Bilan par position 2016: Defensive linemen

Avec plus de 140 millions $ investis par Jerry Reese sur la DL (85 M$ pour Vernon, 46,25 M$ pour Harrison et 10,5 M$ pour JPP), les fans s’attendaient à une bien meilleure DL qu’en 2015.

Malgré des débuts difficiles, cette ligne est rapidement devenue l’une des plus redoutables escouades de la NFL.

#90 Jason Pierre-Paul, DE, 28 ans: 12 matchs, 12 titularisations, 53 placages, 7 sacks, 8 passes déviées, 3 fumbles forcés

En 2015, on se demandait si JPP serait un jour capable de jouer à nouveau à un haut niveau malgré sa main amputées de quelques doigts. Il était manifeste à l’issue de la saison 2015 que Pierre-Paul avait toujours la force et l’énergie pour dominer en NFL mais le plâtre entourant sa main blessée venait l’handicaper.

2016 devait être l’année de la renaissance de JPP et elle le fut. Après une intersaison entière à travailler sur son jeu avec un gant special pour sa main, Jason Pierre-Paul a démarré la saison au poste de LE (face au RT). Très rapidement, on a retrouvé le joueur qui domine contre la course. En 10 matchs, il n’obtiendra que 1,5 sacks mais ça ne veut pas dire que le joueur ne fait pas sentir sa présence constamment, bien au contraire.

En deux matchs (contre les Bears et les Browns), Jason accumule 5,5 sacks. Le match contre Cleveland est d’ailleurs inédit pour la carrière de Pierre-Paul puisque c’est la première fois qu’il obtient 3 sacks en une rencontre. Il a également récupéré un fumble qu’il a retourné pour un TD. Cette performance lui valu le titre de NFC Defensive Player of the Week.

En plus de ses sacks, il y a les stats moins visibles (voire invisibles) pour un DE:

  • 54 total QB pressures
  • 8 passes déviées (2e de la Ligue)

Malheureusement, JPP se blessa en décembre et termina la saison régulière à l’infirmerie. Les Giants avaient cependant décidé de ne pas le placer sur l’IR dans l’espoir qu’il puisse revenir jouer durant les playoffs. Mais vous connaissez le reste de l’histoire: les Gmen furent éliminés lors du premier tour contre les Packers.

Ceci dit, malgré sa participation à seulement 12 matchs, JPP a joué plus de snaps (792) que plusieurs DE ayant joué 16 matchs.

JPP doit être free agent pour la 3e fois de suite. L’année dernière il avait accepté de prendre moins d’argent pour rester à New York (10,5 millions $). Est ce que cette année il acceptera de donner un nouveau discount aux Giants ou est ce qu’il se battra pour obtenir le gros contrat qu’il attend depuis quelques années? Affaire à suivre…

#54 Olivier Vernon, DE, 26 ans: 16 matchs, 16 titularisations, 63 placages, 8.5 sacks, 1 fumble forcé

« J’ai l’impression que cette signature est similaire à celle de Byron Maxwell par les Eagles l’année dernière. On a signé un joueur qui a très bien joué sur une ligne qui inclut Cameron Wake et Ndamukong Suh mais sera-t-il capable de faire aussi bien chez les Giants? Bref, je suis très sceptique bien que je reconnaisse que cette signature va de toute manière faire du bien à notre DL. »

Telle était ma première réaction face à l’annonce de Vernon, la plus grosse signature des Giants en 2016 (85 M$ sur 5 ans). J’ai vite ravalé mes mots.

Nous étions beaucoup, encore une fois, à être inquiets par le peu de sacks décrochés par cette nouvelle recrue. Au total, il n’a enregistré que 8,5 sacks. Si on s’arrête là, on peut se dire que les Giants n’ont pas eu un bon retour sur investissement (plus de 650 K$ par sack si on regarde son cap hit en 2016). Mais voilà, évaluer un DE au nombre de sacks réalisés est aussi pertinent qu’évaluer une OL en fonction du nombre de sacks encaissés. Ces placages glorifiés ne sont que la partie visible de l’iceberg.

