Bilan par position 2016: Defensive linemen

Avec plus de 140 millions $ investis par Jerry Reese sur la DL (85 M$ pour Vernon, 46,25 M$ pour Harrison et 10,5 M$ pour JPP), les fans s’attendaient à une bien meilleure DL qu’en 2015.

Malgré des débuts difficiles, cette ligne est rapidement devenue l’une des plus redoutables escouades de la NFL.

#90 Jason Pierre-Paul, DE, 28 ans: 12 matchs, 12 titularisations, 53 placages, 7 sacks, 8 passes déviées, 3 fumbles forcés

En 2015, on se demandait si JPP serait un jour capable de jouer à nouveau à un haut niveau malgré sa main amputées de quelques doigts. Il était manifeste à l’issue de la saison 2015 que Pierre-Paul avait toujours la force et l’énergie pour dominer en NFL mais le plâtre entourant sa main blessée venait l’handicaper.

2016 devait être l’année de la renaissance de JPP et elle le fut. Après une intersaison entière à travailler sur son jeu avec un gant special pour sa main, Jason Pierre-Paul a démarré la saison au poste de LE (face au RT). Très rapidement, on a retrouvé le joueur qui domine contre la course. En 10 matchs, il n’obtiendra que 1,5 sacks mais ça ne veut pas dire que le joueur ne fait pas sentir sa présence constamment, bien au contraire.

En deux matchs (contre les Bears et les Browns), Jason accumule 5,5 sacks. Le match contre Cleveland est d’ailleurs inédit pour la carrière de Pierre-Paul puisque c’est la première fois qu’il obtient 3 sacks en une rencontre. Il a également récupéré un fumble qu’il a retourné pour un TD. Cette performance lui valu le titre de NFC Defensive Player of the Week.

En plus de ses sacks, il y a les stats moins visibles (voire invisibles) pour un DE:

  • 54 total QB pressures
  • 8 passes déviées (2e de la Ligue)

Malheureusement, JPP se blessa en décembre et termina la saison régulière à l’infirmerie. Les Giants avaient cependant décidé de ne pas le placer sur l’IR dans l’espoir qu’il puisse revenir jouer durant les playoffs. Mais vous connaissez le reste de l’histoire: les Gmen furent éliminés lors du premier tour contre les Packers.

Ceci dit, malgré sa participation à seulement 12 matchs, JPP a joué plus de snaps (792) que plusieurs DE ayant joué 16 matchs.

JPP doit être free agent pour la 3e fois de suite. L’année dernière il avait accepté de prendre moins d’argent pour rester à New York (10,5 millions $). Est ce que cette année il acceptera de donner un nouveau discount aux Giants ou est ce qu’il se battra pour obtenir le gros contrat qu’il attend depuis quelques années? Affaire à suivre…

#54 Olivier Vernon, DE, 26 ans: 16 matchs, 16 titularisations, 63 placages, 8.5 sacks, 1 fumble forcé

« J’ai l’impression que cette signature est similaire à celle de Byron Maxwell par les Eagles l’année dernière. On a signé un joueur qui a très bien joué sur une ligne qui inclut Cameron Wake et Ndamukong Suh mais sera-t-il capable de faire aussi bien chez les Giants? Bref, je suis très sceptique bien que je reconnaisse que cette signature va de toute manière faire du bien à notre DL. »

Telle était ma première réaction face à l’annonce de Vernon, la plus grosse signature des Giants en 2016 (85 M$ sur 5 ans). J’ai vite ravalé mes mots.

Nous étions beaucoup, encore une fois, à être inquiets par le peu de sacks décrochés par cette nouvelle recrue. Au total, il n’a enregistré que 8,5 sacks. Si on s’arrête là, on peut se dire que les Giants n’ont pas eu un bon retour sur investissement (plus de 650 K$ par sack si on regarde son cap hit en 2016). Mais voilà, évaluer un DE au nombre de sacks réalisés est aussi pertinent qu’évaluer une OL en fonction du nombre de sacks encaissés. Ces placages glorifiés ne sont que la partie visible de l’iceberg.

De nombreux sites, tel que PFF, rappelaient que l’absence de sack (ou presque, puisqu’il en a enregistré 1 en 7 matchs) était compensée par une pression constante sur les QB adverses. En effet, Vernon a enregistré 86 pressions ce qui le classe en deuxième position derrière Khalil Mack des Raiders (96 pressions).

Et il faut aussi prendre en compte de le nombre de snaps joués: tout comme JPP, Vernon a eu très peu de repos. Au total, il a joué 1040 snaps (93,25% des snaps défensifs) durant la saison régulière soit 88 snaps de plus que n’importe quel joueur. Il me semble que le nombre moyenne de snaps par match se trouve aux alentours de 50. Donc en d’autres termes, Vernon aurait joué 17,5 matchs en 2016 (sans compter le match de playoff).

En tout cas, ce qui était initialement vu comme un pari risqué s’avère être pour le moment une affaire plutôt rentable pour Big Blue.

Lire la suite

Bilan par position 2015 : Safeties

Crédit photo: NY Daily News

Il aura fallu le temps mais voici enfin l’analyse du poste de Safety anéanti par les déceptions et les blessures.

