Podcast NYGiantsFR #5 – Cékikonadrafté

Si vous vous demandez s’il y a eu un épisode 4, la réponse est oui, mais je n’ai pas pensé à le poster ici. Comme de toute façon en ce moment le blog quasi nulle hormis quelques articles (quand ça me manque d’articles) et les épisodes du podcast, je vous invite fortement à suivre le compte Twitter de @NYGiantsFR qui publie les nouveaux épisodes.

Comme à chaque fois, vous pouvez retrouver l’épisode hébergé sur Youtube ci-dessous ou sur SoundCloud (nouvel épisode bientôt disponible).

Pour cet épisode, Plax et moi-même passons en revue les choix de draft des Giants. Enjoy!

N’hésitez pas à vous abonner pour être informés dès qu’un nouvel épisode sort et surtout n’oubliez pas de liker la vidéo, voire la commenter si vous appréciez le contenu.

Free Agency 2020: les emplettes des Gmen

Le 18 mars était pour beaucoup le 2e jour de confinement, mais pour les fans de la NFL, c’était la nouvelle saison qui démarrait officiellement avec l’ouverture de la Free Agency. Je vous propose un rapide tour de nos récentes acquisitions.

MLB Blake Martinez – Packers – 26 ans, 6ft2, 237 lbs – 3 ans, 30.75 millions $ dont 19 millions garantis.

Certains auraient préféré Corey Littleton des Rams, mais personnellement cette signature me plaît beaucoup et le prix n’est pas déconnant. Les Giants n’ont plus eu de MLB dominant depuis qu’Antonio Pierce a pris sa retraite en 2009. Je vous laisse découvrir la vidéo de NYGiantsFrance qui passe en revue les forces et faiblesses du joueur.

CB James Bradberry – Panthers – 26 ans, 6ft1, 211 lbs : 3 ans, 43.5 millions $ dont 31 millions garantis.

Encore un joueur défensif et cette fois, un DB avec de l’expérience qui rejoint une escouade extrêmement jeune. On avait surtout parlé de Byron Jones qui est parti chez les Miami Dolphins, mais Bradberry était loin d’être ridicule contre les top WR de la Ligue (jamais plus de 7 réception, 100 yards concédés et 1 seul TD pris).

OLB Kyler Fackrell – Packers – 28 ans, 6ft5, 245 lbs: 1 an, 4.6 millions dont 3.5 millions garantis

Un autre Cheesehead qui a déjà joué pour notre DC Patrick Graham. Fackrell avait eu 10,5 sacks en 2018 sous la tutelle de Graham puis a un peu disparu en 2019. Ce contrat d’un an est l’occasion pour lui de redorer son blason pour signer un gros contrat en 2021. On peut donc s’attendre à ce que cet edge rusher soit très motivé sur le terrain. Je vous invite à lire cet article qui passe en revue le style de jeu de Fackrell.

TE Levine Toilolo – 49ers – 28 ans, 6ft8, 265 lbs: 2 ans, 6.2 millions $ dont 3.225 millions $ garantis

Toilolo a avant tout un profil très similaire à Rhett Ellison, à savoir être un blocking TE. En 2018, il était le meilleur pass blocking TE selon PFF et il a continué à montrer ses capacité chez les 49ers malgré une utilisation limitée. Côté passe, il n’est clairement pas une véritable menace comme Evan Engram mais il sait utiliser ses mains et a un gabarit suffisamment imposant pour accumuler du YAC. Voici un autre lien si vous voulez en savoir plus sur le joueur.

Autres signatures:

  • QB Colt McCoy – Redskins – 33 ans: 1 an, 2.25M$
  • ST Nate Ebner – Patriots – 31 ans
  • WR Cody Core – Bengals – 25 ans: 2 ans, 4M$ dont 1M garanti
  • OT Cameron Fleming – Cowboys – 27 ans: 1 an, 4M$

Il faut aussi avoir en tête quelques Gmen qui ont été resigné:

  • DT Leonard Williams: 1 an, 16.1M$ (Franchise Tag)
  • ILB David Mayo: 3 ans, 8.4M$ dont 3.5M$ garantis
  • K Aldrick Rosas: 1 an, 3.2M$ (RFA 2nd round tender)
  • WR Corey Coleman

Podcast NYGiantsFR #2

Petite surprise d’intersaison ! Même pour moi d’ailleurs.

