Ce qui a changé dans la défense pour Perry Fewell: « On a des plus gros culs! »

Source: John Munson/The Star-Ledger

Après une saison de mauvais records pour la défense de Perry Fewell, le coordinateur défensif a cherché à se réinventer durant l’intersaison pour éviter d’être à nouveau à la tête d’une des pires escouades défensives de la NFL.

Quand on lui demande la principale différence entre cette escouade et celle de 2012, sa réponse est assez surprenante:

« We’ve got bigger butts! Shaun Rodgers is in there. Cullen Jenkins. The butts are a lot bigger. So yeah, it looks different. »

En effet, il suffit de regarder les principales transactions des Giants durant l’intersaison pour se rendre compte de la belle brochette de « gros culs » que nous avons: resignature de Shaun Rogers, signatures de Cullen Jenkins et Mike Patterson et sélection de Jonathan Hankins lors du second tour de la draft. Si vous ne le savez pas déjà, tous les joueurs cités sont des DT.

Ce n’est pas un hasard si les Giants ont énormément insisté sur ce poste. En 2012, les Giants concédaient en moyenne près de 130 yards à la course par match, soit la 25e défense contre la course de la Ligue. Cette incapacité à arrêter les coureurs adverses affectait toute la défense car les équipes parvenant à courir avec une certaine aisance contre les Giants, ceux ci ne parvenaient à se retrouver dans des situations de 3rd & long pour déchaîner leur pass rushers. Et comme on le sait bien, sans le pass rush, les QB ont plus de temps pour exploiter les faiblesses de nos lignes arrières.

Par conséquent, renforcer la ligne défensive était une nécessité pour les Giants. C’était d’ailleurs tellement nécessaire, que John Mara – qui d’habitude ne passe pas beaucoup de temps à faire des commentaires sur comment son équipe doit être gérée (assez normal quand on sait que la franchise est entre les bonnes mains de Jerry Reese) – a insisté sur le besoin de renforcer la ligne défensive.

Avec tous ces nouveaux DT (ou « gros culs »), Perry Fewell se sent beaucoup plus confiant:

« I think it’s a huge factor in helping us be a better run defense. The mass, the size, the strength is noticeably different for us. »

Mais en plus de cette confiance, Fewell n’a pas oublié la désastreuse saison 2012 et espère inverser la tendance en 2013:

« It never goes out of my mind. You never want to be ranked last or near last in anything you compete at and as a professional, you want to improve each and every year. We’re very motivated to erase that number and be a top defense in the league. »

Ce sont de belles paroles mais comme on dit souvent chez les Giants: « Talk is cheap, just play the game! ». Donc si on ne veut pas voir toute la Ligue botter les « gros culs » des Giants, il faudra montrer du concret sur le terrain.