De nombreux sites, tel que PFF, rappelaient que l’absence de sack (ou presque, puisqu’il en a enregistré 1 en 7 matchs) était compensée par une pression constante sur les QB adverses. En effet, Vernon a enregistré 86 pressions ce qui le classe en deuxième position derrière Khalil Mack des Raiders (96 pressions).

Et il faut aussi prendre en compte de le nombre de snaps joués: tout comme JPP, Vernon a eu très peu de repos. Au total, il a joué 1040 snaps (93,25% des snaps défensifs) durant la saison régulière soit 88 snaps de plus que n’importe quel joueur. Il me semble que le nombre moyenne de snaps par match se trouve aux alentours de 50. Donc en d’autres termes, Vernon aurait joué 17,5 matchs en 2016 (sans compter le match de playoff).

En tout cas, ce qui était initialement vu comme un pari risqué s’avère être pour le moment une affaire plutôt rentable pour Big Blue.

Poursuivre la lecture de « Bilan par position 2016: Defensive linemen »

Bilan par position 2015 : Safeties

Crédit photo: NY Daily News

Il aura fallu le temps mais voici enfin l’analyse du poste de Safety anéanti par les déceptions et les blessures.

En effet, les Giants ont pris la décision de laisser partir les deux vétérans titulaires à ces postes : Antrel Rolle et Quintin Demps. Mais ce n’est pas tout puisque les dieux des blessures n’ont pas vraiment été en faveur des Gmen ces derniers temps : Landon Collins était supposé être entouré de ses coéquipiers Nat Berhe, Bennett Jackson, Mykkele Thompson et Cooper Taylor. Que nenni, les blessures emporteront les trois premiers avant même le début des festivités tandis que Taylor a touché le fond de la depth chart pour être coupé, re-signé et blessé.

#21 Landon Collins : 16 matchs (16 titularisations), 80 plaquages, 1 fumble forcé, 9 passes déviées, 1 interception

Drafté au second tour de la dernière édition, l’ancien d’Alabama s’est donc retrouvé propulsé en quelques mois d’intersaison à la position de safety #1 de la franchise new yorkaise. Malgré ses nombreuses prises de parole contre le fait d’être uniquement associé à un « box safety », il n’a pas su nous le prouver sur l’ensemble de la saison.
Landon Collins possède beaucoup de talent, notamment pour la défense contre la course dans laquelle il a de nombreuses fois brillé, il reste malheureusement bien limité lorsqu’il s’agit de couverture aérienne. Surtout en profondeur. Voulant à tout prix faire taire cette idée l’été dernier, c’est bien à l’été 2016 qu’il devra progresser sur ce point.

#22 Brandon Meriweather : 13 matchs (12 titularisations), 43 plaquages, 7 passes déviées, 2 interceptions

Signé en Août à la suite des blessures de pré-saison de Thompson et Collins, Brandon Meriweather aura été un titulaire moyen mais correct lors de la première partie de saison des Giants. Pas très dynamique sur le terrain, on a pu apercevoir que l’ex Redskin jouait uniquement selon son envie. On le connaissait pour son caractère bien (trop) trempé, il aura été relativement calme sur le terrain lors de ses apparitions. Cependant une blessure fin novembre / début décembre priva New York de son plan C ou même D. Pour faire de la place dans le roster il sera coupé mais finalement resigné et rejouera 2 matchs timides contre les Vikings et les Eagles. À 33 ans, il a montré ses dernières limites.

#43 Craig Dahl : 15 matchs (3 titularisations), 34 plaquages, 1 fumble forcé, 4 passes déviées.

Lui aussi vétéran (30 ans), il a été amené à Big Apple pour les mêmes raisons que Meriweather : un plan d’urgence pour pallier à la déferlante de blessures à ce poste. Très discret depuis 2 ans à San Francisco, on ne pourra pas dire qu’on ne s’attendait pas à la même chose de l’autre côté du pays, ici à New-York. Positionné en strong safety sur la majorité des rencontres, il n’aura pas été transcendant dans une défense déjà bien faible.