J’ai été invité à participer au podcast de Plax qui tient @NYGiantsFR, un compte Twitter dédié aux Giants. Pour ce deuxième épisode, Plax et moi faisons un bilan rapide de la saison passée avant de passer en revue le nouveau coaching staff des Giants, pour finir en beauté avec une petite discussion à propos de notre QB préféré.

Enjoy !

N’hésitez pas à liker la vidéo et vous abonner à la chaîne Youtube de Giants France pour être informé du prochain podcast.

Vous pouvez également écouter cet épisode sur SoundCloud.

Eli Manning: « For me, it’s only a Giant »

Personne n’est éternel. Même pas Eli Manning. Pourtant, pendant de nombreuses années – 16 pour être exact – les fans des Giants n’ont jamais vraiment eu à se soucier du poste de QB. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, Eli Manning était toujours au rendez-vous.

On a longtemps pensé que cette situation était immuable, mais on se doutait bien ces dernières années que la fin approchait pour Eli. Même si à 39 ans le joueur avait encore la capacité et la volonté de jouer, l’arrivée de Daniel Jones drafté avec le 6e choix de la draft marquait clairement le début de la fin pour le numéro 10.

Le destin (ou peut être quelqu’un d’autre) a voulu qu’Eli puisse avoir une dernière occasion de jouer devant le public new yorkais pour qui il a remporté 2 trophées Lombardi. Après une belle performance contre les « terribles » Miami Dolphins, Eli a eu le droit a une standing ovation de plusieurs minutes avant de quitter le Metlife Staidum en saluant une dernière fois les fans des Gmen. Tout indiquait que la fin d’Eli Manning à New York était belle et bien inévitable. Mais était-ce vraiment la fin d’Eli en NFL?

Manning disait déjà depuis quelques années qu’il préférait prendre sa retraite plutôt que de jouer pour une autre équipe que les Giants. Ce discours était plutôt attendu quand l’agent du QB était en pleine négociation d’une extension de contrat. Mais maintenant que le contrat d’Eli Manning arrivait vraiment à son terme et que la seule possibilité de l’étendre était d’accepter un poste de remplaçant, est-ce que les belles déclarations d’Eli allaient se réaliser?

Même si je n’y croyais pas vraiment, j’en aurais pas voulu à Eli s’il avait décidé de signer chez les Titans, les Colts ou encore les Bears pour tenter une dernière fois d’atteindre le Super Bowl. Après plusieurs années gâchées par un mauvais management des Giants, Eli méritait une dernière chance de partir avec les honneurs. Tant qu’il ne restait pas en NFC East, j’étais prêt à accepter qu’Eli joue pour une autre équipe.

Mais voilà, quand les Giants ont annoncé qu’Eli tiendrait sa dernière conférence de presse en tant que Giant pour officialiser son départ à la retraite le 24 janvier dernier, je n’ai pu m’empêcher de ressentir un petit (bon ok… un gros) pincement au coeur et de me dire: « Ca y est! Une page se tourne… »

Lors de cette conférence de presse, on y trouve beaucoup de monde et notamment Ernie Accorsi (le cerveau derrière l’échange qui a permis de faire d’Eli un Giant en 2004), Tom Coughlin et de nombreux d’anciens coéquipiers avec qui Eli a remporté de nombreuses victoires ainsi que 2 titres. Je ne vais pas vous faire un résumé de cette conférence mais je vous mets la vidéo ci-dessous que je vous invite à regarder:

Certains fans se disent peut être que cette page aurait dû être tournée il y a déjà bien longtemps, mais je pense qu’ils ne mesurent pas encore l’importance qu’avait Manning dans cette équipe. Il y a bien entendu plein d’exemples où Eli a été un boulet pour l’équipe, mais quand on fait un bilan objectif, on s’aperçoit que le plus souvent Eli tirait les Gmen vers le haut et c’est ce qui en faisait un véritable franchise QB.

