Jason Pierre-Paul raconte son accident à Sports Illustrated

Il y a une dizaine de mois, le jour de la fête nationale américaine, le 4 juillet, Jason Pierre-Paul se blessa très grièvement à la main, à quelques jours de la signature du contrat avec les Giants.

Le manque d’informations, couplé à l’urgence de la situation (JPP devant être le leader de la DL, lui qui était le seul DE normalement titulaire en NFL et qui devait occuper 14M dans le salary cap) a nourri les fantasmes et les spéculations. On savait que l’accident était très grave et que la carrière du joueur était menacée. Les Giants n’ont pas réussi à le rencontrer, ce qui a fait dire à certains que le joueur se cachait. Après un premier retour avorté en septembre, JPP finit par rejoindre Big Blue en novembre et joua le reste de la saison a un niveau tout à fait convenable. Néanmoins, au vu des images de sa main, on se doutait de la violence de l’accident, sans savoir ce qu’il s’est réellement déroulé lors de l’été 2015.

C’est pour cela que Jason Pierre-Paul a raconté tout ce qu’il s’est passé au magazine Sports Illustrated dans un article publié sur leur site web.

Il dit raconter son histoire pour pouvoir laisser ça derrière lui et regarder vers l’avenir. Des éléments qu’on a, on ne peut pas douter de la sincérité du joueur, tant le reportage semble authentique, et qu’il ne semble pas vouloir masqué la gravité des faits. Il a notamment confié au magazine des photos de sa main juste après l’incident et c’est très très très (notez la répétition) violent et choquant. Très clairement (ce n’est pas un message de précaution d’usage traditionnel), si vous êtes sensible aux images choquantes, évitez de regardez ces photos où l’on voit la main déchiquetée de JPP, ou au moins, soyez sûr qu’il n’y ait personne de sensible autour de vous. Vous pouvez néanmoins totalement lire l’article sans voir les photos, celles-ci étant masqués par un « disclaimer ».

Pour vous donner une idée écrite de la violence de l’explosion et de l’état de sa main, le joueur explique que juste après l’accident, une partie de la peau de sa main était décollée et qu’il voyait littéralement « l’intérieur », à savoir les tendons, la chair, les os, etc.

On apprend également dans cet article que JPP n’était pas au courant que des membres des Giants étaient venus le voir et que ce sont les représentants du joueur qui les ont bloqué. Le défenseur affirme lui qu’il aurait tout à fait accepté de les rencontrer s’il avait su, bien qu’à la vue de sa main, cela ne semble pas être une bonne idée.

Un détail frappant de la gravité de sa blessure, mais aussi de la volonté de Pierre-Paul est une anecdote donnée et qui raconte qu’à la mi-temps du match contre les Patriots, le deuxième match de la saison du joueur, où il avait qu’une petite protection à la main, un os de sa main a commencé à ressortir de la peau du DE.

En tout, le joueur dit avoir subi 11 opérations mais refuse de se plaindre, disant que son accident lui a fait réaliser qu’il y avait pire. Il a eu beaucoup de témoignages d’handicapés, d’amputés et en a rencontré beaucoup. Il comprend bien qu’il a toujours la chance de poursuivre son rêve, d’être un joueur NFL. Il indique qu’il a d’abord été triste pour sa famille mais refuse de se lamenter sur son sort et continue de travailler, pour ceux qui ne le peuvent plus. L’état d’esprit et la maturité du joueur qui ressortent du témoignage sont assez marquants et positifs, surtout lorsqu’on a beaucoup souligné, à raison, son caractère puéril dont il faisait preuve par le passé.

Grâce à ce témoignage, JPP met fin à une espèce de mythe qui entourait cet accident et se montre sous une excellente image. On ne peut que louer son courage et apprécier le fait qu’il continue à se montrer performant, car cet accident aurait réellement pu mettre fin à sa carrière.

Je ne vous ai raconté ici qu’une petite partie de l’article, que je vous conseille chaudement, et, si vous n’avez pas le temps, au moins de regarder la vidéo (qui contient aussi des images très choquantes, mais moins que celle de l’article juste en dessous). Vous pouvez trouver cela ici.