#30 Cooper Taylor : 6 matchs (remplaçant), 4 plaquages.

Très peu de choses à dire à son propos finalement. Il a rapidement perdu la confiance des entraineurs (quoique, l’a-t-il déjà gagné ?) puis cire le banc une bonne partie de la saison et au moment où sa chance renaît, il se blesse. Il n’est donc clairement pas un joueur sur lequel il faut se baser pour l’année prochaine, bien évidemment mais vu l’état du roster à l’heure actuelle, il ne coûte pas grand chose de le garder dans un coin.

On n’abordera pas les cas de Nat Berhe, Bennett Jackson et Mykkele Thompson étant donné que ces joueurs se sont blessés avant le début de la saison régulière.

Bilan par position 2015 : Cornerbacks

Avec un peu de retard (pour lequel je vous demande de m’excuser), voici l’analyse de l’escouade de cornerbacks. Portée par deux têtes d’affiches, cette escouade à pourtant eu du mal à briller en 2015. Évaluons ça en détail.

#41 Dominique Rodgers-Cromartie : 15 matchs (tous titulaires), 52 placages, 13 passes déviées, 3 interceptions, 1 touchdown, 2 fumbles forcés

Meilleur joueur de cette escouade, DRC entamait sa seconde saison avec le maillot des Giants, après un premier exercice réussi. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu. Au delà d’avoir méchamment noirci la feuille de stats, il aura été fidèle à lui même, solide, tant sur le terrain que physiquement (et ça fait du bien un DB qui ne se casse pas quelque chose). Rarement pris à défaut, il a encore été l’un des meilleurs CB cette saison (top 10-15) et son recrutement s’apparente comme une très bonne affaire. Souvent sevré de bons joueurs pour l’aider (avec la fragilité de Prince, une ligne défensive incapable de mettre de la pression sur le lanceur adverse, des linebackers incapables de couvrir un TE et un S rookie allié à un S nul), il aura tenu, tant bien que mal la baraque.

Encore sous contrat en 2016, il ne fait absolument aucun doute qu’il sera de retour en septembre à New York pour continuer d’apporter sa stabilité, au sein d’une défense particulièrement renforcée par la free agency et un S qui devrait prendre de l’expérience. Avec un CB #2 solide, 2016 pourrait être une très belle année pour celui qui a bien fait oublier « Doesn’t Really Care ».

Poursuivre la lecture de « Bilan par position 2015 : Cornerbacks »

Bilan par position 2015 : Linebackers

 

Continuons aujourd’hui de découvrir les failles de la défense des Giants en 2015 en analysant la position des linebackers. Extrêmement atteinte par les blessures et par des performances en dent de scie, c’est l’une des positions à fixer en priorité lors de cette intersaison.

#52 Jon Beason : 5 matchs (4 titularisations), 18 plaquages dont 11 solo

Encore et toujours touché par les blessures, Jon Beason n’aura joué qu’un total de 9 matchs sur l’ensemble des deux précédentes saisons. Cette saison il a souffert d’une blessure au genou qui l’a limité à seulement 5 matchs. Le plus frustrant étant que son meilleur match, face aux Cowboys en semaine 7, a été son dernier.

Pas au niveau sur le petit échantillon disponible, les espoirs d’un retour de Beason à son niveau chez les Panthers sont à nouveau tombés à l’eau. Moralement affecté par ses blessures à répétition et donc son temps de jeu, Jon Beason a décidé de mettre un terme à sa carrière. Il a donc été coupé par la franchise New Yorkaise.

Poursuivre la lecture de « Bilan par position 2015 : Linebackers »

Bilan par position 2015 : Defensive Linemen

Après l’analyse, escouade par escouade, de l’attaque des Giants en 2015, passons maintenant à la défense. Et pour commencer, rien de mieux que de s’attaquer à ce qui a fait, dans un temps qui parait très lointain, la grandeur des Giants : la ligne défensive.