Personne n’ira jamais prétendre qu’il était aussi fort voire meilleur que Tom Brady, Drew Brees ou encore son frère Peyton, mais Eli était certainement un joueur que beaucoup d’équipes auraient rêvé d’avoir ne serait que pendant quelques saisons.

Je me rappellerai toujours de la saison 2010 quand Eli avait lancé 25 interceptions. Tout le monde ne voyait que le fait qu’Eli était le QB avec le plus d’INT cette saison, mais pratiquement personne ne parlait du fait qu’une bonne quinzaine de ces turnovers étaient en réalité dû à des drops de ses WR.

On a également beaucoup lynché Eli de manquer de mobilité ces dernières saisons et d’être un Captain Checkdown sans jamais prendre en compte l’état pitoyable de son OL ou tout simplement un supporting cast insuffisant.

Que dire des saisons 2012 et 2016 quand Eli et ses coéquipiers maintenant à flot une équipe qui prenait l’eau à cause d’une défense virtuellement inexistante?

Et bien entendu, il y a toujours quelques trolls capables d’affirmer qu’Eli doit ses bagues de champions uniquement à ses défenses qui l’ont porté. Bref…

Je sais qu’on m’a souvent reproché de prendre systématiquement la défense d’Eli et de lui chercher trop d’excuses, mais je pense (ou plutôt j’espère) qu’avec le temps, les fans se rendront compte de ce qu’Eli apportait à son équipe. A défaut d’avoir été apprécié à sa juste valeur pendant sa carrière, il le sera peut être plus tard.

Beaucoup d’encre (numérique) coulera sur la question de savoir si Eli mérite ou pas d’entrer dans le Pro Football Hall of Fame, mais je ne veux pas me lancer tout de suite dans ce débat. Je compte y dédier un article entier dans lequel je ferai le bilan de sa carrière et passerai en revue les arguments pour et contre son intronisation parmi les immortels de la NFL (spoiler alert: il sera probablement pas un First Ballot HOFer, mais il finira par y rentrer).

En attendant, je tenais à saluer le joueur grâce à qui je regarde la NFL et suis fan des Giants aujourd’hui. J’ai découvert la NFL complètement par hasard un soir de février en 2007 alors que je zappais ma TV et suis tombé sur le Super Bowl XLII. Sans connaître les équipes, j’ai choisi de supporter New York avec ce QB qui ne correspondait absolument pas aux clichés des films (contrairement à Tom Brady) et pourtant menant un match quasi impeccable avant de réaliser l’action la plus iconique de l’histoire du Super Bowl.

Depuis cette date, je ne cesse de suivre les Giants (même si c’est pénible ces derniers temps) et cette loyauté a été régulièrement récompensée par des victoires ou des actions incroyables.

Merci Eli Manning pour tout ce que tu as fait pour les New York Giants et ses fans, qu’ils soient aux USA ou ailleurs dans le monde.

Comment juger la nouvelle embauche des Giants?

Oui, je sais: elle est facile, mais je ne pouvais pas la laisser passer. C’est pas en 2020 que je me débarrassai de mon humour vaseux.

4 ans après le licenciement la démission de Tom Coughlin, les Giants ont embauché leur 3e head coach. Il y a tellement de choses à dire sur le sujet que j’ai eu envie de dépoussiérer ce vieux blog pour discuter un peu du sujet.

23-41

C’est le registre de victoires-défaites des Giants de 2016 à 2019 (64 matchs) qui se ventile comme suit:

    • Ben McAdoo (HC 2016-2017): 13-15
    • Steve Spagnuolo (Interim HC 2017): 1-4
    • Pat Shurmur (HC 2018-2019): 9-23

Dire que les 4 dernières saison de Big Blue ont été décevantes est un doux euphémisme. La stratégie de NY qui visait à embaucher de brillants OC sans expérience comme HC pour prendre l’équipe en main et capitaliser sur les dernières années d’Eli a complètement foiré.