En effet, les Giants ont pris la décision de laisser partir les deux vétérans titulaires à ces postes : Antrel Rolle et Quintin Demps. Mais ce n’est pas tout puisque les dieux des blessures n’ont pas vraiment été en faveur des Gmen ces derniers temps : Landon Collins était supposé être entouré de ses coéquipiers Nat Berhe, Bennett Jackson, Mykkele Thompson et Cooper Taylor. Que nenni, les blessures emporteront les trois premiers avant même le début des festivités tandis que Taylor a touché le fond de la depth chart pour être coupé, re-signé et blessé.

#21 Landon Collins : 16 matchs (16 titularisations), 80 plaquages, 1 fumble forcé, 9 passes déviées, 1 interception

Drafté au second tour de la dernière édition, l’ancien d’Alabama s’est donc retrouvé propulsé en quelques mois d’intersaison à la position de safety #1 de la franchise new yorkaise. Malgré ses nombreuses prises de parole contre le fait d’être uniquement associé à un « box safety », il n’a pas su nous le prouver sur l’ensemble de la saison.
Landon Collins possède beaucoup de talent, notamment pour la défense contre la course dans laquelle il a de nombreuses fois brillé, il reste malheureusement bien limité lorsqu’il s’agit de couverture aérienne. Surtout en profondeur. Voulant à tout prix faire taire cette idée l’été dernier, c’est bien à l’été 2016 qu’il devra progresser sur ce point.

#22 Brandon Meriweather : 13 matchs (12 titularisations), 43 plaquages, 7 passes déviées, 2 interceptions

Signé en Août à la suite des blessures de pré-saison de Thompson et Collins, Brandon Meriweather aura été un titulaire moyen mais correct lors de la première partie de saison des Giants. Pas très dynamique sur le terrain, on a pu apercevoir que l’ex Redskin jouait uniquement selon son envie. On le connaissait pour son caractère bien (trop) trempé, il aura été relativement calme sur le terrain lors de ses apparitions. Cependant une blessure fin novembre / début décembre priva New York de son plan C ou même D. Pour faire de la place dans le roster il sera coupé mais finalement resigné et rejouera 2 matchs timides contre les Vikings et les Eagles. À 33 ans, il a montré ses dernières limites.

#43 Craig Dahl : 15 matchs (3 titularisations), 34 plaquages, 1 fumble forcé, 4 passes déviées.

Lui aussi vétéran (30 ans), il a été amené à Big Apple pour les mêmes raisons que Meriweather : un plan d’urgence pour pallier à la déferlante de blessures à ce poste. Très discret depuis 2 ans à San Francisco, on ne pourra pas dire qu’on ne s’attendait pas à la même chose de l’autre côté du pays, ici à New-York. Positionné en strong safety sur la majorité des rencontres, il n’aura pas été transcendant dans une défense déjà bien faible.

#30 Cooper Taylor : 6 matchs (remplaçant), 4 plaquages.

Très peu de choses à dire à son propos finalement. Il a rapidement perdu la confiance des entraineurs (quoique, l’a-t-il déjà gagné ?) puis cire le banc une bonne partie de la saison et au moment où sa chance renaît, il se blesse. Il n’est donc clairement pas un joueur sur lequel il faut se baser pour l’année prochaine, bien évidemment mais vu l’état du roster à l’heure actuelle, il ne coûte pas grand chose de le garder dans un coin.

On n’abordera pas les cas de Nat Berhe, Bennett Jackson et Mykkele Thompson étant donné que ces joueurs se sont blessés avant le début de la saison régulière.

Bilan par position 2015 : Cornerbacks

Avec un peu de retard (pour lequel je vous demande de m’excuser), voici l’analyse de l’escouade de cornerbacks. Portée par deux têtes d’affiches, cette escouade à pourtant eu du mal à briller en 2015. Évaluons ça en détail.

#41 Dominique Rodgers-Cromartie : 15 matchs (tous titulaires), 52 placages, 13 passes déviées, 3 interceptions, 1 touchdown, 2 fumbles forcés

Meilleur joueur de cette escouade, DRC entamait sa seconde saison avec le maillot des Giants, après un premier exercice réussi. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu. Au delà d’avoir méchamment noirci la feuille de stats, il aura été fidèle à lui même, solide, tant sur le terrain que physiquement (et ça fait du bien un DB qui ne se casse pas quelque chose). Rarement pris à défaut, il a encore été l’un des meilleurs CB cette saison (top 10-15) et son recrutement s’apparente comme une très bonne affaire. Souvent sevré de bons joueurs pour l’aider (avec la fragilité de Prince, une ligne défensive incapable de mettre de la pression sur le lanceur adverse, des linebackers incapables de couvrir un TE et un S rookie allié à un S nul), il aura tenu, tant bien que mal la baraque.

Encore sous contrat en 2016, il ne fait absolument aucun doute qu’il sera de retour en septembre à New York pour continuer d’apporter sa stabilité, au sein d’une défense particulièrement renforcée par la free agency et un S qui devrait prendre de l’expérience. Avec un CB #2 solide, 2016 pourrait être une très belle année pour celui qui a bien fait oublier « Doesn’t Really Care ».