Defensive Ends :

#90 Jason-Pierre Paul : 8 matchs joués (titulaire), 21 placages, 1 sack, 6 passe déviées

Après une bonne fin de saison 2014, les Giants avaient décidé de placer le franchise tag sur leur DE. Malheureusement, alors que les négociations sur un long contrat étaient en court, le joueur a été victime d’un accident le 4 juillet en jouant avec des feux d’artifice et il y perdit 1 doigt. Absent pendant la moitié des matchs, son retour a été synonyme du réveil d’une ligne défensive en grosse difficulté depuis le début de la saison. Il a semblé physiquement à son top, n’ayant rien perdu de ses qualités athlétiques lui permettant d’harceler en permanence le quarterback adverse. Malheureusement, sa main endommagée était recouverte d’un plâtre, rendant impossible pour lui d’attraper les joueurs adverses avec cette main. Cela aura coûté plusieurs big plays (notamment lors du match contre Carolina) à Big Blue et c’est vers cette main que se tourneront les regards en 2016.

Actuellement en fin de contrat, il devrait tester le marché des agents libres. Les Giants souhaitent le faire revenir en 2016 avec un contrat d’un an, lui permettant de prouver sur une saison qu’il vaut encore un gros contrat. La ligne défensive est actuellement dans un sale état et perdre JPP n’aiderait pas à l’améliorer.

Poursuivre la lecture de « Bilan par position 2015 : Defensive Linemen »

Bilan par position 2014: Defensive Lineman

Oui, on est encore là, on n’a pas oublié notre analyse des positions. On va finir ça puis se concentrer sur la draft qui arrive dans une vingtaine de jours.

  • Defensive Ends:

#90 Jason Pierre-Paul: 16 matchs joués, 16 titularisations, 54 placages, 12,5 sacks, 6 passes défendues, 3 fumbles forcés

Une très bonne saison statistique pour JPP mais que ce fut compliqué. Après un mauvais début d’année, Pierre-Paul s’est soudain rappelé qu’il était free agent en 2015 et il s’est mis à accumuler les sacks, telles une accro du shopping (j’ai honte de cette vanne, je le promets). Il termine la saison avec des chiffres proches de ceux de 2011, année référence pour lui et un franchise tag en poche (ainsi que quelques millions de dollars).

Note finale: A-
Il a été élu DPY de BBB par Thiergow et ce n’est pas pour rien. Il a donné l’impression qu’il était de retour au top en fin de saison, il a joué tous les matchs sans exception, nous faisant espérer que ses soucis de blessure sont derrière lui. Il a pleinement mérité son tag et des négociations devraient être entamées pour signer un deal sur le long terme, deal qu’il mérite.

#94 Mathias Kiwanuka: 11 matchs joués, 11 titularisations, 19 placages, 2,5 sacks, 2 fumbles forcés

Kiwanuka aura été titulaire tous les matchs qu’il a pu jouer en 2014. Le vétéran a profiter de la faiblesse de la concurrence pour jouer mais il n’a pas semblé au niveau. Clairement le Kiwanuka 2014 n’avait plus rien à voir avec le joueur qu’il a été. Il se blesse au 11e match et il est placé sur l’IR.

Note finale: D
C’est dur à admettre car il a été un joueur exemplaire, bon coéquipier et volontaire mais on ne peut pas décemment admettre que son niveau de 2014 était acceptable. Il est très étonnant de constater qu’il a été titulaire (Fewell….) tout au long de la saison, car ce n’était pas lui rendre service. Il a été coupé avant le début de la FA et, pour l’instant il n’a pas été signé quelque part, il est possible qu’on ne le revoit plus sur un terrain NFL.

