NFC Eastory: Les années 50

Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moment incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.

Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Les Peaux Rouges, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

La fin de l’ère Steve Owen:

En 1950, les Giants retrouvèrent le chemin de la victoire avec 10 matchs gagnés et seulement 2 défaites. Cette année là, HB Gene « Choo-Choo » Roberts fixa un record de franchise en courant pour 218 yards en un match (ce record a tenu pendant 50 ans) le 12 novembre 1950. Les Giants perdirent en finale contre les Cleveland Browns qu’ils avaient pourtant battu 2 fois durant la saison régulière.

La saison suivante (1951), les Gmen terminèrent la saison avec un registre de 9 victoires, 1 nul et 2 défaites contre leur rival de division, les Cleveland Browns, qui les empêcha d’accéder à la finale du championnat. Cette année là, le FB Eddie Price mena la ligue à la course et fixa un record de la Ligue en terme de courses tentées en une saison. D’autres individualités de l’équipe s’illustrèrentau point d’être sélectionnés dans l’équipe All Pro: DL Arnie Weinmeister et Al Derogatis, LB Jon Baker et OT Tex Coulter.

Frank Gifford

Pour une 3e saison consécutive (1952), les Giants terminèrent avec un ratio positif mais tout de même décevant par rapport à la saison précédente. En effet, Big Blue remporta 7 rencontres pour 5 perdues. Malgré cette déception du collectif, Emlen Tunnell continuait d’impressionner « Tunnell retournait des interceptions, punts et kickoff avec un tel flair électrique qu’il a a dépassé le meilleur joueur offensif avec le plus de yards à la course » selon une publication. En effet, Tunnell cumula 924 yards (interceptions, punt returns et kickoff returns) tandis que le meilleur coureur cette année là n’avait que 894 yards.
Autre fait marquant de la saison, ou plutôt de l’intersaison: c’est lors de la draft 1952 que les Giants sélectionnèrent dans le premier tour Frank Gifford, le golden boy venu South California.

1953 fut la dernière année du long règne de Steve Owen. C’est sur une note plus que décevante que le légendaire head coach quitta Big Blue puisque son équipe ne remporta que 3 victoires pour 9 défaites dont une déculottée en bonne et due forme par les Browns: 62-14. Cette année là, Gifford dû jouer tant en attaque qu’en défense dû à un manque de joueurs dans l’effectif. Ceci lui valu d’être sélectionné pour la première fois de sa carrière au Pro Bowl et dans l’équipe All Pro (en tout Gifford fut sélectionné 8 fois au Pro Bowl et nommé All Pro 6 fois).

Après un peu plus de 23 ans sous la tutelle de Steve Owen, Wellington et Jack Mara décidèrent de licencier le coach qui apporta tant à la franchise (son ratio victoires/défaites de 153–108–17 n’a jamais été égalé jusqu’à présent). Wellington Mara qui commençait à avoir un contrôle de plus en plus important de l’équipe décrit le licenciement d’Owen comme « la décision la plus difficile qu’il ait eu à prendre ».

Jim Lee Howell et les Hall of Famers:

Vince Lombardi et Tom Landry

C’est donc Jim Lee Howell qui repris les rênes de l’équipe en amenant avec lui un certain Vince Lombardi qui donna plus tard son nom au trophée tant prisé par toute la Ligue. Ce changement de staff bénéficia tout particulièrement à Frank Gifford qui fut déplacé de manière permanente au poste de Tailback par Lombardi. Pour cette première saison sous les ordres d’Howell, les Giants remportèrent 7 matchs et en perdirent 5 (1954).

L’année 1955 marqua la 31e et ultime saison des Giants aux Polo Grounds. Big Blue termina la saison avec 6 victoires pour 1 défaite et 1 nul.