Partant de là, on pouvait s’attendre à ce que John Mara, Steve Tisch et Dave Gettleman optent pour des candidats avec un CV un peu plus fourni en termes d’expérience. Mais ce qui ressortait de la conférence de presse du GM était que l’équipe avait besoin d’un HC capable d’avoir un staff enthousiaste, un HC qui fasse preuve de leadership, d’intelligence et qui soit capable de créer un lien avec les joueurs.

Poursuivre la lecture de « Comment juger la nouvelle embauche des Giants? »

Les Giants draftent le successeur d’Eli Manning; les fans râlent

Enfin, après des mois d’attente, la draft 2019 est là, celle de toute les attentes pour enfin connaître l’avenir de notre équipe. Que va faire Gettlemen de cette équipe ? Croit-il vraiment qu’Eli a plusieurs années sous le pied ? S’il va falloir attendre un peu pour répondre à la première question, on peut déjà affirmer que pour la seconde, il a donné son avis. En draftant un QB en 6e position, le GM de Big Blue a fait un choix clair, Eli est sur le déclin et 2019 sera très certainement la dernière saison de sa brillante carrière.

Et pour le remplacer, Big Blue a jeté son dévolue sur Daniel Jones, quarterback de Duke issu du système des Manning. Si je n’ai pas évalué les joueurs, et que je n’ai donc pas d’avis sur le joueur, j’aime la stratégie. Si le front office aimait ce quarterback, alors il fallait le drafter en 6, voire trade up pour le récupérer. On ne prend pas le risque de se faire piquer un Franchise QB et surtout, un tel joueur n’est jamais trop cher. On ne se demande jamais ce que sont devenus les choix échangés en 2004 pour récupérer Manning.

En revanche, ce qui m’a profondément agacé, c’est la réaction des « fans » de Big Blue. On peut ne pas aimer le choix mais là, on a l’impression que certains préféreraient que Jones soit nul plutôt que de voire Gettlemen faire un bon choix. Pas un message de soutien, pas une note d’espoir, que des suicidaires qui parlent du pire choix de l’histoire et autre connerie, alors qu’ils n’en savent rien pour la plupart. Le GM des Giants avait affirmé avant la draft que le successeur d’Eli devrait être capable de supporter la pression de New York et des médias. Et sans mettre un orteil sur le terrain, on a bien compris que Jones devra, avant toute chose, montrer qu’il est plus de solide, il devra montrer qu’il est fait comme Eli, qu’il est imperméable à la pression. Et alors seulement, on commencera à parler de terrain. Ca fait quelques heures que Jones a été drafté par les Giants et on comprend déjà pourquoi Eli est resté si longtemps en place.

2018 W4 Saints @ Giants : Big blue loin du compte

Tout avait pourtant si bien commencé…. Sur le premier drive de l’attaque, Eli distribue, est précis, joue juste et Big Blue avale les 75 yards pour marquer le premier TD du match. Derrière, la défense semble réussir un 3&out mais le fake punt des Saints sauve leur drive. La suite ? un interminable match au rythme bâtard, la faute notamment à CBS dont la couverture télévisée alternait entre 20 premières minutes sans publicités et des couloirs de messages commerciaux le reste du match, agaçant même Tony Romo, consultant sur cette rencontre. L’attaque de Big Blue ne produit plus rien jusqu’au sursaut du 3e quart-temps où un drive bien mené ne produit qu’un field goal. Sauf que c’est certainement trop tard pour notre défense qui a tant donné. Malgré un dernier espoir amené par Saquon Barkley, la défense n’en peut plus et les Saints mangent le chrono et tuent le match. L’inverse n’aurait pas été mérité, les Giants n’ont jamais semblé à la hauteur de la Nouvelle Orléans.

Score final : Défaite 33-18

Analyses individuelles (analyses complètes à venir ce lundi) :

Positif:

  • La défense en red zone
  • La DL
  • WR Sterling Shepard
  • S Landon Collins
  • CBS Tony Romo : Si la réalisation du match par CBS était insupportable comme évoqué plus haut, quel plaisir d’entendre Tony Romo commenter un match. L’ancien QB de Dallas est toujours le meilleur à ce poste, surement plus à l’aise que l’an passé. Avis tranché, détendu et technique, c’est un régal à écouter.

