NFC Eastory: Les années 60

Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moments incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.

Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Les Peaux Rouges, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

Les années 60 constituent une période charnière dans l’histoire des Giants entre le succès des année 50 et la traversée du désert des années 70.

Cette période commença par la perte de Charlie Conerly qui a presque 40 ans était sur le déclin et dû se faire remplacer par George Shaw à cause de ses blessures. Ce que l’on retiendra surtout de la saison 1960, c’est un évènement qui donna lieu à l’une des images les plus mythiques de l’histoire de la NFL: il s’agit d’un violent placage de Chuck Bednarik des Eagles sur Frank Gifford. Le choc était d’une telle violence que certains pensaient que Gifford était mort sur le coup. Le joueur a d’ailleurs reçu le dernier sacrement alors qu’on l’emmenait au vestiaire. Heureusement, le joueur n’a pas succombé à ce terrible placage mais subi une commotion cérébrale qui l’empêcha de jouer le reste de la saison et la saison suivante. Malgré l’absence de Gifford les Giants terminèrent quand même la saison avec un registre positif de 6 victoires pour 4 défaites et 2 nuls.

NFC East Rivalry Moment: Bednarik achève Gifford

NFC East Rivalry Moment: Le 4 décembre 1960, les Giants affrontaient pour la première fois les Dallas Cowboys, nouvelle équipe de la NFL mené par Tom Landry. Cette rencontre se conclut par un nul.

Durant l’intersaison 1961, les Giants se mirent d’accord avec les 49ers pour échanger leur QB YA Tittle contre G Lou Cordileone (12e choix de la draft de 1960). Ce dernier ne semblait pas vraiment apprécié l’idée d’avoir été échangé contre un « QB de 42 ans » (sic) alors que Tittle n’en avait que 34.
L’arrivée de Tittle mais aussi celle du nouveau coach Allie Sherman firent beaucoup de bien à New York qui remporta 3 fois de suite l’Eastern Division entre 61 et 63. En 1961 et 1962, les Giants atteignirent 2 fois la finale du championnat mais perdirent contre les Packers.

1962 fut aussi l’année du retour de Frank Gifford qui disait trop manquer le football américain. Cette renaissance de la star de Big Blue s’accompagne d’un changement de position puisqu’il fit la transition du poste de HB à celui de Flanker. Autre fait marquant de la saison 62: YA Tittle et WR Del Shofner établirent un record d’équipe toujours imbattu avec 7 touchdowns à la passe pour Tittle et 269 yards reçus pour Shofner lors du même match.

Lire la suite

NFC Eastory: Les années 50

Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moment incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.

Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Les Peaux Rouges, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

La fin de l’ère Steve Owen:

En 1950, les Giants retrouvèrent le chemin de la victoire avec 10 matchs gagnés et seulement 2 défaites. Cette année là, HB Gene « Choo-Choo » Roberts fixa un record de franchise en courant pour 218 yards en un match (ce record a tenu pendant 50 ans) le 12 novembre 1950. Les Giants perdirent en finale contre les Cleveland Browns qu’ils avaient pourtant battu 2 fois durant la saison régulière.

La saison suivante (1951), les Gmen terminèrent la saison avec un registre de 9 victoires, 1 nul et 2 défaites contre leur rival de division, les Cleveland Browns, qui les empêcha d’accéder à la finale du championnat. Cette année là, le FB Eddie Price mena la ligue à la course et fixa un record de la Ligue en terme de courses tentées en une saison. D’autres individualités de l’équipe s’illustrèrentau point d’être sélectionnés dans l’équipe All Pro: DL Arnie Weinmeister et Al Derogatis, LB Jon Baker et OT Tex Coulter.

Frank Gifford

Pour une 3e saison consécutive (1952), les Giants terminèrent avec un ratio positif mais tout de même décevant par rapport à la saison précédente. En effet, Big Blue remporta 7 rencontres pour 5 perdues. Malgré cette déception du collectif, Emlen Tunnell continuait d’impressionner « Tunnell retournait des interceptions, punts et kickoff avec un tel flair électrique qu’il a a dépassé le meilleur joueur offensif avec le plus de yards à la course » selon une publication. En effet, Tunnell cumula 924 yards (interceptions, punt returns et kickoff returns) tandis que le meilleur coureur cette année là n’avait que 894 yards.
Autre fait marquant de la saison, ou plutôt de l’intersaison: c’est lors de la draft 1952 que les Giants sélectionnèrent dans le premier tour Frank Gifford, le golden boy venu South California.

