Bilan par position 2014: Quarterback

#10 Eli Manning: 16 matchs joués, 16 titularisations, 379/601 (63,1%), 4410 yards, 30 TD, 14 interceptions, 28 sacks encaissés, 12 courses pour 31 yards et 1 TD, 7 fumbles, 2 ballons perdus

Pour ceux qui ne s’en rappellent pas, voici les stats de Nelson (oui depuis que j’ai appris que c’était son second nom, j’ai décidé de le nommer ainsi occassionnellement) en 2013: 16 matchs joués, 16 titularisations, 317/551 (57,5%), 3818 yards, 18 TD, 27 interceptions, 39 sacks, 7 fumbles, 2 ballons perdus.

Difficile de ne pas regarder la saison 2014 et ne pas parler de progrès quand on la compare à 2013.

Mais la saison de Nelson n’a pas été toute rose. Elle a été en quelque sorte, à l’image de l’attaque des Giants: catastrophique au départ (3 TD pour 4 INT et 2 défaites) puis on a commencé à voir de très belles choses (11 TD pour 1 INT et 3-2) avant d’assister à une rechute rude contre les 49ers lorsqu’il lança 5 interceptions en un match (un autre record pour Nelson).

Mais après cet énorme faux pas, la seconde partie de saison d’Eli s’est déroulée sans gros accrocs. Il faut dire qu’une fois le choc de la perte de Victor Cruz passé et avec Odell Beckham à l’aise dans ses baskets et dans ses gants, Eli était de retour. C’est simple: ce QB que certains disent couillus tandis que d’autres le qualifient d’inconscient, pouvait se remettre à lancer des passes osées en se disant que le receveur à l’autre bout de la passe avait une réelle chance d’attraper le balon.

Il ne faut pas chercher midi à quatorze heure: l’arrivée d’OBJ a fait le plus grand bien à Eli qui a défaut de pouvoir compter sur les mains beurrées de Larry Donnell ou encore la protection sur courant alternatif de son OL, pouvait au moins ce dire que même si OBJ était en triple coverage avec tout le stade en train de lui faire une interférence de passe, ce dernier attraperait le ballon.

Autre chose qui a aussi énormément aidé Eli dans sa progression, c’est l’implantation de la West Coast Offense de Ben McAdoo chez les Giants. Cette année, on a vu Eli lancer beaucoup plus de passes courtes avec un fort pourcentage de réussite. D’ailleurs, il signe sa meilleure saison en termes de taux de passes complétées avec 8 matchs à plus de 65% dont 5 à plus de 75%. C’est aussi la première fois qu’il tente (601) et complète (379) autant de passes en une saison.

Côté TD, Eli réalise sa 2nde saison avec au moins 30 TD et pendant une partie de la saison il était même permis de penser qu’il finirait la saison avec moins de 10 interceptions. Mais voilà, ce match contre les 49ers (pour rappel, 5 interceptions) fait vraiment tâche.

Alors est ce que le fait qu’Eli ait d’excellents receveurs et un système favorable fait de lui un system QB qui ne vaut plus rien. Non, je ne pense pas qu’il faille aller jusque là. Le mythe du QB qui porte toute son équipe et son coaching staff sur le dos n’existe pas. Tom Brady est aussi un QB qui joue dans un système de passe vachement safe. Peyton Manning et Tony Romo ont aussi de sacrés receveurs à leur disposition. Et pourtant, on ne va pas dire que sans ces éléments ces joueurs là ne valent rien.

Au final, Eli restera Eli (ou plutôt Nelson restera Nelson): un QB qui n’a pas froid aux yeux et prend des risques. On ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, comme on dit. A côté de ça, il continue d’être un sacré leader pour l’équipe.

Note finale: A-
Si on enlève les 5 interceptions contre SF, le A serait largement mérité.

#9 Ryan Nassib: 4 matchs joués, 4/5 (80%), 60 yards, 1 fumble

Finalement c’est le backup qui aura été à la hauteur de l’objectif fixé par l’ancien QB coach des Giants qui voulait qu’Eli ait une moyenne de 70% de passes complétées pendant la saison. Bon forcément, c’est beaucoup plus facile quand on lance 120 fois moins le ballon que son coéquipier.

Il n’y a pas grand chose à dire de Nassib si ce n’est qu’il semble avoir eu une certaine aisance dans le système McAdoo durant la présaison.

