Les Giants ajoutent 5 joueurs sur l’IR

Oui, oui! Vous avez bien lu, 5 joueurs sur l’IR pour Big Blue à l’issue d’un seul match.

Qu’on soit bien d’accord, toutes les équipes souffrent de blessures. Mais aucune ne peut prétendre avoir autant de blessés que les Giants. Pour vous donner une idée, certaines équipes ne mettent même pas 5 joueurs sur leur IR en une saison. Chez Big Blue, on y parvient en un seul match!

Les nouveaux invités de l’infirmerie sont DE Robert Ayers, DE Mathias Kiwanuka, OL Adam Snyder, LB Terrell Manning et G Geoff Schwartz. Ce nouvel arrivage de blessés porte à 20 le nombre de joueurs placés sur l’IR par les Giants cette saison.

Ce n’est pas la première fois que les Giants sont autant ravagés par les blessures mais ça n’a jamais été dans de telles proportions.

Alors comment se fait il que les Giants aient toujours autant de blessés graves saisons après saisons? Le coaching staff prépare mal ses joueurs physiquement? Le staff médical n’est pas à la hauteur? Ou alors les Giants n’ont ils juste pas de chance? Difficile à dire.

Du coup les Giants ont signé RB Chris Ogbonnaya et promu du practice squd G Eric Herman, DT Dominique Hamilton et LB James Davidson.

 

5 réflexions au sujet de « Les Giants ajoutent 5 joueurs sur l’IR »

  1. La question des responsabilité est à imputer aux personnes que cite Thiergow (le coaching staff qui doit quelque part pêcher dans la prépa physique de ses athlètes).

    J’ajoute aussi les joueurs qui veulent avant tout jouer sans forcément se laisser le temps de la guérison ou encore qui ne font pas tout ce qu’il faut pour durer dans cette ligue, je pense à Tiki Barber que l’on peut décrier depuis sa retraite mais qui était irréprochable en activité quand il s’imposait un programme de malade à l’inter-saison avec des courses en côtes interminables sans lesquelles il n’aurait sans doute pas fait long-feu vu son gabarit.

    J’ajoute aussi le GM et les proprios qui peut-être recrutent des joueurs dont il existe des doutes sur le physique (on fait des paris à la draft en récupérant parfois tardivement des joueurs dont les blessures antérieures pouvaient laisser envisager les rechutes (comme un ex DB dont j’ai oublié le nom et victime de 3 entorses du genou dont une en université) ou encore des FA qui présentent peut-être des fragilités (Beason…).
    Et puis il y a bel et bien la poisse (20 blessés !) qui fait que quand ça veut pas sourire, ça veut pas sourire (Wilson et son cou, les blessures des OL qui sont souvent liées à la malchance…).

  2. Quand je vois certaines blessures musculaires, je me dis que la préparation y est pour quelque chose quand même

    • C’est (enfin) en ligne, je suis désolé, j’ai été pas mal débordé. (Mais on vous a fait un podcast cette semaine donc j’espère que vous allez me pardonner)

Les commentaires sont fermés.