Négatif : 

  • QB Eli Manning :
  • HC Pat Shurmur
  • WR Odell Beckham Jr.
  • CB Janoris Jenkins contre la course : Si son match contre la passe et son duel avec WR Michael Thomas a été plutôt bon, il n’en aura pas été de même contre la course. Ses mauvais angles de placages et sa faculté à mordre dans une feinte auront couté cher à Big Blue.
  • Les arbitres : Je n’aime pas m’en prendre aux arbitres et on ne peut expliquer le résultat de ce soir par leur mauvaise prestation, mais les refs ont été affreux ce soir. De la faute imaginaire de Janoris Jenkins en première mi-temps en passant par le flag retiré à Donte Deayon alors qu’il y avait pass interference offensive, ce fut très mauvais de la part des hommes zebrés

Les Giants séduisants et (enfin) victorieux

Enfin ! Près d’un an plus tard, les Giants remportent un match qui comptent (on oublie le dernier match de la saison 2017). Si tout n’a pas été parfait, Big Blue s’offre sa première victoire de l’ère Shurmur grâce à une première mi-temps de haute volée, et une seconde période solide, bien que difficile. S’il ne faut pas occulté la faiblesse terrifiante de nos adversaires (et notamment cette o-line texane qui fait frissonner tant elle est à la ramasse), beaucoup d’enseignements positifs sont à retenir de cette partie. Ce match, que Big Blue se devait de gagner pour éviter de s’enfoncer dans la crise et de filer vers un probable 0-7, peut être le point de départ d’un renouveau, d’un retour à la normale (ne nous emballons pas, l’objectif cette saison n’est pas nécessairement les playoffs mais juste être une équipe correcte, à la limite du bilan positif), pour aborder 2019 de la meilleure des façons possibles. Objectif rempli donc, au terme d’une victoire 27 à 22.

Analyses individuelles

Le positif :

