NFC Eastory: La genèse de Big Blue (1925-1939)

Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moment incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.

Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Les Peaux Rouges, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

La naissance de la franchise new yorkaise après plusieurs fausses couches:

C’est dans le but de développer le football professionnel alors naissant (c’est en 1920 que plusieurs équipes professionnelles de football se réunirent dans le but de créer une ligue structurée), que Joseph Carr – président de la NFL à l’époque – cherchait à installer une franchise dans une grande ville comme New York. Ce ne fut pas la première fois que l’on chercha à créer une franchise à New York. Déjà en 1919, Charles Stoneham – propriétaire de l’équipe de baseball, les New York Giants (désormais San Francisco Giants) – qui tenta pour la première fois de créer une équipe de football à New York mais échoua avant même que le premier match des Giants ne soit joué. En 1921, Billy Gibson tenta une seconde fois d’installer une équipe professionnelle dans la Grosse Pomme en créant les Brickley Giants. Cependant cette équipe disparu après une saison de 2 matchs sans le moindre point marqué.

Tim Mara

Carr s’adressa donc dans un premier temps à Gibson qui refusa de retenter l’aventure une 2e fois mais proposa au président de la NFL de se tourner vers un bookmaker et promoteur new yorkais du nom de Tim Mara. Se laissant convaincre, Mara investit 500$ à l’époque (aujourd’hui cela correspondrait à plus de 6 500 $) dans la création de la franchise plutôt que d’investir cet argent dans le boxeur poids lourd Gene Tunney. Le créateur des New York Football Giants (nom légal de la franchise destiné à la distinguer de l’équipe de baseball de l’époque portant le même nom) déclara qu' »avoir une franchise exclusive à New York vaut bien 500 $ ».

Des débuts glorieux et pourtant difficiles:

C’est donc le 4 octobre 1925 que le tout premier match des New York Football Giants fut joué dans le Connecticut contre les All New Britain devant une foule de 10 000 personnes. Les Giants remportèrent la rencontre 26 à 0. Mara arriva rapidement au constat que sa nouvelle franchise manquait de tout: stade, équipement mais surtout joueurs et coaches. Il reçu l’aide de Harry March qui faisait partie du groupe l’ayant convaincu de créer la franchise. March devint le secrétaire général de l’équipe et se chargeait de toutes les décisions de personnel.

Jim Thorpe

Tandis que Tim Mara décida de louer le stade des Polo Grounds pour en faire le domicile des Giants, March axait sa stratégie sur la signature d’anciennes stars du football universitaire tel que Jim Thorpe, afin de remplir le stade. Cependant à 37 ans, Thorpe était loin d’avoir les jambes d’antan. Les Giants lui proposèrent donc de ne jouer que des bouts de matchs dans un premier temps, puis de passer à des matchs complets une fois qu’il serait en forme. Malheureusement Thorpe dû mettre fin à sa carrière juste après avoir subi une blessure lors du premier match. L’absence de la vedette universitaire se fit bien entendu ressentir dans les finances de l’équipe. La première saison (1925) des Giants s’acheva quand même sur un registre de 8 victoires pour 4 défaites. Cependant l’équipe étant dans un tel gouffre financier, les joueurs n’étaient pas très bien payés (on est à des années lumières de ce que l’on connaît aujourd’hui) et par conséquent avaient un second travail qui leur permettait de survivre. La seconde activité des joueurs portait naturellement préjudice à la préparation des matchs (l’équipe avait des entraînements abrégés pour permettre aux joueurs de travailler). Sans oublier que face à la concurrence de sports bien plus populaires tels que la boxe et le baseball, les Giants peinaient à remplir leur stade. En tout et pour tout, Tim Mara tira 25 000 $ (soit plus de 300 000 $ aujourd’hui) supplémentaires de sa poche pour maintenir l’équipe en vie. Ce n’est qu’à partir de l’onzième rencontre de leur première saison que les Giants purent bénéficier d’un sursaut financier: en effet, la rencontre opposant les Giants aux Chicago Bears aux Polo Grounds draina 73 000 personnes dans le stade (un record pour l’époque) et 20 000 personnes supplémentaires se virent refuser une entrée car le stade était plein. La raison d’une telle affluence: Red Grange, aka The Galloping Ghost (le Fantôme Galopant), le halfback vedette des Bears sorti de l’université d’Illinois. Cette rencontre fut non seulement une victoire pour les joueurs de New York mais aussi pour la santé financière de l’équipe. La seconde saison (1926) des Giants se termina encore une fois sur une note positive (8-4-1) mais l’équipe perdit selon le New York Times plus de 50 000 $ à cause de la concurrence de l’American Football League créée en 1926 par Grange et son agent C.C. Pyle (il ne faut donc pas la confondre avec l’AFL créée en 1959). Pyle et Grange avaient souhaité dans un premier temps rejoindre la NFL en créant une franchise basée au Yankee Stadium – les New York Yankees – mais Tim Mara s’y était vivement opposé en faisant valoir l’exclusivité territorial qui lui avait été donné par la Ligue. A partir de là, Pyle avait publiquement déclaré qu’il ferait tout pour que les Giants et la NFL mettent la clé sous la porte. Heureusement, cette ligue concurrente ne dura qu’une saison et fut englobée par la NFL. Grange retourna jouer pour les Bears en 1928 et son équipe installée au Yankee Stadium disparue un an plus tard.