Lire la suite

NFC Eastory: Les années 40

Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moment incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.

Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Les Peaux Rouges, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

Les Giants et la Seconde Guerre Mondiale

Alors que la 2nd Guerre Mondiale faisait rage sur le Vieux Continent, les américains n’étaient pas encore concernés par ce conflit.

Après une saison 1940 médiocre avec 6 victoires pour 4 défaites et un 1 nul, la fin de la saison 1941 se déroula dans des circonstances plutôt. En effet, durant le dernier match de la saison régulière le 7 décembre 1941, les Giants firent une cérémonie en l’honneur du futur Hall of Famer Tuffy Leemans. Leemans a joué pour les Giants depuis 1936 et dès sa première année dans la Ligue, il était le coureur avec le plus de yards à la course. Au total, il a accumulé plus de 3000 yards à la course et plus 2300 yards à la passe.
Pour ceux qui ne s’en rappellent pas, le 7 décembre 1941 est aussi la date de l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais. Durant le match, l’annonceur appela le Colonel William Joseph Donovan afin qu’il réponde à coup de téléphone de Washington et ordonna à tous les hommes en service de se rendre à leur caserne. Cependant ce n’est qu’après la rencontre que les joueurs et les supporters furent informés de l’attaque de Pearl Harbor.
Cette année là les Giants avaient obtenu 8 victoires pour 3 défaites ce qui leur permis de participer à la finale du championnat contre les Chicago Bears. Malheureusement cette rencontre se conclut par une victoire des Bears: 37 à 9.

Lire la suite

NFC Eastory: La genèse de Big Blue (1925-1939)

Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moment incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.

Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Les Peaux Rouges, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

La naissance de la franchise new yorkaise après plusieurs fausses couches:

C’est dans le but de développer le football professionnel alors naissant (c’est en 1920 que plusieurs équipes professionnelles de football se réunirent dans le but de créer une ligue structurée), que Joseph Carr – président de la NFL à l’époque – cherchait à installer une franchise dans une grande ville comme New York. Ce ne fut pas la première fois que l’on chercha à créer une franchise à New York. Déjà en 1919, Charles Stoneham – propriétaire de l’équipe de baseball, les New York Giants (désormais San Francisco Giants) – qui tenta pour la première fois de créer une équipe de football à New York mais échoua avant même que le premier match des Giants ne soit joué. En 1921, Billy Gibson tenta une seconde fois d’installer une équipe professionnelle dans la Grosse Pomme en créant les Brickley Giants. Cependant cette équipe disparu après une saison de 2 matchs sans le moindre point marqué.

Tim Mara

Carr s’adressa donc dans un premier temps à Gibson qui refusa de retenter l’aventure une 2e fois mais proposa au président de la NFL de se tourner vers un bookmaker et promoteur new yorkais du nom de Tim Mara. Se laissant convaincre, Mara investit 500$ à l’époque (aujourd’hui cela correspondrait à plus de 6 500 $) dans la création de la franchise plutôt que d’investir cet argent dans le boxeur poids lourd Gene Tunney. Le créateur des New York Football Giants (nom légal de la franchise destiné à la distinguer de l’équipe de baseball de l’époque portant le même nom) déclara qu' »avoir une franchise exclusive à New York vaut bien 500 $ ».

Lire la suite

Giant Fact #3: L’héritage de la Défense des Giants

La récente mort d’Andy Robustelli m’a replongé dans une période de l’histoire des Giants très intéressante. À cette époque le public ne s’intéressait qu’à l’attaque et les défenseurs étaient réellement des hommes de l’ombre.

L’arrivée de Robustelli chez les Giants en 1956 et le coaching de Tom Landry ont projeté les défenseurs sur le devant de la scène. Les défenseurs n’étaient plus là pour juste permettre à son attaque de se remettre au travail, la défense était là pour écraser l’adversaire et parfois (aussi souvent que possible en fait) marquer.

Tom Landry a mis en place à cette époque un schéma encore inconnu en football professionnel: la défense 4-3.

