Qui est Ben McAdoo ? Partie II

Suite de notre article consacré à Ben McAdoo, notre ancien coordinateur offensif, devenu le 17e head coach des Giants de New York. Au programme de cette partie, un zoom sur les principes de vie qui influencent grandement la façon dont McAdoo voit le métier de coach et le football de manière plus générale.

Ben McAdoo, un coach inspiré par ses principes de vie

                Un football de travailleur 

Si cela peut paraître évident pour un coach, Ben McAdoo est plus qu’un travailleur, c’est un acharné. Du jeune joueur trop gros qui courrait sans cesse au jeune coach, Ben aura toujours impressionné pour son travail. Un fait qui provient assurément de cette mentalité « col-bleu » de cet Etat sidérurgiste et minier qu’est la Pennsylvanie.

« Là-bas on a une vraie fierté autour du travail et de l’éthique. J’ai toujours été l’outsider, donc je me suis habitué à faire profil bas et travailler. Pour moi, tout est question de rêver en grand et travailler dur. » explique McAdoo.

Une anecdote remontant à 2003 illustre parfaitement ce travailleur acharné :

« Ce dont je me rappelle sur Ben, c’est qu’il est le plus gros bosseur avec qui j’ai travaillé. J’ai travaillé avec beaucoup de types bien comme Jon Gruden, et je n’ai jamais compris comment il pouvait travailler autant. Je lui ai demandé d’organiser plus de 10 ans de vidéo de matchs, joueurs…Et il l’a fait. Je n’en revenais pas de la persévérance qu’il a mise dans une telle tâche. » explique Walt Harris, coach de l’Université de Pittsburgh, dans un entretien à The Post.  « C’était incroyable.  Il était affamé à l’idée de devenir un bon coach. » conclut Harris.

Que les fans de Coughlin se rassure, le nouveau coach des Giants semble avoir la même vision concernant l’importance du travail et de l’éthique.

                Apprendre et enseigner

Une des plus grandes caractéristiques pour définir Ben McAdoo et à la fois sa passion pour apprendre et pour enseigner. Qualifié de brillant par tous ceux qui l’ont connu, Ben est toujours dans une démarche d’apprentissage.

 » Je me souviens comment Ben nous rendait fou en réunion. Avec lui c’était toujours : « Qu’est-ce qu’il se passe s’ils jouent ça ou ça ? Nos réunions duraient toujours plus longtemps avec lui. Il voulait tout savoir.  » explique un de ses anciens collègues du lycée d’Homer-City.

Jack Henry, coach de la ligne offensive des Saints en 2004, raconte ce qu’il a retenu de la première expérience de McAdoo au niveau professionnel:

« Je travaillais avec lui quotidiennement. Il était toujours préparé. Il est comme une éponge, il absorbe tout. C’est incroyable tout ce qu’il connait parce qu’il écoute tout ce qui se dit sur le jeu et prend des notes de tout. »

Cette soif d’apprendre, voir même ce que l’on pourrait qualifier d’intelligence footballistique sera sans aucun doute un des éléments du futur style que Ben McAdoo voudra donner à son équipe. Comme il l’a confié lors de sa conférence de presse d’intronisation : « Les meilleurs joueurs sont les joueurs intelligents ». Si pour certain cela peut sembler être une évidence, ceci est loin d’être le cas dans une ligue qui vante les qualités athlétiques des joueurs et avec un GM qui a souvent misé sur les monstres physiques par le passé.

Mais cette connaissance ne servirait à rien si elle n’était pas transmise à ses joueurs. C’est en tout cas comme ça que McAdoo voit le football :

« Quand je regarde en arrière, la chose la plus importante que j’ai apprise en tant que coach, c’est que vous devez être un professeur. Vous devez trouver le moyen de faire comprendre le jeu. » explique le nouveau HC des Giants dans une interview pour un journal local de Green Bay.

Une affirmation que confirme Eli Manning :

« C’est un excellent professeur. Je suis excité à l’idée de continuer avec lui. »

On peut donc s’attendre à ce que Ben McAdoo passe plus de temps en séance à expliquer ce qu’il attend de ses joueurs. Un aspect que Coughlin avait laissé à ses coordinateurs ces dernières années. A ce titre, on peut aussi espérer que cet aspect le poussera à orienter Reese dans des choix de joueurs peut-être moins fort physiquement mais plus apte techniquement.

                Un esprit offensif

L’histoire de Ben McAdoo illustre cet esprit offensif. Du jeune lycéen qui provoquait sur la ligne de scrimmage ses adverses au jeune homme qui roulait des heures et des heures pour obtenir un poste, en passant par le coordinateur offensif imposant le up-tempo, Ben McAdoo a une vision offensive de la vie. Une vision qui se répercute dans son football. Comme il l’a souvent dit, il faut aller chercher les choses pour les obtenir. A ce titre, il pourrait rappeler Bruce Arians qui déclarait dans un récent A Football Life « No risk, no biscuit ».

On peut donc s’attendre à ce que les Giants tentent un peu plus de 4e tentatives dans le futur ou jouent un peu moins conservateur que par le passé.

Vous l’aurez remarqué, McAdoo a une certaine préférence pour le jeu de passe, héritage philosophique de son mentor Mike McCarthy. Sa promotion ne devrait pas changer cette vision up-tempo et plus aérienne.

Si l’on a évoqué avec vous ces grandes caractéristiques du profil de Ben McAdoo c’est parce que le coach voit le football ainsi. Pour lui, avant même de parler de tactiques et de schémas il faut d’abord passer par des étapes bien précises qu’il a résumé dans un entretien accordé au site web des Giants après son intronisation :

« Le Football est la dernière chose que vous faites. Vous devez d’abord créer un environnement de travail en vous entourant de gens intègres. Un environnement qui va permettre à chacun de réussir. Pour ça, vous devez vous assurer qu’ils peuvent s’épanouir et avoir accès à un environnement où on enseigne et on leur apprend. Puis l’on passe à notre philosophie : qu’est-ce qui est important ? Comment nous voulons jouer ? Notre vision de ce sport ? etc… Et enfin on s’occuper des compositions, assignements, schémas… »

3 réflexions au sujet de « Qui est Ben McAdoo ? Partie II »

  1. J’adore Coughlin, son côté « autoritaire », demandant de la discipline et la vision qu’il a de l’importance du travail et de l’éthique.

    Là, j’adorais déjà McAdoo pour ses schémas et son style de jeu, quand je vois qu’il partage beaucoup de « principes » que Coughlin avait, j’aime encore plus !

  2. McAdoo est fort pour apprendre et enseigner… Il aura finalement apprit a Eli a pas faire delai of game et a comprendre que joué a 4 RB c est complètement stupide.

    Et sa gestion de match, de l horloge était complètement nul. A t-il un plan pour qu on est un run game?

    McAdoo est peut être fort techniquement coté passe et il a un beau discourt (un beau parleur) je dirais pas le contraire. Mais sa reste a prouvé avec des TD au score bord. Accumulé les yds donne rien si tu marque pas de TD et si tu sors pas du match avec la victoire.

    J ai des doutes sur sa capacité a dirigé l équipe entière, les situations de match, la pression.

    Bref je concède que McAdoo est un bon un tacticien. Mais le football est pas juste une question de théorie, shémas etc…

Les commentaires sont fermés.