Bilan par position 2015 : Running Backs

Aujourd’hui c’est au tour des running backs d’être analysés par Big Blue Blog. C’est une position qui a été critiquée toute l’année par les fans des Giants à cause d’une rotation permanente des 4 principaux coureurs de la franchise. Il a fallu attendre la fin de la saison pour finalement voir Rashad Jennings s’imposer comme coureur #1.

HALFBACKS:

#23 Rashad Jennings : 16 titularisations, 195 courses, 863 yards (4.42 yards/course), 3 TD | 29 réceptions, 296 yards | 2 fumbles.

Comme dit plus haut, les Giants ont eu beaucoup de mal à gérer la rotation de leurs coureurs et c’est Jennings qui en a le plus souffert. Il lui a fallu attendre les quatre derniers matchs de la saison pour s’exprimer à la hauteur de son niveau.
Les statistiques le prouvent très clairement. Sur ses quatre dernières performances face aux Dolphins, Panthers, Vikings et Eagles, Rashad court 79 fois pour 432 yards. C’est 50% de son total de yards sur la saison. Sur cette période, sa moyenne par course est de 5.5 yards.

Malgré tout ça, il enregistre la meilleure saison de sa carrière. Mais à l’aube de ses 31 ans, il est logique de se demander s’il est capable de produire ce niveau de jeu jusqu’en 2018, année où son contrat se termine.

#44 Andre Williams : 16 matchs (remplaçant), 88 courses, 257 yards (2.92 yards/course), 1 TD | 1 réception, 7 yards.

Andre Williams est dans une mauvaise position à l’heure actuelle : il n’a clairement pas le niveau de ses compères mais n’a pas non plus l’occasion de se montrer de façon régulière. Seule la confrontation contre Tampa Bay début novembre a été convaincante (7 courses pour 30 yards dont 1 TD de 7 yards). Concrètement, toutes les autres rencontres, ou presque, auront eu un effet négatif pour l’ancien de Boston College puisqu’il rentrait en jeu pour 2-3 courses et retrouvait le banc avec la confiance au plus bas.

Il est pour l’instant et malheureusement l’exemple type du joueur star en college football qui n’arrive pas à confirmer au niveau professionnel. L’ancien finaliste du Heisman trophy pourrait facilement se retrouver hors de New York pour la saison prochaine. Mais récemment promu head coach, Ben McAdoo pourrait lui laisser encore un an pour faire ses preuves. À voir.

#34 Shane Vereen : 16 matchs (remplaçant), 61 courses, 260 yards (4.3 yards/course) | 59 réceptions, 485 yards, 4 TD | 1 fumble.

Comme attendu, la recrue venue de la dernière free agency a totalement rempli son contrat. Coureur très polyvalent, il a effectivement inscrit plus de yards par ses réceptions plutôt que par ses courses. À première vue, cela peut sembler assez original mais Shane Vereen a été amené à New York en partie pour cette double menace. Et cela a très bien fonctionné puisqu’il a été très utile à Eli Manning, sur 3rd down notamment. En retour le QB lui a permis de dépasser son record de yards à la réception avec 485 yards sur son total de 745.

Il n’est donc pas utilisé sur chaque down mais reste pour le moment le running back le mieux payé de l’effectif. Il reste encore deux ans de contrat à Shane qui a seulement 26 ans. Il devrait être encore très utile à l’attaque des Giants en 2016.

#26 Orleans Darkwa : 16 matchs (remplaçant), 36 courses, 153 yards (4.3 yards/course), 1 TD | 3 réceptions, 31 yards.

Le jeune coureur de 23 ans a essentiellement vu son temps de jeu attribué aux équipes spéciales mais a tout de même montré de temps en temps qu’il avait du potentiel exploitable. Il a même eu l’occasion d’inscrire un touchdown lors de son meilleur match (8 courses, 48 yards) face à l’éternel rival des Cowboys. Avec une victoire 27 à 20 à la clé, il a eu de quoi automatiquement ravir chaque fan de la franchise.

D’ailleurs, nombreux ont été les fans qui suppliaient les Giants de lui laisser les minutes d’Andre Williams, ce qui pourrait finalement arriver la saison prochaine. En effet, actuellement free agent restreint, il pourrait être de retour dès cet été.

FULLBACK:

#49 Nikita Whitlock : 14 matchs (titulaire), 1 sack, 1 tackle.

On parlait de polyvalence plus haut lors de l’analyse de la saison de Shane Vereen, l’adjectif est tout autant applicable à notre seul et unique fullback. Malgré la faible utilisation d’un fullback dans les schémas offensifs des Giants, il a su montrer son explosivité et ses capacités de blocking. Il a cependant eu assez de temps de jeu puisqu’en plus de remplacer l’ancien titulaire à ce poste Henry Hynosky, dit l’Hynoceros, Nikita Whitlock jouait aussi pour l’escouade défensive au poste de defensive tackle.

En effet, l’utilisation des fullbacks étant de moins en moins fréquente en NFL, les Giants ont décidé d’utiliser un joueur pour effectuer les deux postes. Plus même, puisqu’il a aussi eu l’occasion de jouer en équipe spéciale. C’est donc véritablement le couteau suisse du roster. À tel point qu’il est important de rappeler qu’il a évolué au poste de nose guard lors de ses années universitaires à Wake Forest.