A voir si il continue à progresser avec comme objectif (pourquoi pas) de succéder à Nelson un jour.

Note finale: Incomplet
Comment noter un joueur qui ne joue pas? En tout cas il reçoit une bonne appréciation pour sa présaison.

Note globale de l’escouade: A
Le choix des Giants de prendre Nassib comme backup QB vient remonter la note globale de l’escouade.

12 réflexions au sujet de « Bilan par position 2014: Quarterback »

  1. Pour moi comme pour une petite majorité visiblement, Eli ne mérite tout simplement pas de A mais un B du fait de la fiche de 6-10 que les Gmen nous ont rendu.
    A part OBJ, je ne vois pas de joueur de l’effectif (OFF et DEF confondu) qui mérite un A ; ce n’est pas un hasard si OBJ a d’ailleurs été le seul à faire le voyage au pro-bowl même si cette sélection reste symbolique du fait de l’étendue des défections (blessures et SB).
    Eli ne mérite pas de A ensuite car s’il a effectivement progressé dans le domaine du leading, il n’a toujours pas à mes yeux l’étoffe d’un grand leader charismatique capable de l’ouvrir dans les vestiaires. Il est hyper pro, sait encaisser les coups pour les autres mais on l’a tout de même vu plus résigné que révolté cette saison.
    Enfin Eli ne mérite pas de A car je ne crois pas (ou je ne m’en souviens plus) l’avoir vu lancer et surtout compléter ne serait-ce qu’une passe alors qu’il était en mouvement cette saison ; ce qui dans le système McAdo et surtout derrière une OL aussi irrégulière que la notre aurait été du plus grand secours cette saison.
    Je suis curieux de connaître les arguments des autres qui ont également mis B.
    Laurandle

    • A, B, C je m’en fou tant que c’est justifié derrière mais dire qu’on ne peut pas mettre A à Eli parce que l’équipe à fait 6-10 je ne comprend pas là …

      • La fiche c’est tout simplement un des moyens d’évaluer la perf d’un team tant collectivement qu’individuellement, finir avec le 9e choix à la draft et dire qu’on a des A à certains postes me pose pb, après 2 saisons sans play-offs, il faut que TOUT le monde se remette en cause et dire qu’Eli mérite un B participe de cela car ses perf indiv qui se transcrivent au collectif.

      • Perso je mettrais plus notre bilan de 6-10 sur le dos de l’escouade défensive que offensive, Eli a fait une belle saison je trouve.

      • Le QB est un facteur déterminant dans un team, on va pas épiloguer, il compte énormément dans les résultats obtenus, c’est pour ça qu’ils sont payés des fortunes.
        On ne peut donc pas dire quand tout va bien merci grand, lui verser un contrat en or et quand ça va moins bien c’est pas ta faute mec, t’as fait du good job, ressert nous la même saison ;
        il doit lui aussi se remettre en cause et progresser encore.
        Je me répète mais lancer en mouvement reste son gros point faible, avec la mobilité de Rogers ça aurait été PO assurés ces 2 dernières années😉
        Il n’y a plus débat depuis 2 ans, Eli n’est plus un QB élite, et il ne mérite pas plus de B pour cela.

      • Je suis d’accord avec Laurent, j’ai mis C à Eli. Certes il y a du progrès, mais Eli nous a coûté une victoire face aux 49ers.
        Il a été incapable de sortir un drive de la victoire face aux Cowboys (2e match), face aux Eagles (2e match alors que la def lui donne 2 drives pour qu’on passe devant), et face aux Jaguars il ne tue pas le match.
        Certes il ne joue pas seul en attaque, mais y’a un moment où il est le QB et c’est donc à lui d’aller chercher les victoires aussi.
        Au final sur le bilan de 6-10, on perd clairement un match à cause de lui (49ers) et 3 matchs étaient à notre portée… ça aurait fait un bilan de 10-6 et non 6-10

    • Personnellement pour donné un A faut que le joueur est joué au top de son talent. Qu il soit constant, fiable, lead le jeu, qu il soit dominant etc…

      Eli a eu des haut et des bas. Et les haut son arrivé avec OBJ.

  2. Ping : Bilan par position 2014: Running Back | Big Blue Blog

  3. Ping : Bilan par position 2014: Wide receivers | Big Blue Blog

  4. Ping : Bilan par position 2014: Tight Ends | Big Blue Blog

Les commentaires sont fermés.