Cal Hubbard

L’année 1927 se déroula dans de bien meilleures conditions: la franchise étant désormais bien installée et sans concurrence locale, Mara donna carte blanche à March pour dépenser autant que possible pour signer des vedettes du football universitaire. L’une de ces signature fut Cal Hubbard, un monstre de 6 ft 5 et 245 lbs qui jouait OT et DE (selon certains, il est l’un des joueurs qui a aidé à la création du poste de LB). Menés par le nouvel HC Earl Potteiger et le capitaine d’équipe et DT Steve Owen (racheté aux Kansas City Cowboys pour 500 $), les Gmen enregistrèrent 11 victoires, un nul et une défaite, le tout en ne concédant pas plus de 20 points sur la saison dont 10 matchs sans laisser l’adversaire marquer le moindre point, tandis qu’en attaque, HB Jack McBride mena la Ligue avec 57 points marqués (6 rushing TD, 2 FG et 15 PAT). Malgré l’aisance déconcertante des Giants cette année, l’équipe décrochèrent une victoire difficile contre les Bears (13-7) l’issue d’une rencontre que Steve Owen décrit comme « le match le plus dur et rude » qu’il ait joué de sa vie. Cette victoire permit aux Giants de rester en tête du classement avec une avance de 2 victoires sur les Bears. Après 2 victoires supplémentaires contre les Yankees, Big Blue remportait ainsi son tout premier titre de champion de la NFL (NB: A l’époque le champion était l’équipe avec le meilleur registre. Ce n’est qu’à partir de 1933 qu’une grande finale fut créée). Si la montée au sommet de la NFL fut rapide pour les Giants, leur chute fut encore plus soudaine et brutale. En effet, la saison 1928 s’acheva sur un bilan misérable de 4 victoires, 7 défaites et 2 nuls (79 points marqués pour 136 encaissés) et ce malgré de solides performance de la part de Hubbard et Owen. A l’issue de la saison, les Giants renvoyèrent 18 joueurs ainsi que HC Potteiger pour remplacer ce dernier par LeRoy Andrews.

Benny Friedman, le QB qui poussa Mara à racheter une équipe entirère

Juste avant la saison suivante (1929), Mara racheta les Detroit Wolverines (qui avaient battu les Giants 28 à 0 en 1928) qu’il dissout. L’objectif principal de cette opération était de récupérer les joueurs de cette équipe et en particulier leur QB Benny Friedman. Cette acquisition porta ses fruits immédiatement puisque à l’issue de la saison 1929, les Giants avaient 13 victoires pour 1 défaite et 1 nul. En dehors de son apport sur le terrain, Friedman fit le plus grand bien aux finances des Giants. Malgré un salaire élevé de 10 000 $, les fans venaient en masse compensant ainsi l’investissement des Giants et popularisant encore plus l’équipe. L’équipe signa également HB Red Cagle de Westpoint (le Saint Cyr américain) qui contribua plus à remplir les tribunes qu’à gagner sur le terrain. Le titre de champion échappa aux Giants à cause de leur seule défaite contre les Packers, parmi lesquels se trouvait d’ailleurs Hubbard qui avait été racheté par Green Bay l’année précédente, qui remportèrent le championnat avec un registre de 12-0-1. Autre fait marquant de cette 1929: afin de se protéger de ses créanciers, Tim Mara transmis la propriété de la franchise à ses fils Jack et Wellington qui avaient respectivement à l’époque 21 et 13 ans. Les Giants terminèrent la saison 1930 en 2nde place avec un registre de 13 victoires pour 4 défaites (encore une fois les Packers remportèrent le championnat en ayant joué 3 rencontres de moins) mais l’événement le plus marquant de cette saison fut un match de charité joué pour les chômeurs new yorkais (nous sommes à l’époque en plein dans les retombées de la crise de 1929). Malgré l’essor du football professionnel, le grand public trouvait le football universitaire de meilleure qualité et bien plus intense que le football professionnel.

De là naquit l’idée de faire un match amical entre les New York Giants et une équipe All Stars de l’université de Notre Dame qui regroupait l’équipe venant de remporter le championnat universitaire de 1930 et son fameux quatuor offensif surnommé les Four Horsemen. Le HC de Notre Dame, Knute Rockne, pensant gagner le match facilement, incita ses joueurs à marquer tôt pour ensuite défendre l’avance. Au final, Notre Dame ne marqua pas le moindre point tandis que Big Blue se permit de mettre ses titulaires sur le banc en 2e mi-temps. A l’issue du match, Rockne déclara « C’était la plus grande machine de football que j’ai vu de ma vie. Je suis content qu’aucun d’entre vous ne se soit blessé ». Cette rencontre amicale permit de récolter 115 183 $ pour les sans abris et renforça encore plus la popularité du football professionnel.

Le début de l’ère Steve Owen – La période pre-2nde Guerre Mondiale:

Steve Owen

Après la saison 1930, Friedman prit sa retraite de joueur professionnel pour devenir coach assistant à Yale et les Giants promurent Steve Owen au poste d’entraîneur en chef (head coach) après avoir satisfait l’équipe en tant que joueur-entraîneur à la fin de la saison 1930. Mara expliqua que les qualités de leader dont avait fait preuve Owen en travaillant pour lui dans une mine de charbon en tant que superviseur durant l’intersaison, l’avaient incité à lui donner le poste de HC. Les débuts du nouvel HC ne furent pas des plus paisibles. Même en ayant fait revenir Friedman au milieu de la saison 1931, l’équipe ne parvint pas à faire mieux que 7-6-1 lors de la première saison d’Owen en tant que HC puis 4-6-2 en 1932.
NFC East Rivarly Moment: Le 9 octobre 1932 eu lieu la première rencontre entre Big Blue et les Redskins qui venaient d’être créés sous le nom de Boston Braves. Les Giants s’inclinèrent sur un score de 14 à 6. 

Avant la saison 1933, les Giants d’Owen signèrent Harry Newman, All American QB sorti de l’université du Michigan, ainsi que le HB Ken Strong. Le progrès se ressenti immédiatement avec 11 victoires pour 3 défaites. Une autre raison de ce succès fut la présence dans les tranchées de 3 futurs membres du Hall of Fame: Ray Flaherty (End), Red Badgro (DE/End) et Mel Hein (C).