Le joueur n’a malheureusement pas pu finir la saison à cause d’une blessure au genou, de laquelle il devrait facilement se remettre lors de l’intersaison.

9 réflexions au sujet de « Bilan par position 2015 : Running Backs »

  1. A, pour notre roster de running backs et D pour les entraineurs qui les ont mal utilisé.

    Est ce qu on va avoir un run game important l an prochain ou va avoir un run game a la Packers?

  2. J’aime beaucoup le principe de revenir sur chaque poste, c’est très intéressant en période de Combine. Du coup, j’espérais que vous traitiez de la nécessité ou pas de se renforcer à ces postes. Beaucoup de Mock drafts annoncent le RB comme un need à NY et on nous voit successivement drafter Elliott au premier tour ou Henry au deuxième.
    Si Jennings en leader puissant, Vereeen en double menace, et Darkwa en plus rapide restent on peut s’interroger sur l’utilité d’un recrutement à ce poste.

    • L’intersaison est encore (malheureusement) longue. Là, on fait juste un dernier coup d’oeil dans le rétro pour 2015 et ensuite, on fera un bilan (notamment avec les résultats des sondages), on parlera de la FA. Pour la draft, on ne fera rien avant mi-avril parce que c’est encore loin et je suis en train d’évaluer certains prospects. Mais on fera quelque chose et on abordera justement la question de savoir qui drafter🙂

    • A mon avis aucun RB mérite de sortir au première tour. On a un excellent roster au poste de Running back. Est ce que McAdoo aime le style de nos RB? Reese aime drafter le meilleur joueur disponible sans tenir compte du poste, des besoins etc…

      Au 10ème choix le meilleur DE, DT, Garde, Tackles, QB, CB, LB (Reese en veut pas) risque de plus être disponible. Il restera possiblement le meilleur RB de la draft. Choix que je trouverais douteux.

  3. Je vais revenir sur mon leitmotiv : pourquoi donc a-t-on décidé de ne (presque) plus utiliser de fullback ? Traditionnellement, c’est une aberration. Et, comme je sais que l’argument de la tradition est rejeté en bloc par quelques apôtres du changement et du jeunisme, c’est aussi totalement inefficace : notre ligne n’est pas suffisamment forte, nos halfbacks pas assez dominants et notre QB pas assez mobile pour jouer sans une aide physique supplémentaire pour bloquer sur des jeux de passe ou créer des brèches sur des jeux de courses. Sans compter la menace que ça faisait planer sur des passes derrière le bloc. Bref : rendez-nous le fullback ! A ceux qui me disent que beaucoup d’équipes jouent sans aujourd’hui, je réponds ceci : si la majorité des équipes jouaient sans aucun receveur, ou à poil, ou les yeux fermés, souhaiteriez-vous que nos GMen fassent de même ? Moi, non.

    • Si tu veux mon avis, changer pour le principe de changer est aussi bête que garder un truc au nom d’une quelconque tradition.

      Donc au final garder un FB ou pas, ça doit être justifié par un choix de gameplan.

      Je pense que pour McAdoo, la sous utilisation du FB s’explique par le fait qu’on ait eu beaucoup de formations avec 3 WR, 1 TE et 1 RB. Ou encore des formations à 2 WR, 2 TE et 1 RB. Ce sont des formations il me semble assez fréquentes dans un système de West Coast Offense. Donc forcément ça laisse moins de place pour le FB.

      Alors on peut déplorer le manque de réussite du running game sous McAdoo mais il ne faut pas oublier les énormes progrès en jeu de passe. Le curseur a bougé en faveur de la passe.

      Après il ne faut pas oublier que Jennings avait pas mal de courses productives sans FB. Cette réussite était à mon avis plutôt liée à une meilleure répartition des courses qu’à la présence ou non du FB. Mais ça ne veut pas dire pour autant que le FB est inutile. Pour moi il a son utilité mais ça reste une utilité limitée à certains cas.

      Qu’on le veuille ou non, le football évolue et des postes disparaissent. Regarde le foot US des années 40 et tu verras que beaucoup de postes et formation ont disparu car le jeu a évolué (en gagnant en vitesse notamment)

      Et si un jour on trouvait une bonne raison de jouer sans WR, et bien je considère que si cette solution marche, il n’y a pas de raison de l’exclure au nom de la tradition.

      Au final la seule tradition qui m’intéresse c’est la tradition de gagner des championnats. Que ça se fasse avec ou sans FB, c’est secondaire.

    • Question de style de jeu, McAdoo a des schémas de West Coast Offense, Gilbride c’était plutôt « Balanced Offense », Gilbride s’appuyait beaucoup sur un jeu au sol puissant et dès qu’il n’y-avait plus ça on a vu le résultat à la fin … McAdoo lui fonctionne à la passe, donc moins d’utilisation de FB …

  4. Il est vraiment dommage que le staff ai mit si longtemps à abandonner le jeu au sol en comité.Quand on voit ce qu’a fait Jennings à partir de ce moment là,ça laisse des regrets.J’ai franchement été déçu par André Williams.Il n’a pas progressé depuis sa saison rookie où il avait montré des choses intéressantes.Il ne semble toujours pas capable de lire les blocks et se contente de foncer tout droit.Et bien souvent ça finit dans le dos de ses bloqueurs.Soit il bosse,soit il va voir Darkwa lui piquer le peu de temps de jeu qu’il lui reste.

Les commentaires sont fermés.