Après avoir dit adieux au stade de Polo Grounds, les Giants jouèrent leurs matchs de la saison 1956 au Yankee Stadium et remportèrent l’Eastern Division avec 8 victoires, 3 défaites et 1 nul leur offrant un ticket pour la finale du championnat contre les Chicago. Comme il y a 22 ans, la finale se joua sur un terrain glacé et les Giants réutilisèrent la tactique du « Sneakers Game » et remportèrent le titre de champion sur un score de 47 à 7.
L’équipe ayant remporté le 4e titre de l’histoire des Giants est aujourd’hui encore connue grâce au nombre de Hall of Famers l’ayant composé. Tout d’abord, sur le terrain on pouvait trouver le MVP de la saison, Frank Gifford mais aussi LB Sam Huff, OT Roosevelt Brown, RB Kyle Rote et K Pat Summerall,. Sur la touche, le coaching staff toujours mené par Howell comportait dans ses rangs 2 coordinateurs bien connus: le légendaire Vince Lombardi en attaque et le futur premier head coach des Cowboys, Tom Landry en défense (à eux 2, ils cumulent 7 titres de champion en tant que head coach). Avec de tels coordinateurs, Howell avait bien raison de les laisser s’occuper du coaching tandis que lui gérait l’administration général de l’équipe.
Tom Landry est connu pour avoir été l’inventeur de la défense 4-3. Cette défense était faite à la base pour mieux contrer le Jim Brown, le RB Hall of Famer des Cleveland Brown. En plaçant à Sam Huff derrière la ligne défensive, ce schéma permettait au LB d’avoir une meilleure vue de l’adversaire tandis que la ligne se chargeait de lui ouvrir des brèches pour qu’il atteigne plus facilement le porteur ballon. Avec des joueurs comme Andy Robustelli et Huff, l’escouade défensive des Giants était tellement performante que le public new yorkais se mis à joindre leur effort en scandant pour la première le bien connu « DE-FENSE! » aux moments critiques du match.

En 1957, les Giants avaient bien commencé avec un bilan de 7-2 sur les 9 premiers matchs mais une série de 3 défaites en fin de saison ramena le bilan à 7-5 pour la 2e place dans la division derrière les Cleveland Browns.

La saison suivante (1958), le titre de la division se joua encore entre les Browns et les Giants lors d’un match déterminant. Grâce à une victoire de 10 à 0 contre Cleveland (Jim Brown fut limité à 8 yards lors de ce match), les Giants terminèrent la saison régulière avec 9 victoires pour 3 défaites, les propulsant encore une fois à la finale du championnat.

The Greatest Game Ever Played

Le grand Johnny Unitas lors de la finale de 1958

Tel est le nom que l’on donne aujourd’hui encore à la finale du championnat de 1958 opposant les New York Giants aux Baltimore Colts du grand Johnny Unitas devant une foule de 64 185 supporters rassemblés au Yankee Stadium. Si cette rencontre a tant marqué l’histoire de la NFL et est vu comme le point de départ de la montée de popularité de la NFL dans le monde du sport américain c’est grâce à 2 choses:

  • Cette finale était diffusée à une échelle nationale par la chaîne NBC
  • Il s’agit du premier match de playoffs dans l’histoire de la Ligue à aller en prolongations.

Le match en lui même était de haut niveau mais comme les images valent toujours mieux que des paroles, je vous ai dégoté une vidéo sur cette grande finale:

L’histoire voudra que les Giants et Colts se rencontrent encore une fois lors de la finale du championnat de 1959. Cette année là, les Giants terminèrent la saison 1959 encore une fois avec un bilan de 9 victoires et 3 défaites alors qu’ils étaient menés par Charlie Conerly qui fut élu MVP de la Ligue grâce à ses 1 706 yards à la passe, 14 TD et 4 interceptions.
Malheureusement pour Big Blue, cette 2e rencontre face à Baltimore résulta encore en une défaite mais cette fois bien moins dramatique puisque les hommes d’Unitas remportèrent le titre 31 à 16.

Si nous faisons le point sur les rencontres avec nos rivaux durant les années 50:

  • Les Giants et les Eagles se rencontrèrent 20 fois durant cette période et ce sont les Giants qui cette fois l’emportent de justesse avec 13 victoires et 7 défaites.
  • Les Giants et les Redskins s’affrontèrent 20 fois pendant les années 50 et pour la 3e décennie consécutive, les Gmen menèrent la danse 15 à 5.

Les années 30 : Giants | Redskins | Eagles |
Les années 40 : Giants | Redskins | Eagles |
Les années 50 : Giants | Redskins | Eagles |
Les années 60 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 70 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 80 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 90 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 2000 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 2010 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

3 réflexions au sujet de « NFC Eastory: Les années 50 »

  1. Ping : NFC Eastory : Les Années 1970 (5) | Bourgogne et Or

Les commentaires sont fermés.