants, faisant preuve de polyvalence puisque après deux saisons passées en tant que RT, ce dernier a été converti en LG, avec succès. De plus, dans un ligne très largement renouvelée, il est le joueur le plus ancien et le leader de cette escouade dans le vestiaire.

Cette décision logique permet de commencer à assurer l’avenir de cette jeune ligne et affirmer sa construction autour du trio Flowers/Pugh/Richburg. Lors de cette 5e année (en 2017), il touchera 8,8 millions de dollars, ce qui en fera le 5e guard le mieux payé de la ligue à l’heure où l’on écrit ces lignes.

Bilan par position 2015 : Safeties

Crédit photo: NY Daily News

Il aura fallu le temps mais voici enfin l’analyse du poste de Safety anéanti par les déceptions et les blessures.

En effet, les Giants ont pris la décision de laisser partir les deux vétérans titulaires à ces postes : Antrel Rolle et Quintin Demps. Mais ce n’est pas tout puisque les dieux des blessures n’ont pas vraiment été en faveur des Gmen ces derniers temps : Landon Collins était supposé être entouré de ses coéquipiers Nat Berhe, Bennett Jackson, Mykkele Thompson et Cooper Taylor. Que nenni, les blessures emporteront les trois premiers avant même le début des festivités tandis que Taylor a touché le fond de la depth chart pour être coupé, re-signé et blessé.

#21 Landon Collins : 16 matchs (16 titularisations), 80 plaquages, 1 fumble forcé, 9 passes déviées, 1 interception

Drafté au second tour de la dernière édition, l’ancien d’Alabama s’est donc retrouvé propulsé en quelques mois d’intersaison à la position de safety #1 de la franchise new yorkaise. Malgré ses nombreuses prises de parole contre le fait d’être uniquement associé à un « box safety », il n’a pas su nous le prouver sur l’ensemble de la saison.
Landon Collins possède beaucoup de talent, notamment pour la défense contre la course dans laquelle il a de nombreuses fois brillé, il reste malheureusement bien limité lorsqu’il s’agit de couverture aérienne. Surtout en profondeur. Voulant à tout prix faire taire cette idée l’été dernier, c’est bien à l’été 2016 qu’il devra progresser sur ce point.

#22 Brandon Meriweather : 13 matchs (12 titularisations), 43 plaquages, 7 passes déviées, 2 interceptions

Signé en Août à la suite des blessures de pré-saison de Thompson et Collins, Brandon Meriweather aura été un titulaire moyen mais correct lors de la première partie de saison des Giants. Pas très dynamique sur le terrain, on a pu apercevoir que l’ex Redskin jouait uniquement selon son envie. On le connaissait pour son caractère bien (trop) trempé, il aura été relativement calme sur le terrain lors de ses apparitions. Cependant une blessure fin novembre / début décembre priva New York de son plan C ou même D. Pour faire de la place dans le roster il sera coupé mais finalement resigné et rejouera 2 matchs timides contre les Vikings et les Eagles. À 33 ans, il a montré ses dernières limites.

#43 Craig Dahl : 15 matchs (3 titularisations), 34 plaquages, 1 fumble forcé, 4 passes déviées.

Lui aussi vétéran (30 ans), il a été amené à Big Apple pour les mêmes raisons que Meriweather : un plan d’urgence pour pallier à la déferlante de blessures à ce poste. Très discret depuis 2 ans à San Francisco, on ne pourra pas dire qu’on ne s’attendait pas à la même chose de l’autre côté du pays, ici à New-York. Positionné en strong safety sur la majorité des rencontres, il n’aura pas été transcendant dans une défense déjà bien faible.

#30 Cooper Taylor : 6 matchs (remplaçant), 4 plaquages.

Très peu de choses à dire à son propos finalement. Il a rapidement perdu la confiance des entraineurs (quoique, l’a-t-il déjà gagné ?) puis cire le banc une bonne partie de la saison et au moment où sa chance renaît, il se blesse. Il n’est donc clairement pas un joueur sur lequel il faut se baser pour l’année prochaine, bien évidemment mais vu l’état du roster à l’heure actuelle, il ne coûte pas grand chose de le garder dans un coin.