Vous connaissez? Bien sûr que vous connaissez, beaucoup d’équipes de NFL aujourd’hui fonctionnent avec cette formation de 4 defensive linemen et 3 LB.

L’idée du coach Landry était réellement d’avoir une défense organisée pour être capable d’arrêter le RB star de leur principal rival: Jim Brown des Cleveland Browns. Et pour réussir ce challenge de titan, le MLB des Giants Sam Huff était la meilleure arme à leur disposition.

Le concept était donc simple: plutôt que d’avoir 11 zozos en train de courir dans tous les sens après le ballon, une défensive de 4 DL avait pour tâche d’occuper l’OL adverse afin de permettre aux LB (Sam Huff notamment) de trouver plus facilement le porteur du ballon. Les 2 DL intérieurs (DT Rosey Grier et Dick Modzelewski) devaient occuper le C et les 2 G tandis que les DE (Robustelli d’un côté, Jim Katcavage de l’autre) affrontaient en un contre un les OT. Normalement, si tout se passe bien, Sam Huff pouvait accéder librement au RB.

De gauche à droite: Robustelli, Modzelewski, Katcavage et Grier

Un autre joueur qui a beaucoup bénéficié de ce schéma fut Andy Robustelli qui grâce à sa vitesse était capable de contourner rapidement l’OT qui devait protéger l’angle mort de son QB tout seul. Ce pass rush efficace ajouté aux voies d’accès ouvertes pour Sam Huff ont permis à la défense new yorkaise non seulement d’atteindre plus facilement le QB mais également de causer des turnovers, voire des TD.

Et qu’en pensaient les fans? Demandez aux supporters présents au Yankee Stadium lors de la finale de NFL de 1956 ce qu’ils en pensaient. Ils vous répondront en choeur: DE-FENSE! DE-FENSE!

Eh oui! C’est de là que vient cette fameuse incantation très connue dans le milieu du foot US. Voyant leur défense écraser  les Bears lors de cette finale diffusée à la télévision (une première à l’époque), les fans se mettaient à scander « DE-FENSE! DE-FENSE » pour encourager leur équipe mais aussi pour déstabiliser les visiteurs. Et ça a fonctionné à merveille: victoire 47 à 7.

Je vous laisse regarder cette vidéo de 8 minutes qui explique très bien l’impact qu’a eu la défense des Giants à l’époque.

Quand je pense qu’on aurait pu garder Tom Landry comme head coach…

Tom Coughlin connaît bien la frustration de Brandon Jacobs

Savez vous qui est ce joueur d’une époque lointaine? Tout simplement Tom Coughlin durant ses années à l’Université de Syracuse où il jouait RB (Wingback pour être plus exact).

Mais voilà, Coughlin a joué avec de grands noms du football: Floyd Little and Larry Csonka. Du coup notre coach bien aimé n’était que le 3e RB de l’équipe. Et voilà ce que Little avait à nous dire sur lui:

“Tom venait dans le regroupement et disait « Quand est ce que je vais prendre le ballon? ». Et il obtenait la même réponse: Pourquoi est ce qu’on te laisserait le ballon quand Csonka et moi sommes là? T’es fou? »

Donc la prochaine que BJ ou un autre joueur sous utilisé en aura assez d’être sur la touche, il devrait ressortir cette petite histoire à son coach. J’aimerais bien être là pour voir sa tête 🙂

Giant Fact #2: « I’m going to Disney World! »

Ou comment un délire de Phil Simms continue à rapporter des millions à Walt Disney.

Depuis 1987 une tradition a été lancée par les Giants. Oui encore une! Alors que Phil Simms était nommé MVP du Super Bowl de 1987 contre les Broncos de John Elway, il a dit devant la caméra: « I’m going to Disney World » (je vais à Disney Wolrd).

De là, la compagnie de Walt Disney a décidé de lancer une campagne de pub pour ses parcs d’attraction diffusée tout de suite après le Super Bowl basé sur ce modèle:

Depuis cette tradition est honorée par beaucoup de sportifs remportant un titre. En 2007 c’était Eli Manning, au dernier Super Bowl c’étaient Ben Roethlisberger et Santonio Holmes. mais celle que je préfère c’est celle du Super Bowl XL de 2005 dans laquelle des joueurs de Pittsburgh s’entraînent à dire cette fameuse phrase: