Preview Wildcard 2017 :Giants @ Packers

giants-packers

-12. C’est la température, en degrés Celsius qu’il devrait faire au coup d’envoi ce soir à Green Bay. C’est très froid mais cela ne devrait pas trop perturber nos Giants qui quittent New York sous la neige (et n’espérez pas un nouveau Snow Bowl, le terrain des Packers est chauffé 😦 ). Après 4 saisons sans playoffs, Big Blue retrouve les matchs à élimination directe dans une rencontre particulièrement indécise. Il semble qu’on aura le droit à une véritable opposition de style entre l’attaque explosive des Packers et la défense monstrueuse des Giants. Voyons ensemble ce que ce match va nous réserver.

Le statut des blessés :

 New York Giants

  • Ne jouera pas : DE Jason Pierre-Paul (Pubalgie)
  • Participation en doute : DE Owa Odighizuwa (ischios)
  • Participation incertaine : N/A
  • Participation probable : N/A

Green Bay Packers :

  • Ne jouera pas : CB Quinten Rollins (nuque), James Stark (commotion)
  • Participation en doute : N/A
  • Participation incertaine : CB Demarius Randall (genou), LB Joe Thomas (dos), OT Bryan Bulaga (Abdomen), WR Randall Cobb (cheville), LB Jayrone Elliott (main), LB Nic Perry (main)
  • Participation probable :  N/A

Du côté des blessés, tout va bien. J’ai rarement vu une liste des blessés aussi peu fournie chez les Giants. Hormis JPP dont on est au courant de l’absence depuis un moment, il n’y a qu’un joueur qui ne joue quasiment pas en temps normal qui est incertain. Tout le reste est prêt au combat. Côté Packers, l’absence de Rollins pourrait être à exploiter parmi backfield pas impressionnant. Une carte à jouer mais pas d’absence majeure de part et d’autre.

Le facteur X :   RB Paul Perkins

Après d’intenses réflexions, je pense que Paul Perkins sera le facteur X de la rencontre. Alors qu’il vient de franchir la barre des 100 yards en 1 match pour la première fois, Perkins pourrait bien décider du vainqueur du match. En effet, en cas d’un nouveau match à plus de 100 yards, cela signifierait qu’il a réussi à imposer son jeu, à faire avancer notre attaque, à donner, au pire, de bonnes solutions de punts à Wing et surtout, qu’on aura tenu Aaron Rodgers en dehors du terrain pour quelques temps. Et casser le rythme du quarterback adverse sera essentiel, d’autant plus que cela permettra à notre défense de souffler. Voir Perkins avec le ballon signifie aussi qu’Eli ne sera pas obligé de trop lancer et qu’il pourra se contenter de passes utiles, que la défense se concentrera moins sur nos receveurs. Et on sait ce que peut faire Odell Beckham Jr. si on lui laisse un peu trop d’espace, tout comme Sterling Shepard qui n’a pas réalisé beaucoup de big plays cette saison, contrairement à ce qu’il faisait au collège. Le rookie Paul Perkins pourrait donc gagner gros avec une belle performance, un poste de titulaire l’an prochain notamment, mais surtout faire gagner gros, et c’est bien là l’essentiel.

Ce qu’il faudra regarder :

  1. Eli Manning

Moyen en saison régulière, monstrueux en playoffs, c’est ainsi que beaucoup de fans de NFL définiraient Eli Manning. Cette pensée peut même devenir automatique chez certains (on peut souvent lire : « les playoffs arrivent, Eli va mieux jouer »). Seulement, Eli semblait quand même meilleurs en saison régulière, surtout en 2011, lors des dernières campagnes victorieuses. Il y a eu des bons moments cette saison. Trop bref, mais tout n’était pas à jeter. Que ce soit son match contre les Lions ou sa bombe de 44 yards pour Tavarres King la semaine dernière, Eli a toujours cette capacité à nous sortir le meilleur. Mais je ne pense pas que ce soit particulièrement nécessaire pour gagner. L’essentiel pour ce match est qu’il soit propre, qu’il n’autorise pas de turnover. La défense et le talent de ses receveurs pourra faire le reste

  1. NYPD

New York Pass Defense ; c’est le nouveau surnom de notre escouade défensive contre la passe. Intraitable toute la saison, elle a fini très fort en tenant plusieurs fois un mauvais Eli dans le match. Avec 3 All-Pro, cette défense semble armée pour résister à Aaron Rodgers, qui n’avait pas fait un bon match en octobre contre cette dernière (2 interceptions, 65 de rating). Avec un Dominique Rodgers-Cromartie qui semble bouillant et un Janoris Jenkins qui devrait être frais, Cobb, Adams et Nelson devraient avoir de la compagnie. Cependant, Eli Apple, Jenkins et Landon Collins joueront leur premier match de playoffs en carrière et il est toujours incertain de savoir comment les joueurs vont répondre à cette pression.

  1. Le pass rush

Aaron Rodgers est un grand quarterback ; mais il est aussi aidé par une énorme ligne offensive, et surement la meilleure paire de Tackles du pays. Sans Jason Pierre-Paul, il va être compliqué d’aller chercher Rodgers et notre meilleure chance pourrait être l’intérieur de la ligne, avec notre paire de DT. Mais il ne faut pas oublier que Spagnuolo s’est fait un plaisir d’utiliser ses DB pour sacker le QB adverse lors des précédentes rencontres et qu’il ne devrait pas se gêner ce soir. Avec tous ses éléments, et malgré la qualité de l’opposition, on devrait avoir de quoi perturber la belle mécanique d’Aaron Rodgers.

La chanson du jour :

Pour patienter jusqu’à ce soir, est-ce qu’on ne se réécouterait pas ce monument de la chanson qu’est le « I believe in Eli ». Si l’œuvre date déjà de 2012 et que beaucoup de références sont datées (Petite pensée pour Hakeem Nicks et Mario Manningham), elle nous rappelle l’essentiel : on doit croire en Eli

La vidéo du jour :

Chaque semaine, Pro Football Focus demande à ses experts de pronostiquer les matchs. Cette semaine, tous ont parié sur une victoire des Packers, ce qui m’a rappelé cette vidéo :

La stat du jour :

2-0. C’est le bilan d’Eli Manning à Lambeau Field en Playoffs. Jamais 2 sans 3 ?

Pronostic : Victoire 20-16

A mon tour de m’y coller. Je pense qu’il se passe un vrai truc autour de cette équipe. Si on rentre bien dans le match et qu’on ne commet pas d’erreurs, on devrait l’emporter (pas largement mais on devrait le faire). Notre défense a de quoi embêter Aaron Rodgers comme peut être personne d’autre. Si l’attaque n’est pas monstrueuse, elle dispose de suffisamment de playmakers pour battre, sur quelques actions, un backfield défensif faible. De plus, j’apprécie beaucoup la « fiabilité » de l’attaque (je ne sais pas vraiment quel mot utilisé), c’est à dire la capacité qu’elle a à briller en fin de match. Odell est toujours bon quand ça compte, Victor Cruz a réussi quelques grosses actions en fin de match et Shepard a aussi réussi à convertir quelques 4e tentatives. Le genre d’action « game changer » qu’il faudra réussir dans cette opposition serrée.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s