  • QB Eli Manning : 25/29, 297 yards, 2 TD, 132.3 de rating, c’était dans grand Eli Manning ce dimanche. Notre quarterback, fortement décrié, à juste titre, après l’horrible sorti de Dallas, a réalisé face aux Texans son meilleur match depuis bien longtemps. Semblant serein dans sa poche et distribuant à toutes ses armes, Eli a eu l’air bien loin d’être un quarterback fini dans ce match. Si Eli a été presque parfait, il n’a pas été parfait. En effet, au niveau de ses lectures, il y a toujours des choses à revoir, il a notamment oublier Odell qui semblait complétement ouvert et qui filait certainement au touchdown. Au niveau de l’exécution en revanche, son bras était là. Sur les quatre passes incomplètes, il y en a au moins 2 qui sont des passes déviées par la DL de Houston. Il a notamment réussi à trouver Odell dans une petite fenêtre en début de second quart et les deux touchdowns qu’il a lancé en redzone étaient parfaits. On attend impatiemment la suite pour déterminer si cette performance était plus la renaissance du phœnix ou le chant du cygne.
  • RB Saquon Barkley : Si le débat de savoir si Big Blue n’aurait pas du drafter Darnold, Allen ou Rosen plutôt qu’un RB subsistera longtemps, il est en revanche acquis que notre GM a drafté, avec Barkley, un grand joueur. Pour sa troisième sortie, Barkley a réalisé son meilleur match, franchissant pour la 3e fois la barre des 100 yards gagnés. Sur ce match, Barkley aura réussi des coups d’éclats au sol comme ce fantastique TD, ou cette capacité permanente à gagner 2 ou 3 yards de plus que ce qu’un RB devrait gagner, mais il aura également montré son grand talent de receveur lors de ce catch dans le quatrième quart qui démontre qu’il n’a rien à envier à un receveur. Le problème après chaque match de Saquon, c’est qu’on est dégouté de devoir attendre une semaine pour le revoir, tant on en veut plus.
  • WR Odell Beckham Jr. : Sans faire de bruit et sans marquer de TD, Odell Beckham réussi un début de saison très solide. Il a attend pour la seconde fois la barre des 100 yards et il semble en permanence ouvert. Si Eli le voyait à chaque fois, ses stats pourraient exploser. Je tenais à souligner l’état d’esprit d’OBJ qui est, une nouvelle fois, irréprochable. Alors que certaines stars pourraient être frustrés de ne pas marquer de TD et de voir une autre star émerger dans l’équipe, Odell semble très heureux de la situation et du début de saison de Saquon. Bref, en prenant en compte tout ça, les TD ne vont pas tarder à arriver.
  • WR Sterling Shepard : Assez décevant depuis son arrivée à Big Blue, Shepard a réalisé un très bon match ce dimanche, se montrant comme le véritable numéro 2 dont cette attaque à besoin. 6 réceptions, 80 yards et 1 TD, une bonne sortie de l’ancien joueur d’Oklahoma.
  • HC Pat Shurmur : Première victoire au terme d’une prestation solide, il est clair que le groupe est toujours tenu par le nouvel HC de Big Blue. J’ai aussi aimé la richesse du playcalling, à la fois équilibré (27 courses pour 29 passes) et suffisamment vertical. L’attaque semble prendre et on a hâte de voir toutes ces armes tourner à plein régime, surtout que la défense des Texans n’était pas la pire de la ligue.
  • DE Kerry Wynn : Souvent brillant pendant l’été, Wynn a été omniprésent en ce début d’automne. Totalisant 7 placages et un fumble forcé, il aura pleinement profité de la faiblesse hallucinante de RT Davenport.
  • La ligne défensive : dans son ensemble, ça a été très solide et on aura vu le rookie DE BJ Hill réussire son premier sack en NFL.
  • LBs Kareem Martin et Alec Ogletree : Eux aussi auront été très solides et se seront bien mis en valeur. Ogletree aura d’ailleurs réalisé une superbe interception dans la redzone.
  • K Aldrick Rosas : On en parle pas mais il est parfait depuis le début de saison donc il mérite d’être là.

Le moyen : 

  • La ligne offensive : Au début, j’ai failli m’emballer et les mettre en positif. Puis je me suis rappelé que leur place était en dans le négatif car ils n’ont pas fait un bon match. Seulement, c’était la meilleure performance d’une OL de Big Blue depuis un moment donc il faut encourager cela. Le simple fait d’avoir une ligne qui tienne à peu près la route a facilité le travail d’Eli et de Saquon. La mise sur le banc d’Ereck Flowers était nécessaire et Chad Wheller, bien qu’en grande difficulté face à JJ Watt (3 sacks), il aura été correct et n’aura pas à affronter un double défenseur de l’année toutes les semaines. Le reste (notamment Hernandez et Greco) aura été solide.
  • La blessure de TE Evan Engram : S’il ne faut jamais se réjouir d’une blessure, je pense que cette dernière peut être un mal pour un bien. Personnellement, j’ai toujours eu du mal avec le fait d’investir sur un TE et Engram a été sélectionné au premier tour en raison de ses capacités athlétiques, pas parce qu’il est un TE complet. Le problème, c’est qu’on a un joueur en grande difficulté au bloc et, avec une ligne de cette faiblesse, c’est qu’on a plus besoin d’un 6e OL qu’un 3e-4e receveur. Sa blessure a permis de voir plus de Rhett Ellison qui, sans être un grand TE, est un bon bloqueur qui n’est pas manchot. Avec ce genre de joueur, la ligne se solidifie et cela donne plus de temps à Eli et de brèches à Saquon. Si je souhaite bien sur à Engram de revenir, j’espère qu’il ne sera pas titulariser par principe pour autant à son retour, Ellison étant plus utile.

Le négatif : 

  • La NFC East qui semble assez solide : Entre les Eagles victorieux de bons Colts et les Redskins qui se sont amusés face aux Packers, l’éventuelle place en playoffs des Giants ne passera visiblement pas par une division facile. C’est le seul point noir de cette belle semaine.