Poursuivre la lecture de « Bilan par position 2014: Defensive Lineman »

A la recherche du nouveau coordinateur défensif

tom-coughlin-perry-fewell-nfl-washington-redskins-new-york-giants-850x560

Depuis bientôt une semaine, les Giants se sont séparés de Perry Fewell, coordinateur défensif depuis 5 ans. Si cette nouvelle a ravi la quasi-totalité des fans, il faut maintenant se pencher sur l’avenir; qui pour remplacer Fewell ? La situation à New York est en plus particulière car il nous faut un coordinateur qui puisse obtenir des résultats tout de suite. En effet, nous ne sommes pas dans un cadre de reconstruction total. Coughlin a envie de continuer son travail mais il se sait en danger. Une saison sans Playoffs et il en sera fini de l’histoire Coughlin a New York. Notre Head Coach pourra donc faire un choix sécurisé, ne pas se lancer dans une aventure, il n’a pas le temps. Faisons ici un petit tour des noms plausibles, des noms qui circulent sur internet. J’en profiterai pour mettre mon avis sur chaque nom mais on attend bien évidemment les vôtres dans les commentaires.

Steve Spagnuolo, Coach de la secondary des Ravens

C’est le nom qui revient le plus, depuis le début. Dans l’optique du choix « sûr », Spagnuolo semble être la meilleure option puisqu’il connait la maison. Le coach de 55 ans a en effet déjà été DC à New York. Après plusieurs saisons passés à Philadelphie, notamment en tant que coach des LB, il rejoint les Giants en 2007 et remporta le titre dès sa première saison. Sa défense cette année là, sans être exceptionnelle, avait réussi l’exploit de limiter les Tom Brady et Randy Moss à moins de 20 points au Super Bowl; une vraie performance. Sa défense était alors composée de certains grands talents, notamment Strahan, Tuck et Pierce. Après cette saison, il deviendra d’ailleurs le DC le mieux payé de la ligue. Après une nouvelle belle saison, il quitta New York pour devenir le HC des Rams, où l’expérience fut catastrophique, Steve enregistrant 10 victoires pour 38 défaites en 3 saisons. Il continuera sa décente en dirigeant la pire défense de l’histoire de la ligue avec les Saints. Depuis 2 ans, il est assistant coach aux Ravens et son élimination le weekend dernier lui permet d’être libre pour une interview prochainement.

Spagnuolo serait un bon choix à court terme, je pense que Coughlin veut vraiment le récupérer et il sera, à mon avis, le DC des Giants en 2015.

Pepper Johnson, coach de la DL des Bills

Le nom qui amène le plus de hype de la part des fans. En effet, Johnson n’est pas un inconnu non plus à New York. Mais lui est un ancien joueur. Drafté au second tour en 1986, il a remporté deux bagues aux Giants, aux côtés notamment de LT, et été nommé 5 fois au Pro Bowl. Le DC de l’époque, Bill Belichick le prendra sous son aile et Johnson sera un coach assistant aux Patriots pendant 13 ans. Alors que ce dernier ne se décide pas à le nommer DC, Pepper part l’an dernier pour les Bills, toujours en tant que coach assistant. Il a, cette saison, dirigé une superbe ligne défensive à Buffalo, surement l’une des meilleurs du pays. Il est ainsi normal que le nom de Johnson sorte pour être DC. L’ancien LB va d’ailleurs être interviewé.

S’il est compliqué de savoir ce qu’il vaudrait en tant que DC (pourquoi Belichick ne lui a pas fait confiance ?) vu le talent des joueurs de son escouade, le symbole sera génial. L’ancien grand joueur qui revient diriger la défense de son équipe exciterait tous les fans. Reste maintenant à voir si Coughlin lui fait confiance mais il fait parti de mes favoris

Mike Smith, ancien HC des Atlanta Falcons

Mike Smith a sûrement d’énorme soucis pour être un grand HC (même si son bilan n’est pas aussi affreux que ses deux dernières saisons), en revanche, il est proche de Coughlin. Smith était le DC des Jaguars alors que Coughlin en était l’Head Coach et les hommes sont restés en contact. Il pourrait être tenté par l’expérience, pour essayer de sauver la peau de son ami.

