Le siège de Jerry Reese commencerait-il à chauffer? – 2e partie

Crédit photo: Bleacher Report

Après avoir fait le bilan de Jerry Reese à la draft, tournons nous vers la free agency et la gestion des contrats.

Avant de succéder à Ernie Accorsi, Reese avait le titre de Director of Pro Personel. Autrement dit, il était en charge de signer de nouveaux joueurs trouvés via la free agency et gérer les contrats des joueurs déjà dans l’équipe. Je ne saurais vous dire si il jouait un rôle dans la conclusion des échanges sous Accorsi mais depuis qu’il est GM, c’est lui qui les valide. Si je prends la peine de vous dire tout ça c’est pour montrer qu’en matière de free agency et contrat, Reese a de l’expérience et sait y faire.

Faisons d’abord le bilan de la free agency avant d’évaluer la gestion des contrats.

LA FREE AGENCY

Depuis qu’il est GM, Reese n’a jamais été du genre à faire beaucoup de bruit en free agency. Contrairement à d’autres équipes, le front office des Gmen reste à l’écart des surenchères que font certaines équipes pour des gros noms du marché des unrestricted free agent. Au contraire, Reese privilégie généralement des joueurs second rang en terme de valeur de free agency.

Mais est ce que cette stratégie a été payante au cours des années ? Car si se tenir à l’écart des grands noms permet de faire des économies et de signer plus de joueurs moins chers, ce choix réduit également les chances de renforcer l’effectif avec un joueur talentueux.

Analysons certaines transactions marquantes des Giants en free agency sous le règne de Reese. J’ai éliminé volontairement les petites signatures.

Les mauvais coups:

  • C David Baas (2011): Cette signature était le résultat du déclin mal anticipé de Shaun O’Hara. Baas avait signé un contrat de 5 ans pour 27,5 M$ (8,5 M$). Si la part garantie était faible, le contrat dans sa totalité restait élevée pour un joueur du calibre de Baas. Ce n’était pas un joueur mauvais mais il atteignait rapidement ses limites. Par ailleurs, il était souvent blessé. Les Giants l’ont coupé en 2014.
  • C JD Walton (2014): Après Baas, Walton. Celui-ci n’a pas coûté bien cher (2 ans pour 6 M$) car il avait raté quelques saisons à cause de diverses blessures. Finalement c’était un pari loupé pour les Giants.
  • LB Jameel McClain (2014): Une autre signature peu chère (2 ans pour 4,5 millions $). Cependant l’ancien Raven n’a finalement joué qu’une seule saison avec Big Blue avant de se faire couper.

Les signatures ni bonnes ni mauvaises:

  • LB Michael Boley (2009): L’ancien LB des Falcons était censé venir renforcer le corps de LB pour la modique somme de 25 millions $ sur 5 ans (à titre de comparaison, Bart Scott avait signé avec les Jets pour 48 M $ sur 6 ans). Occasionnellement blessé, Boley jouait correctement mais sans plus. Boley aura joué 4 ans pour les Giants comme titulaire.
  • DT Chris Canty (2009): Canty avait été signé pour 6 ans à 42 millions dont 17,5 millions $. Sa contribution aux Giants a été plus importante que celle de Boley mais les blessures se sont souvent mises en travers de son chemin. Il a été coupé en 2013 car son contrat devenait trop lourd à supporter.

Les bonnes affaires:

  • S Antrel Rolle (2010): Si Reese n’a pas l’habitude de se jeter sur les gros poissons de la free agency, Rolle est une exception. Quand l’ancien Cardinal a signé à New York, il est devenu l’un des safeties les mieux payés de la ligue avec 37 millions $ sur 5 ans. Les Giants ayant souffert une année avec CC Brown(aka Can’t Cover Brown) comme safety titulaire, Reese a voulu boucher le trou qu’il y avait au poste de safety.
    L’adaptation de Rolle chez les Giants n’a pas été toute douce mais au final ce joueur était un leader défensif exceptionnel et capable occasionnellement d’un big play.
  • P Steve Weatherford (2011): Généralement on s’en fiche un peu du punter mais quand on passe de Matt Dodge à Weatherford, on s’en fiche pas. Les Giants ont énormément profité de la signature de l’ancien Jet jusqu’en 2014.
  • K Josh Brown (2013): Comme Weatherford, son contrat ne pèse pas beaucoup mais Brown a quand même rapporté de gros dividendes aux Giants en 2 ans et demi.
  • DT Cullen Jenkins (2013): L’avantage de signer un joueur de plus de 30 ans, c’est qu’il est généralement pas cher. Dans le cas de Jenkins c’était 3 ans pour 8 millions. Et bien qu’au cours de sa carrière avec les Giants, Jenkins a été occasionnellement, je trouve que le rapport productivité/coût est très favorable à Big Blue.

Et pour les signatures suivantes, le jury délibère encore mais une tendance se dégage déjà:

  • OG Geoff Schwartz (2014): 4,2 millions par an c’est cher pour un joueur qui passe plus de temps à l’infirmerie que sur le terrain…
  • RB Rashad Jennings (2014): Signature pas chère pour une productivité satisfaisante. Dommage qu’on ait pas la ligne offensive qu’il faut pour en profiter un peu plus.
  • CB Dominique Rodgers-Cromartie (2014): Je pense que je n’ai pas vraiment besoin de vous convaincre pour cette signature. DRC n’a pas coûté très cher (5 ans pour 39 M$) et sa production sur le terrain est plus que bonne.

Mais notre analyse de la free agency ne serait pas complète si on ne s’intéressait pas aux joueurs que Reese a perdu en free agency.