Lire la suite

Bilan par position 2015 : Linebackers

 

Continuons aujourd’hui de découvrir les failles de la défense des Giants en 2015 en analysant la position des linebackers. Extrêmement atteinte par les blessures et par des performances en dent de scie, c’est l’une des positions à fixer en priorité lors de cette intersaison.

#52 Jon Beason : 5 matchs (4 titularisations), 18 plaquages dont 11 solo

Encore et toujours touché par les blessures, Jon Beason n’aura joué qu’un total de 9 matchs sur l’ensemble des deux précédentes saisons. Cette saison il a souffert d’une blessure au genou qui l’a limité à seulement 5 matchs. Le plus frustrant étant que son meilleur match, face aux Cowboys en semaine 7, a été son dernier.

Pas au niveau sur le petit échantillon disponible, les espoirs d’un retour de Beason à son niveau chez les Panthers sont à nouveau tombés à l’eau. Moralement affecté par ses blessures à répétition et donc son temps de jeu, Jon Beason a décidé de mettre un terme à sa carrière. Il a donc été coupé par la franchise New Yorkaise.

Lire la suite

Bilan par position 2015 : Defensive Linemen

Après l’analyse, escouade par escouade, de l’attaque des Giants en 2015, passons maintenant à la défense. Et pour commencer, rien de mieux que de s’attaquer à ce qui a fait, dans un temps qui parait très lointain, la grandeur des Giants : la ligne défensive.

Defensive Ends :

#90 Jason-Pierre Paul : 8 matchs joués (titulaire), 21 placages, 1 sack, 6 passe déviées

Après une bonne fin de saison 2014, les Giants avaient décidé de placer le franchise tag sur leur DE. Malheureusement, alors que les négociations sur un long contrat étaient en court, le joueur a été victime d’un accident le 4 juillet en jouant avec des feux d’artifice et il y perdit 1 doigt. Absent pendant la moitié des matchs, son retour a été synonyme du réveil d’une ligne défensive en grosse difficulté depuis le début de la saison. Il a semblé physiquement à son top, n’ayant rien perdu de ses qualités athlétiques lui permettant d’harceler en permanence le quarterback adverse. Malheureusement, sa main endommagée était recouverte d’un plâtre, rendant impossible pour lui d’attraper les joueurs adverses avec cette main. Cela aura coûté plusieurs big plays (notamment lors du match contre Carolina) à Big Blue et c’est vers cette main que se tourneront les regards en 2016.

Actuellement en fin de contrat, il devrait tester le marché des agents libres. Les Giants souhaitent le faire revenir en 2016 avec un contrat d’un an, lui permettant de prouver sur une saison qu’il vaut encore un gros contrat. La ligne défensive est actuellement dans un sale état et perdre JPP n’aiderait pas à l’améliorer.

Lire la suite

Bilan par position 2014: Defensive Lineman

Oui, on est encore là, on n’a pas oublié notre analyse des positions. On va finir ça puis se concentrer sur la draft qui arrive dans une vingtaine de jours.

  • Defensive Ends:

#90 Jason Pierre-Paul: 16 matchs joués, 16 titularisations, 54 placages, 12,5 sacks, 6 passes défendues, 3 fumbles forcés

Une très bonne saison statistique pour JPP mais que ce fut compliqué. Après un mauvais début d’année, Pierre-Paul s’est soudain rappelé qu’il était free agent en 2015 et il s’est mis à accumuler les sacks, telles une accro du shopping (j’ai honte de cette vanne, je le promets). Il termine la saison avec des chiffres proches de ceux de 2011, année référence pour lui et un franchise tag en poche (ainsi que quelques millions de dollars).

Note finale: A-
Il a été élu DPY de BBB par Thiergow et ce n’est pas pour rien. Il a donné l’impression qu’il était de retour au top en fin de saison, il a joué tous les matchs sans exception, nous faisant espérer que ses soucis de blessure sont derrière lui. Il a pleinement mérité son tag et des négociations devraient être entamées pour signer un deal sur le long terme, deal qu’il mérite.

#94 Mathias Kiwanuka: 11 matchs joués, 11 titularisations, 19 placages, 2,5 sacks, 2 fumbles forcés

Kiwanuka aura été titulaire tous les matchs qu’il a pu jouer en 2014. Le vétéran a profiter de la faiblesse de la concurrence pour jouer mais il n’a pas semblé au niveau. Clairement le Kiwanuka 2014 n’avait plus rien à voir avec le joueur qu’il a été. Il se blesse au 11e match et il est placé sur l’IR.

Note finale: D
C’est dur à admettre car il a été un joueur exemplaire, bon coéquipier et volontaire mais on ne peut pas décemment admettre que son niveau de 2014 était acceptable. Il est très étonnant de constater qu’il a été titulaire (Fewell….) tout au long de la saison, car ce n’était pas lui rendre service. Il a été coupé avant le début de la FA et, pour l’instant il n’a pas été signé quelque part, il est possible qu’on ne le revoit plus sur un terrain NFL.

Lire la suite