Mel Hein

Hein est l’une des figures incontournables dans l’histoire des Giants: bien que son poste principal fut celui de C, Hein – acquis en 1931 – jouait aussi LB. Ce qui fait de Hein une figure remarquable dans l’histoire de la NFL c’est son incroyable palmarès: 15 ans en NFL durant lesquelles il remporta 2 championnats, fut nommé 5 fois 1st Team All Pro, 8 fois 1st Team All NFL, participa à 4 Pro Bowls et surtout fut nommé MVP de la Ligue en 1938. Il est jusqu’à présent le seul homme de ligne offensive à avoir obtenu ce titre. Hein portait le numéro 7 qui a été retiré de la circulation par les Giants. Malgré ça, l’équipe perdit la première grande finale du championnat de l’histoire de la NFL lors d’un match serré contre les Bears que ces derniers remportèrent 23 à 21 sur un hook and ladder dans les 2 dernières minutes du match. µ
NFC East Rivarly Moment: Le 15 octobre 1933, les Giants affrontèrent pour la première fois les Eagles de Philadelphia tout juste créés. En guise de cadeau de bienvenue, les Giants remportèrent le match 56 à 0.

En 1934, les Giants réalignèrent les mêmes pièces que l’année précédente en y ajoutant Ed Danowski, QB sorti de l’université new yorkaise de Fordham. Steve Owen ignora longtemps les cris des supporters réclamant la titularisation de Danowski malgré les belles performances de Newman. Cependant, un mauvais concours de circonstances (blessure au dos de Newman et 1e remplaçant déjà blessé) força Owen à titulariser Danowski qui était son 3e QB. Malgré tout, les Giants remportèrent l’Eastern Division avec 8 victoires et 5 défaites mais les nombreuses blessures ne présageaient rien de bon pour les playoffs.
Face à ce constat, Owen déclara: « Je sais que ça ne se présente pas bien, mais on va leur donner du fil à retordre ». Les Giants avaient resigné McBride qui avait passé le reste de la saison à jouer dans une ligue semi-professionnelle. Cependant les Bears étaient tout de même les grands favoris pour la finale de la saison 1934 que l’on surnomme aujourd’hui The Sneakers Game.

The Sneakers Game:
La raison d’un tel surnom est toute simple: le match se jouant en plein mois de décembre aux Polo Grounds, le trésorier des Giants, John Mara (à ne pas confondre avec l’actuel propriétaire des Giants) se réunit avec Steve Owen et Ryan Flaherty pour discuter du terrain qui était gelé. Flaherty ayant déjà joué dans de telles conditions, suggéra d’équiper les Giants de baskets (sneakers) pour une meilleure adhérence sur le terrain gelé. Mara envoya donc Abe Cohen, l’équipementier des Giants, récupérer autant de sneakers que possible. Cependant, à cause des bouchons et de la difficulté de trouver un magasin ouvert un dimanche, Cohen ne parvint pas à revenir avant le coup d’envoi. Obligés de jouer avec des chaussures à crampons traditionnelles, les Giants se retrouvèrent menés 10 à 3 à la fin de la 1e mi temps. Entretemps, Cohen revint de Manhattan College où il avait pu récupérer 9 paires de sneakers de l’équipe de basketball disant qu’il n’avait rien trouvé d’autres. C’était certes peu mais néanmoins suffisant pour permettre aux Giants de marquer 27 points dans le 4e quart temps après avoir laissé les Bears marquer un dernier FG en fin de 3e quart temps. Pour la petite anecdote: afin de combattre le froid, un membre du staff des Giants avait commencé à servir du whisky aux joueurs. Les Giants marquèrent un TD dans la série offensive qui suivait, ce qui donna lieu à une autre tournée et encore un autre TD. De peur de rendre les joueurs ivres, l’équipe se remit à distribuer de l’eau une fois que les Giants menaient au score. Les Giants remportèrent leur 1e finale de championnat (mais 2nd titre de champion de la NFL) 30 à 13.

La NFL ayant augmenté en 1935 la limite des effectifs de 4 places, les Giants en profitèrent pour signer End Tod Goodwin de WVU qui mena la NFL en réceptions (26) et moyenne de yards par réception (16.6) mais passa à 1 yard de la première place en termes de yards (432). Harry Newman prit sa retraite suite au refus des Giants d’augmenter son salaire et laissa donc le poste de QB à Danowski qui était 1e de la Ligue en passes tentées (113), passes complétées (57), TD marqués (10) et yards à la passe (795). Les Giants terminèrent la saison avec un registre de 9-3 et une nouvelle participation à la finale du championnat mais ils perdirent contre les Lions 26 à 7.