Il faut bien avouer que la plupart du temps, quand Reese décide de se séparer d’un joueur, c’est qu’il est certain que ce dernier ne vaut pas la peine d’être gardé. La liste est longue: Jim Finn (2008), Derrick Ward (2009), Amani Toomer (2009), Kevin Boss (2011), Brandon Jacobs (2012), Mario Manningham (2012), Osi Umenyiora (2013), Hakeem Nicks (2014), Henry Hynoski (2015), etc…

Il y a tout de même des exemples de Gmen partis vers de nouvelles aventures qui ont bien réussi. On pense notamment à DT Barry Cofield qui a joué 3 ans pour les Redskins et actuellement DT Linval Joseph qui a une bonne carrière chez les Vikings. Cependant ces choix s’expliquent par la présence de joueurs capables d’assurer la relève pour beaucoup moins cher (Joseph a remplacé Cofield, et Jonathan Hankins a remplacé Joseph). Cependant Reese est très critiqué (par moi inclus) pour ces décisions d’avoir laissé filer Martellus Bennett alors que les Giants avaient besoin d’aide au poste de TE et Antrel Rolle alors qu’il y avait un manque d’expérience grave au poste de S.

GESTION DES CONTRATS

Pour ce qui est de la gestion des contrats, Reese a toujours su faire ce qu’il fallait. Tout d’abord, il faut noter qu’il ne restructure pas n’importe comment comme certains GM (*cough cough* Jerry Jones ! *cough cough*). Par ailleurs, il a souvent maintenu des joueurs en négociant des réductions salariales, ce qui n’est pas négligeable.

Côté négociations, Reese n’a rien à envier à personne. Il a pourtant eu quelques négociations compliquées. On se rappelle tout d’abord de la négociation de l’extension de Plaxico Burress en 2008. Ce dernier avait séché le training camp pour obtenir une extension de 5 ans pour 35 millions. Malheureusement pour Reese, Plaxico se tira littéralement une balle dans la jambe obligeant les Giants à le couper.

Il y avait également la négociation de la première extension d’Eli Manning. Dans ce genre de négo, le QB a généralement l’avantage car il sait que l’équipe fera tout pour le garder. Reese est quand même parvenu à obtenir un deal équilibré pour l’équipe (6 ans pour 97 M$). Il l’a prouvé à nouveau avec la 2nde extension d’Eli Manning en 2015 (4 ans pour 84 M$).

En 2012, la négociation entre Reese et Victor Cruz nous occupa tout l’été. Ce dernier visait un contrat de 11-12 millions par an et les Giants proposaient 5-6 millions. Finalement Cruz signa un contrat de 6 ans pour 46 millions $ soit 7,6 millions par an. Good job Jerry !

Par contre, la négociation de l’extension de Jon Beason a clairement tourné à l’avantage du MLB. Reese a laissé Beason tester le marché alors qu’ils continuaient à négocier son extension. Finalement les Giants ont cédé aux demandes de Beason en lui faisant signer un contrat de 3 ans pour 17 M$ dont 4,4 M$. Le contrat ne semble pas énorme en soi mais pour un joueur aussi souvent blessé que Beason, ça l’est. Mais Reese était tellement désespéré d’avoir un bon LB qu’il a cédé. C’est là qu’on voit que l’incapacité de Reese à trouver de bons LB via la draft coûte cher aux Giants.

Enfin, on peut parler de la négociation du contrat de Jason Pierre-Paul. Les Giants avaient utilisé le franchise tag pour avoir plus de temps pour négocier avec le DE mais en juillet rien n’était réglé. Puis il y a eu le fameux accident du 4 juillet qui fit partir en éclat la main droite de JPP mais aussi la dernière proposition des Giants: 60 M$ sur 5 ans soit 12 M$/an (oui, je sais: la vanne était facile ^^). On ne saura jamais si Reese aurait fini par céder aux 15 millions par an demandés par JPP mais son passif suggère que le contrat final aurait été plus proche des 12 millions que des 15.

Reste à voir comment Reese abordera la négo en 2016. Il avait trouvé un moyen de garder des joueurs revenant de blessures graves (Terrell Thomas et Mathias Kiwanuka) tout en protégeant les intérêts de l’équipe. Mais ces joueurs n’étaient pas aussi talentueux que JPP donc ça risque d’être un peu plus difficile cette fois.

CONCLUSION:

On arrive au bout d’un article TRES LONG donc je vais conclure rapidement: côté free agency et gestion de contrats, Reese sait ce qu’il fait. Ses free agencies ne sont pas flashy mais si vous regardez toutes les franchises bien gérées comme les Packers, Patriots, Steelers ou encore Ravens, c’est pareil. Il y a certes quelques erreurs dans les choix du GM comme Baas ou Bennett mais à part ça, je ne pense pas que l’on puisse reprocher grand chose à Reese dans ce domaine.

J’ai rajouté un sondage dans le premier article pour que vous puissiez noter le bilan de Reese à la draft donc je vous invite à y retourné en cliquant sur ce lien.

Et notez ici le bilan de Reese en free agency et gestion de contrat.

2 réflexions au sujet de « Le siège de Jerry Reese commencerait-il à chauffer? – 2e partie »

  1. L’an passé il avait fait une bonne FA, avec DRC, Thurmond, Bowman, Jennings, Ayers, c’était la fête chez moi, sauf que Thurmond et Bowman un an seulement … l’an d’après tout est gâché, il vire Rolle, puis Bowman, Thurmond arrivent en fin de contrat. Thurmond et Bowman en CB c’est mieux que Wade, Hosley, McBride.
    Thurmond en S c’est mieux que Dahl ou Meriweather, alors imaginons associé à Rolle ce que ça aurait pu donner.

Les commentaires sont fermés.