J’ai du mal à être emballé par Smith car je ne l’ai connu que comme un HC et son équipe ne brillait vraiment pas par sa défense. En revanche sa proximité avec Coughlin en fait un candidat sérieux.

Raheem Morris, coach des DB des Washington Redskins

Un des premiers noms à être sorti, Morris a été interviewé par les Giants. Ce choix a été surprenant car Washington ne brille pas vraiment par sa défense (par son attaque non plus me diriez-vous). Morris a déjà été HC, c’était à Tampa Bay mais, en revanche (et c’est particulier) il n’a jamais été DC. Son bilan a été médiocre en Floride et les fans ont été surpris de voir ce nom sortir.

Je ne comprend vraiment pas cette option. Je ne vois pas pourquoi il a mérité une interview alors qu’il a eu peu de succès à tous les postes où il est passé. Le pire choix parmi ceux possible pour moi.

Vic Fangio, DC de 49ers

Vic Fangio est un nom assez désiré en ce moment. DC de la très bonne défense des 49ers depuis 2011, Fangio est une opportunité depuis l’explosion du staff (départ de Harbaurg pour Michigan, Roman, l’OC, en partance pour Buffalo). Fangio avait de très bons joueurs à sa disposition mais il a fait de ce collectif une défense terrifiante, peut être la meilleure il y a deux trois ans.

Fangio pourrait être une bonne option mais j’ai du mal à le voir débarquer à New York. Il n’y a d’ailleurs quasiment aucune rumeur, aucune interview de planifiée.

Jim Schwartz, DC des Buffalo Bills

Jim Schwartz est aussi une rumeur, comme Fangio, qui vient du fait que Schwartz serait disponible (du fait du changement du coaching staff à Buffalo avec l’arrivée de Rex Ryan). L’ancien HC des Lions qui n’aura jamais réussi à tenir, à mener les lions vers le succès mais son passage en tant que DC a redoré son blason (spoiler: ce n’est pas grâce à Kyle Orton que Buffalo a terminé avec un bilan positif). Cependant, les Bills ont surtout impressionné grâce à leur DL, dont le coach est aussi dans les papiers de New York. Il y a aussi des doutes sur la compatibilité entre le laxisme de Schwartz et le sérieux et la rigueur de Tom Coughlin.

Alors que je suis marqué par son passage en tant que HC des Lions, Schwartz est remonté dans mon estime grâce à son excellente saison. Les doutes sur la relation Schwartz/Coughlin sont légitimes mais on ne peut pas dire que Fewell était un modèle de rigueur. Voilà pourquoi j’aimerai bien l’avoir en tant que DC mais je ne pense pas que cela se fera.

Et vous, quel est votre favori ? Quel est votre pronostic ? N’hésitez pas à rajouter d’autres noms. On peut dire que maintenant que toutes les cibles désignées sont éliminées des PO, l’affaire devrait se régler rapidement, d’ici une semaine ou deux à mon avis.

Jason Pierre-Paul: « On va gagner la NFC East »

Jason Pierre-Paul a encore parlé, et il s’est encore montré plein de confiance. Invité d’une émission à la radio américaine, notre JPP a interrompu le journaliste qui allait lui parler de la division des Giants pour lui dire: « Nous allons la gagner ». Il a ajouté: « Nous allons tenter de l’arracher et de faire toute la saison en tête ».

Si cela ressemble à une énième déclaration inutile de notre DE, celle du jour est plus énoncée comme un objectif que comme une promesse. Il a d’ailleurs ajouté qu’il faisait confiance à son attaque et à son équipe spéciale, sous-entendant qu’il faudrait que la défense, et donc lui, joue bien pour ne pas plomber l’équipe. Il n’a pas promis monts-et-merveilles comme lorsqu’il annonçait l’an passé qu’il allait être monstrueux; cette fois-ci, il semble avoir compris que rien n’est acquis et qu’il lui faudra être bon pour gagner. Le meilleur exemple est lorsqu’il a du répondre à la question: « Qui craignez-vous le plus dans cette division? ». Il a alors rétorqué « Personne excepté nous ». 