On n’abordera pas les cas de Nat Berhe, Bennett Jackson et Mykkele Thompson étant donné que ces joueurs se sont blessés avant le début de la saison régulière.

Bilan par position 2015 : Cornerbacks

Avec un peu de retard (pour lequel je vous demande de m’excuser), voici l’analyse de l’escouade de cornerbacks. Portée par deux têtes d’affiches, cette escouade à pourtant eu du mal à briller en 2015. Évaluons ça en détail.

#41 Dominique Rodgers-Cromartie : 15 matchs (tous titulaires), 52 placages, 13 passes déviées, 3 interceptions, 1 touchdown, 2 fumbles forcés

Meilleur joueur de cette escouade, DRC entamait sa seconde saison avec le maillot des Giants, après un premier exercice réussi. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu. Au delà d’avoir méchamment noirci la feuille de stats, il aura été fidèle à lui même, solide, tant sur le terrain que physiquement (et ça fait du bien un DB qui ne se casse pas quelque chose). Rarement pris à défaut, il a encore été l’un des meilleurs CB cette saison (top 10-15) et son recrutement s’apparente comme une très bonne affaire. Souvent sevré de bons joueurs pour l’aider (avec la fragilité de Prince, une ligne défensive incapable de mettre de la pression sur le lanceur adverse, des linebackers incapables de couvrir un TE et un S rookie allié à un S nul), il aura tenu, tant bien que mal la baraque.

Encore sous contrat en 2016, il ne fait absolument aucun doute qu’il sera de retour en septembre à New York pour continuer d’apporter sa stabilité, au sein d’une défense particulièrement renforcée par la free agency et un S qui devrait prendre de l’expérience. Avec un CB #2 solide, 2016 pourrait être une très belle année pour celui qui a bien fait oublier « Doesn’t Really Care ».

Lire la suite

Bilan par position 2015 : Linebackers

 

Continuons aujourd’hui de découvrir les failles de la défense des Giants en 2015 en analysant la position des linebackers. Extrêmement atteinte par les blessures et par des performances en dent de scie, c’est l’une des positions à fixer en priorité lors de cette intersaison.

#52 Jon Beason : 5 matchs (4 titularisations), 18 plaquages dont 11 solo

Encore et toujours touché par les blessures, Jon Beason n’aura joué qu’un total de 9 matchs sur l’ensemble des deux précédentes saisons. Cette saison il a souffert d’une blessure au genou qui l’a limité à seulement 5 matchs. Le plus frustrant étant que son meilleur match, face aux Cowboys en semaine 7, a été son dernier.

Pas au niveau sur le petit échantillon disponible, les espoirs d’un retour de Beason à son niveau chez les Panthers sont à nouveau tombés à l’eau. Moralement affecté par ses blessures à répétition et donc son temps de jeu, Jon Beason a décidé de mettre un terme à sa carrière. Il a donc été coupé par la franchise New Yorkaise.

Lire la suite

NFL Free Agency 2016: Plus de 200 millions $ dépensés par Reese

Crédit photo: Bleacher Report

Il y a quelques années on trouvait exceptionnel que Jerry Reese dépense autant d’argent d’un coup quand ils ont signé Dominique Rodgers-Cromartie, Rashad Jennings, Geoff Schwartz et Robert Ayers.

Il faut dire que les Giants nous ont tellement pas habitué à dépenser de l’argent en free agency, qu’il faut peu pour nous surprendre. Sauf que rien nous préparait à ça: 204.25 millions $, dont 114 millions $ garantis.

//platform.twitter.com/widgets.js

Cela peut paraître beaucoup mais il faut comprendre que les Giants avaient presque 60 millions $ à dépenser en free agency et que la nouvelle convention collective (tout de suite ça fait beaucoup moins rêver que Collective Bargaining Agreement, n’est ce pas? 😛 ) de la NFL oblige les équipes à dépenser la quasi totalité de leur plafond salarial.

Lire la suite