5 règles à retenir pour les entraînements d’intersaison

Maintenant que le gros de la free agency et la draft sont loin derrière nous, j’ai pensé qu’il serait bien de faire une liste des choses que chaque fan doit savoir quand il suit le programme d’intersaison des Giants.

  1. Tenir compte du ravin entre l’entraînement et le match: Chaque année on voit un joueur impressionner sur le terrain d’entraînement et on l’imagine déjà en train de dominer la Ligue et c’est bien normal. Cependant il faut bien se rappeler qu’il y a un gouffre entre l’entraînement où les conditions sont idéales pour réussir et le match où l’adversaire n’est pas aussi prévisible qu’un coéquipier. Il faut aussi tenir compte du gouffre entre la présaison et la saison régulière: il est facile d’impressionner contre des joueurs d’équipe B, C ou D mais lors de la saison régulière, les équipes alignent leurs meilleurs joueurs. Les meilleurs exemples que je peux citer chez les Giants sont Sinorice Moss et Ramses Barden.
  2. Les titulaires jouent sur la réserve: C’est justement à cause du risque de blessures que les titulaires dont le poste n’est pas en danger ne se mettent pas dans une situation de risque. Si on regarde les prestations d’Eli durant la présaison, elles sont généralement moyennes car il ne va pas prendre de risque inconsidéré pendant un match qui ne compte pas et la plupart de ses coéquipiers ne se battant pas pour une place au sein de l’équipe font de même. Cela ne veut pas dire que les titulaires n’en branlent pas une et du coup on peut justifier toute mauvaise performance par ça mais juste que certains joueurs n’ont pas besoin de se donner à 100%. Si on couple cette règle avec celle d’avant, le message principal est: ne pas surréagir.
  3. Attention aux blessures: Voir un joueur de son équipe se blesser lors de l’intersaison est probablement la chose la plus frustrante de ce sport mais il faut bien se rappeler que cela arrive et plus souvent que l’on veut bien croire: Terrell Thomas, Domenik Hixon, Hakeem Nicks, Jonathan Goff, etc… tous ces joueurs sont des exemples au sein de notre équipe.
  4. Ne pas se laisser avoir par l’originalité de l’intersaison: A chaque intersaison, on entend parler d’une formation spéciale étudiée par l’équipe ou alors on voit un trick play pendant la présaison régulière. Non, il ne faut pas croire que tout d’un coup on va se mettre à jouer une read option en attaque avec plein de double passes tandis qu’en défense, notre DC aura trouvé une formation révolutionnaire qui va le football américain. Notre coaching staff reste très traditionnel et ces petites fantaisies du mois d’août apparaissent juste parce que les coaches savent qu’ils peuvent s’amuser sans risquer grand chose.
  5. Talk is cheap, just play the game: Le mantra de Tom Coughlin s’applique particulièrement à l’intersaison. C’est une période durant laquelle on se permet d’espérer tout et n’importe quoi mais surtout n’importe quoi. Pourquoi donc? Car les joueurs et les coaches nous gavent de belles paroles sur les bonnes résolutions d’un tel ou le à quel point un tel a fait des progrès. Sans chercher à complètement discréditer les paroles des joueurs, coaches et autres cadres, il faut cependant prendre ces propos avec parcimonie car tant que l’on n’a pas vu les joueurs sur le terrain, des paroles restent des paroles.

6 réflexions au sujet de « 5 règles à retenir pour les entraînements d’intersaison »

  1. Sais tu quelle équipe fera l’objet des « HARD KNOCKS » cette saison ?

  2. Ping : Les Giants en vrac…#81 | Big Blue Blog

  3. Ping : L’opération de JPP se déroule avec succès | Big Blue Blog

  4. Ping : Les Giants en vrac…#83 "Minicamp 2013 – édition matinale" | Big Blue Blog

  5. Ping : Fewell expérimente la formation 3-4 avec son escouade | Big Blue Blog

Les commentaires sont fermés.