En effet, les Giants ont largement le potentiel pour gagner cette division mais si la ligne ne se bouge pas, Eli continuera d’être mauvais et toute l’attaque avec lui. De même, si JPP ne se bouge pas pour mettre la pression sur le quarterback adverse, ses DB seront plus exposés. JPP semble être conscient de cela et c’est une bonne chose. Même si certains vont exposer le fait qu’encore une fois, Pierre-Paul parle au lieu d’agir, trahissant ainsi le leitmotiv de Tom Coughlin: « Talk is cheap, just play the game ».

Analyse de l’effectif final 2014

Maintenant que la folie des waivers commence à se décanter, jetons à oeil sur l’effectif des Giants pour la saison 2014.

Offense (25)

QB (2): Eli Manning, Ryan Nassib

Si on voulait etre méchant, on es demanderait comment Eli Manning a réussi à se maintenir dans l’effectif (la réponse: son contrat) mais nous en sommes pas encore à ce stade sur BBB. Pour ce qui est de Nassib, ce n’est pas une surprise de le voir dans l’effectif. Coughlin avait annoncé tôt durant l’intersaison qu’il ne voulait pas garder 3 QB comme l’année précédente et donc on se demandait si le sophomore allait sauter en cas de contre performance. La question ne s’est finalement pas posée puisque Nassib a montré une très grande aisance au sein de cette offense de McAdoo.

RB (3): Rashad Jennings, Peyton Hillis, Andre Williams (Rookie)

Traditionnellement on a vu les Giants garder 4 RB ces dernières années. Cette année avec Jennings et Williams qui se sont clairement imposés comme 2 coureurs efficaces, les Giants ont pu se contenter de garder qu’un seul backup au lieu de 2. Ceci dit, attendez vous à ce qu’Hillis supplante le rookie car Williams n’est pas encore très au point en pass protection.

FB (1): Henry Hynoski

Tom Coughlin a déclaré que compétition avait été serrée entre les 2 joueurs et quand on voit la prestation des 2 joueurs durant la présaison, on ne peut qu’être d’accord avec le head coach des Gmen. Au final, il n’y avait pas de mauvais choix pour les Giants qui auraient très bien pu avoir tout autant de succès avec Conner comme l’année dernière. L’idéal aurait été de garder les 2 mais quand on sait que FB n’est pas un poste primordial dans une équipe de football américain, les Giants ne pouvaient se payer ce luxe.

WR (6): Victor Cruz, Rueben Randle, Jerrel Jernigan, Odell Beckham Jr. (Rookie), Preston Parker, Corey Washington (Rookie)

Encore une fois pas trop de surprises ici. Il n’y avait aucune raison de ne pas garder Cruz, Randle et Beckham qui seront le trio de tête (enfin pour OBJ c’est pas gagner…). Tout le monde s’attendait à ce que le rookie UDFA fasse partie du roster final car tenter de le mettre dans le practice squad aurait voulu dire courir le risque qu’une autre équipe ne le signe (ce qui aurait été fort probable). Preston Parker doit surtout sa place à ses capacité de returner et enfin Jerrel Jernigan, que certains pensaient en danger, peut s’estimer heureux que certains de ces concurrents se soient retrouvés sur l’IR.

TE (3): Larry Donnell, Daniel Fells, Adrien Robinson

Je vous présente les TE des Giants pour la saison 2014… (silence) … (quelqu’un tousse au fond de la salle) … Ouais je sais, ça fait pas vraiment rêver mais il va falloir faire avec. On aurait pu penser que Kellen Davis aurait ses chances grâces à quelques belles actions mais au final le staff semble avoir plus confiance en Donnell qui est en haut de la depth chart.