Durant l’intersaison 1935-1936, le jeune Wellington Mara – qui avait alors 19 ans – devint secrétaire de l’équipe et commença à exercer son influence sur les décisions relatives au personnel. Wellington étant un grand fan du RB  Alphonse « Tuffy » Leemans, il le sélectionna lors du 2nd tour de la toute première draft dans l’histoire de la NFL de 1936 (qui fut une création du propriétaire des Eagles).
Ce choix se révéla être une excellente affaire puisque Leemans était le meilleur RB de la Ligue avec 830 yards à la course dont 118 yards lors d’un comeback en seconde mi-temps contre les Chicago Cardinals. Cependant, malgré les belles performances de Leemans et de Hubbard (qui était sorti de sa retraite pour aider les Giants), Big Blue fini la saison 1936 avec 5 victoires, 6 défaites et 1 match nul ce qui n’était pas suffisant pour remporter l’Eastern Division.

En 1937, les Giants améliorèrent leur registre avec 6 victoires pour 3 défaites et 2 nuls mais ceci ne suffit pas à remporter la division.

En 1938, les Giants remportèrent l’Eastern Division avec 8 victoires, 2 défaites et 1 nul ce qui leur donna droit à leur 4e participation à la finale du championnat contre les Green Bay Packers. Big Blue remporta son 3e titre de champion à l’issue d’une rencontre serrée devant une foule de 48 000 spectateurs aux Polo Grounds. Score final: 23-17.

Les Packers prirent leur revanche en 1939 en battant les Giants – qui avaient gagné cette saison 9 matchs pour un nul et une défaite – 31 à 16 dans la finale du championnat.

Afin de conclure ce long article couvrant les 15 premières années de la franchise, nous pouvons dire qu’en dépit des difficultés financières de l’équipe, l’installation d’une équipe de football professionnel fut rondement mené par Tim Mara alors que d’autres avaient échoué auparavant. Non seulement les Giants réussirent à s’implanter dans le paysage new yorkais mais en plus ils laissèrent leur marque dans la Ligue avec 3 championnats et plusieurs autres participations à la finale de la Ligue.

Pour ce qui est des tête-à-tête avec nos rivaux actuels, sur la période des années 30, les Giants ont eu 9 victoires pour 5 défaites et 2 nuls contre les Redskins/Braves et 11 victoires pour 3 défaites contre les Eagles. Les Cowboys n’ayant été créé qu’à partir de 1960, il est normal qu’ils ne soient pas mentionnés ici.

Les années 30 : Giants | Redskins | Eagles |
Les années 40 : Giants | Redskins | Eagles |
Les années 50 : Giants | Redskins | Eagles |
Les années 60 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 70 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 80 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 90 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 2000 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 2010 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

9 réflexions au sujet de « NFC Eastory: La genèse de Big Blue (1925-1939) »

  1. Ping : NFC Eastory : Années 1930 (1) | Les Peaux rouges

  2. Formidable article, Thiergow, merci ! Vu que le présent est abominable, ce retour vers le passé de notre franchise préférée fait du bien. J’attends la suite avec impatience.

  3. Ping : NFC Eastory : Les débuts - Philadelphia Eagles France

  4. J’arrive peut être tard mais cet article est magnifique ! Pour les fans récents comme moi, quel bonheur d’en savoir plus sur notre équipe surtout si notre anglais est moyen; bravo Thiergow😉
    Juste, quelle sera la périodicité de ces articles ? Un par semaine ? Toutes les 2 semaines ? En tous cas, bravo !
    Une deuxième question, quelqu’un pourrait-il m’éclairer sur ce poste de « End » ? Ça correspondrait à quoi aujourd’hui ?

  5. Ping : NFC Eastory : Les années 40 - Philadelphia Eagles France

  6. Ping : NFC Eastory : Les Années 1970 (5) | Bourgogne et Or

Les commentaires sont fermés.