OL (10): Will Beatty, J.D. Walton, Brandon Mosley, Justin Pugh, John Jerry, Weston Richburg (Rookie), Charles Brown, James Brewer, Dallas Reynolds, Adam Snyder

Cette année il y avait tellement d’OL dans cette équipe que j’étais incapable de savoir qui était qui sur le terrain. Au final les Giants ont fait le choix de garnir le banc avec des joueurs qui n’ont rien d’exceptionnel mais qu’ils connaissent bien (Reynolds et Brewer). A noter que Geoff Schwartz a été placé sur IR provisoire comme indiquaient les rumeurs en début de semaine. Il sera donc de retour lors de la 9e semaine. Du coup les Giants ont signé Adam Snyder pour garnir le poste d’OL. Les titulaires de cette ligne chargée de protéger tant bien que mal Eli, seront (de gauche à droite): Beatty, Richburg, Walton, Mosley et Pugh.

Defense (25)

DL (10): Mathias Kiwanuka, Jason Pierre-Paul, Cullen Jenkins, Johnathan Hankins, Robert Ayers Jr., Mike Patterson, Markus Kuhn, Damontre Moore, Jay Bromley (Rookie), Kerry Wynn (Rookie)

Beaucoup s’attendaient à ce que le vétéran DE Israel Idonije soit retenu par l’équipe mais au final Jerry Reese et Tom Coughlin ont décidé de privilégier la jeunesse en signant le rookie free agent Kerry Wynn. Pour le reste de l’escouade, on reste sur une base solide au poste de DT et des ailiers qui ont du potentiel mais doivent le convertir en quelque chose de concret sur le terrain (n’est ce pas monsieur JPP?).

LB (6): Jon Beason, Jameel McClain, Jacquian Williams, Devon Kennard (Rookie), Spencer Paysinger, Mark Herzlich

Jon Beason a été sorti de la PUP list à temps pour pouvoir rejoindre les Giants dès la 1e semaine de la saison. Il ne jouera cependant pas tout de suite puisque l’équipe a gardé la composition utilisée pendant la présaison avec McClain au mileu, Kennard en Strongside LB et Williams de l’autre côté. On peut vraiment dire que cette escouade de LB a un potentiel intéressant.

CB (5): Dominique Rodgers-Cromartie, Prince Amukamara, Walter Thurmond III, Trumaine McBride, Zack Bowman

Certainement l’escouade la plus talentueuse de la défense sur le papier et on peut même espérer que les CB des Giants se classent parmi les meilleurs de la Ligue d’ici la fin de la saison. Enfin bon, ne nous excitons pas trop non plus car on sait très bien qu’il y a un gouffre entre le niveau sur le papier et celui sur le terrain. En tout cas on a attend de grandes choses de la part de ces joueurs.

S (4): Antrel Rolle, Stevie Brown, Quintin Demps, Nat Berhe (Rookie)

Rolle et Brown, on connaît déjà et on sait que c’est du solide. Reste à voir ce que l’expérience de Demps et le potentiel du rookie Berthe peuvent apporter à cette position.

Special Teams (3)

Kicker: Josh Brown

Punter: Steve Weatherford

Snapper: Zak DeOssie

Rien de particulier ici. Le trio de Quinn continue à faire du bon boulot et on espère que ça continuera ainsi.

Pour ce qui est du practice squad, cette année les règles ont changé et les Giants peuvent désormais avoir 10 joueurs dans cette escouade. La plupart d’entre eux participaient au training camp des Giants, mais certains viennent d’ailleurs suite aux trous laissés par des joueurs réclamés par d’autres équipes (comme Kelcy Quarles récupéré par les Patriots, par exemple). Voici sa composition

  1. OL Mark Asper
  2. RB Michael Cox
  3. OT Nick Becton
  4. TE Jerome Cunningham (Rookie)
  5. CB Chandler Fenner
  6. LB Dan Fox (Rookie)
  7. DT Dominique Hamilton
  8. CB Bennett Jackson (Rookie)
  9. DE Jordan Stanton (Rookie)
  10. WR Julian Talley